Les plongées du ROPOS en mer profonde en direct au Musée – 1ère partie

Mise à l’eau de ROPOS à partir du navire de recherche de la Garde côtière canadienne Hudson.

Mise à l’eau de ROPOS à partir du navire de recherche de la Garde côtière canadienne Hudson. © MPO

Le 8 juillet 2010, une équipe multidisciplinaire a quitté le port d’Halifax pour une mission qui consistait notamment à explorer une région jamais visitée auparavant : le fond océanique des grandes profondeurs. Pour atteindre les grands fonds au large du plateau continental de la côte Est du Canada, ces scientifiques marins ont eu recours à un véhicule contrôlé à distance baptisé ROPOS.

Je m’appelle Jean-Marc Gagnon et suis gestionnaire en chef de la collection des invertébrés au Musée canadien de la nature. J’étudie les communautés marines des fonds meubles depuis plusieurs années, donc les vidéos en direct prises lors de cette exploration m’intéressent beaucoup.

J’ai pensé que cette expérience ne manquerait de plaire au public. Je me suis donc organisé avec l’équipe de scientifiques pour recevoir en direct par satellite et Internet les séquences vidéo prises par le submersible et pour les présenter à la Galerie Eau Bleue RBC du Musée canadien de la nature. J’ai assuré l’interprétation sur les lieux et ai communiqué régulièrement avec l’équipage scientifique du navire grâce à Skype.

Itinéraire original de l’expédition au large de la côte est du Canada à bord du NGCC Hudson. L’exploration du site 5 (Tobin’s Point) a été annulée en raison d’une succession de retards imprévus.

Itinéraire original de l’expédition au large de la côte est du Canada à bord du NGCC Hudson. L’exploration du site 5 (Tobin’s Point) a été annulée en raison d’une succession de retards imprévus. © MPO

Au cours de leur croisière scientifique de 21 jours, l’équipe a exploré trois régions : Le Goulet, au large du Plateau néo-écossais, le Bonnet flamand, à la pointe du Grand Banc de Terre-Neuve, et l’Orphan Knoll, au nord-est du Grand Banc. Au musée, on a surtout présenté les vidéos provenant du Bonnet flamand et de l’Orphan Knoll. La plupart des plongées ont été effectuées à des profondeurs allant de 2000 à 3000 mètres le long du talus continental.

Dans le prochain blogue, nous observerons les communautés peuplant ces eaux profondes.

A propos Jean-Marc Gagnon

Curator, Invertebrate Section, Canadian Museum of Nature. Conservateur, Division des invertébrés, Musée canadien de la nature. President, Society for the Preservation of Natural History Collections (2010-2012) (www.spnhc.org)
Cet article, publié dans Les outils du métier, Sur le terrain, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s