Le béluga : mon mammifère extrême préféré

Une éducatrice pointant un modèle de béluga, Delphinapterus leucas, attaché au plafond d'une salle d'exposition.

Le béluga est le mammifère extrême favori de Sarah. Elle montre ici le modèle exposé dans la Galerie Eau Bleue RBC du Musée. Image : © Musée canadien de la nature

Suivez leur blogue pour découvrir les traits insolites que cache leur créature préférée. Lors de votre prochaine visite au Musée, vous connaîtrez ainsi tous les secrets de ces étonnants mammifères!

Je les voyais, tout là-bas au loin! Il y en avait tout un groupe, petites taches blanches à l’horizon qui apparaissaient puis disparaissaient presque en cadence. C’était ma première rencontre dans la nature avec ses merveilleuses baleines blanches : les bélugas. C’était dans le Saint-Laurent au large de Tadoussac au Québec, lors d’une excursion d’observation des baleines. Une vision de quelques secondes à peine dont je me souviendrai pendant encore longtemps. Voilà pourquoi le béluga, dont on peut admirer un modèle grandeur nature à la Galerie Eau Bleue RBC, s’est imposé comme mon mammifère extrême préféré.

Mais oui, les bélugas sont des animaux extrêmes! Ils ne sont certes pas très gros comparativement aux autres cétacés, mais leur capacité à accomplir des choses incroyables les range en bonne place parmi les mammifères extrêmes.

Deux bélugas, Delphinapterus leucas, la tête sortant de l’eau.

Des bélugas, Delphinapterus leucas. Image : iStockphoto/Plasticsteak1 © Plasticsteak1

Saviez-vous, par exemple, que les bélugas, Delphinapterus leucas, sont surnommés les « canaris de la mer », parce qu’ils émettent une variété de vocalisations aiguës? Leurs claquètements, grincements, gloussements et sifflements sont audibles non seulement sous l’eau mais aussi au-dessus de la surface!

Pas suffisant à votre goût? Et que dire de leur capacité à adopter diverses expressions faciales en remuant leurs lèvres et leur front? Ils peuvent ainsi sourire ou froncer les sourcils. Ces mimiques ne traduisent pas nécessairement leur état d’esprit, elles ont plutôt pour fonction l’émission de sons en vue de communiquer avec d’autres membres du troupeau.

Les bélugas évoluent aussi à des températures que l’on peut qualifier d’extrêmes. Ils vivent dans les eaux glaciales des régions arctiques et subarctiques. Certaines populations migrent toutefois vers le sud en été pour profiter de conditions plus clémentes. C’est alors qu’on les rencontre dans les estuaires (où l’eau douce d’un fleuve se mêle à l’eau salée de la mer) à la recherche de leurs proies favorites, poissons, calmars, crustacés ou pieuvres.

Dans les eaux polaires, les bélugas peuvent briser avec leur tête en forme de melon une glace d’une épaisseur de 10 cm. Contrairement à la plupart des autres cétacés, ils peuvent nager de reculons, prouesse fort avantageuse pour fuir les prédateurs comme l’épaulard, Orcinus orca, ou même l’ours blanc, Ursus maritimus.

Enfin, un des traits les plus extrêmes des bélugas est sans doute leur période de gestation qui peut durer jusqu’à 15 mois, presque un an et demi! Les nouveau-nés ne sont pas blancs comme leur mère, leur robe tirant plutôt sur le bleu et le brun-rouge la première année. La seconde année, ils prennent une teinte allant du gris au bleuâtre, jusqu’à ce que les pigments (de mélanine) s’estompent graduellement. Vers l’âge de six ans, ils sont tout à fait blancs.

Une femelle béluga, Delphinapterus leucas, et vson petit.

Une femelle béluga et son petit. Image: iStockphoto/cmeder © cmeder

Comme beaucoup de mammifères, les mamans bélugas allaitent leurs petits. Leur lait a une teneur en gras de 28 %. Elles les sèvrent lorsqu’ils ont entre un et deux ans. Les bélugas atteignent leur pleine maturité entre sept et neuf ans. Beaucoup passent toute leur vie dans le troupeau maternel.

À tous les sceptiques qui continuent de penser que les bélugas sont trop mignons pour être des mammifères extrêmes, je demande réflexion : ces mammifères marins possèdent une multitude de caractéristiques extrêmes et peuvent vivre même dans un environnement extrême. Alors que vous faut-il de plus?

Cet article, publié dans Animaux, Expositions, Mammifères extrêmes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s