Moi? Une activiste en environnement?

John Hastings dirigeant son kayak dans une compétition.

John Hastings.

Je l’avoue : j’étais un peu nerveuse. C’était la première fois que j’étais maître de cérémonie de la toute première diffusion Web nationale du Musée canadien de la nature avec un athlète de calibre international. John Hastings avait été invité pour inciter les jeunes à s’engager en faveur de l’environnement. Ce kayakiste en eau vive de l’équipe nationale compte représenter le Canada aux Jeux olympiques de 2012.

Cette conférence faisait partie d’un forum jeunesse visant à stimuler l’initiative dans l’action environnementale, auquel participaient une centaine d’élèves du secondaire de la vallée de l’Outaouais.

Mais que peuvent bien avoir en commun un athlète olympique et un activiste en environnement? Beaucoup de choses! La première similitude qui m’a tout de suite frappée est que tous les chefs de file partagent certains traits de caractère et attitudes : soyez passionné, concentrez-vous sur votre objectif, persévérez, obtenez des appuis, adaptez votre stratégie et vous atteindrez votre but.

Que vous vous entraîniez à devenir le meilleur athlète dans une discipline donnée ou que vous aspiriez à protéger les environnements aquatiques, ne perdez jamais de vue votre objectif et travaillez pour l’atteindre.

Peut-être pourrais-je devenir moi aussi une activiste en environnement?

Je dois sans doute commencer par examiner mon propre usage de l’eau. De par ma formation en biologie et mes fonctions d’éducatrice au Musée canadien de la nature, j’estime devoir faire ma part en matière d’économie d’eau. Je ne traîne pas sous la douche, j’ai installé des robinets à débit réduit et j’ai même planté dans mon jardin des espèces résistantes à la sécheresse pour réduire les arrosages. Pas si mal, non?

Ce sont de petits gestes, mais ils permettent néanmoins de réduire la consommation. Mais, comme l’a souligné John Hastings dans sa conférence, nous consommons aussi beaucoup d’eau sans toujours le savoir.

Un gobelet de café et des illustrations montrant quelle quantité d’eau est nécessaire pour le produire.

John Hastings a utilisé cette illustration pour montrer la quantité d’eau nécessaire pour obtenir une tasse de café.

Saviez-vous qu’il faut 143 litres d’eau pour produire une tasse de café? Oui, vous avez bien lu! Plus de 140 litres d’eau qui servent à la culture et à la torréfaction du café, à la fabrication de la tasse, à la production du sucre, à l’élevage des vaches, à la production du lait, etc. Dans ce cas, ma dose quotidienne de café fait de moi une grande consommatrice d’eau… Je m’en rappellerai et troquerai de temps à temps le café pour le thé.

En tant qu’athlète de haut niveau, John Hastings fait remarquer que de petits gestes jouent un grand rôle pour vous aider à atteindre votre but. Grâce à des changements minimes mais constants dans sa stratégie d’entraînement, il a remporté les championnats nationaux de 2008.

Tout cela m’incite à devenir une activiste en conservation de l’eau. Je compte poursuivre mes petites mesures d’économie d’eau à la maison; je continuerai de me renseigner sur le sujet et de partager l’information autour de moi et je vais commencer à apprécier le thé plus souvent. Il est toujours possible d’atteindre un but. Il suffit de commencer par un geste et de s’y tenir. Et vous, où commencerez-vous?

Visionnez la conférence de John Hastings.

Cet article, publié dans Éducation, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s