Coronule de baleine

Coronule de baleine - C.Iburg

Coronula diadema, Coronule de baleine, CMNPA 1999-0022 - C.Iburg

Ces crustacés de la taille d’un oeuf ou d’un poing s’abritent sur les rorquals à bosse (on a signalé leur présence également sur les rorquals commun et bleu et sur le grand cachalot), surtout sur les lèvres, les longues rainures de la gorge et les parties génitales.

Les coronules commencent leur vie sous forme de larves nageuses et sont capables de « sentir » la proximité d’une baleine lorsqu’elles doivent se fixer. Elles produisent alors des plaques riches en calcium qui entourent leur corps mou (qui a disparu dans ce spécimen). Quand ces plaques se soudent les unes aux autres, cela tire la peau entre les plaques qui sont ainsi en quelque sorte cousues de façon permanente à la baleine. Même si les coronules ne vivent qu’un an ou deux, leurs coquilles demeurent sur l’hôte jusqu’à ce qu’elles soient enlevées d’une façon ou d’une autre.

Coronule de baleine 2 - C.Iburg

Coronule de baleine - C.Iburg

Heureusement, elles ne se fixent qu’en surface de l’épaisse couche de peau et de gras de la baleine. Elles ne lui font aucun mal et profitent simplement des eaux riches en plancton que la baleine recherche.

Cet article, publié dans Eau, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s