En route vers Resolute au Nunavut

4 mai 2011

Une motoneige stationnée devant une tente Parcoll en Arctique, avec des conteneurs et un édifice en arrière-plan.

La tente Parcoll où les échantillons seront analysés.

Un départ tôt de la maison, avec tous mes bagages, pour trois semaines de recherche dans l’Arctique. Cette fois-ci, le vol n’a pas été annulé à cause de la mauvaise température, comme ce fut le cas avant-hier. L’avion de la First Air a quitté Ottawa à l’heure, à 9 h 10, pour la capitale du Nunavut, Iqaluit, sur l’île de Baffin. Le vol s’est effectué tout en douceur jusqu’à ma destination et je suis arrivé à 11 h 45, soit avec trente minutes d’avance sur l’horaire. Il faisait alors une température de – 10 °C à l’extérieur, mais avec un beau ciel bleu.

Par contre, j’ai eu une attente assez longue à Iqaluit avant de prendre mon autre vol pour Resolute. J’ai embarqué cette fois-ci dans un plus petit avion qui a quitté Iqaluit à 16 h. Nous nous sommes arrêtés à Hall Beach pour nous ravitailler en essence. C’est un petit bled qui se trouve un peu au sud d’Igloolik, dans le bassin de Foxe.

Une quinzaine de minutes plus tard, l’avion a repris sa route par un beau temps dégagé, ce qui m’a permis d’apprécier du haut des airs toute la splendeur et la grandeur d’une infime partie de l’Arctique. En fait, ce spectacle se résume à de la neige et de la glace, avec quelques étendues d’eau libre dans le détroit de Barrow.

Par contre, comme il fallait bien s’y attendre, aucune trace de végétation visible ni d’animaux. Il faut dire que du haut des airs, il serait très difficile de pouvoir discerner même un gros ours blanc qui se promène dans cet environnement d’une blancheur immaculée. En ce début du mois de mai, l’Arctique est donc encore bien froid, avec plein de neige et de glace.

Après quatre heures de vol depuis Iqaluit, l’avion s’est finalement posé à destination vers les 20 h sous un ciel enneigé. La température était alors de – 15 °C.

J’étais bien content de voir que quelqu’un m’attendait pour m’amener au Polar Shelf Centre. Une fois rendu au centre, j’ai pris possession de ma chambre au deuxième étage du bâtiment. Une chambre seule avec salle d’eau privée. J’ai défait mes bagages et j’ai rangé mes vêtements. Ensuite, je me suis rendu à la cuisine pour y prendre mon souper, qui avait été mis de côté à mon attention.

Une fois mon repas terminé, je me suis rendu dans le laboratoire pour y rencontrer mes collègues de terrain. Ce labo se trouve dans un « Parcoll », qui est une tente rigide et chauffée à l’huile typiquement utilisée pour les travaux dans le Grand Nord (voir la photo).

C’est dans cet espace que les analyses d’échantillons vont se faire pendant les trois semaines du programme de recherche. Ainsi se termine mon arrivée à Resolute. En passant, ce texte a été écrit à 22 h et il fait toujours clair dehors, c’est ce qu’on appelle le soleil de minuit!

Cet article, publié dans Recherche, Sur le terrain, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s