Un dépaysement total

Carte : Les parcs nationaux du Canada et la carte des écozones terrestres; une flèche désigne le parc national des Monts-Torngat.

Une flèche pointe vers le parc national des Monts-Torngat, au Labrador. Les parcs nationaux apparaissent en rouge. Image: © Parcs Canada/Gouvernement du Canada

La plupart des Canadiens vivent en ville. De fait, le Canada est un des pays les plus urbanisés au monde. Il est donc facile de tenir l’accessibilité pour acquise, surtout quand il s’agit d’accès par automobile. Il existe en effet des routes partout! Il peut sembler étrange de devoir se rendre en un lieu inatteignable par route et de dépendre alors d’un pilote d’avion ou de bateau pour ses déplacements. C’est vraiment une expérience rare, de dépaysement total. Une fois arrivé dans ces endroits isolés, on se sent privilégié d’être parmi les rares élus à pouvoir les découvrir.

Détail de la carte « Les parcs nationaux du Canada et la carte des écozones terrestres », montrant le parc national des Monts-Torngat.

Les parcs nationaux du Canada et la carte des écozones terrestres. Image: © Parcs Canada/Gouvernement du Canada

Le 3 août 2011, Meg Beckel (présidente-directrice générale du Musée canadien de la nature) et moi-même rejoindrons les participants de l’expédition Students on Ice (SOI) en un de ces lieux reculés. (Vous pouvez consulter le site de SOI, en anglais.) Nous irons à la rencontre de leur navire alors qu’il abordera la côte du Labrador. Nous serons en terre inuite au camp de base Kangidluasuk, qui se trouve à l’extrémité sud du parc national des Monts-Torngat, le nouveau venu dans le réseau des parcs nationaux du Canada. Fruit de la collaboration étroite entre Parcs Canada et le gouvernement du Nunatsiavut, ce camp est à la fois une station de recherche et un centre d’apprentissage pour les jeunes inuits et autres.

Nous arriverons en Twin Otter de Goose Bay (Terre-Neuve-et-Labrador). Cet avion de ravitaillement, qui transporte les biens et les personnes jusqu’aux endroits les plus inaccessibles, est souvent appelé la bête de somme du Nord.

Nous y passerons une journée exaltante à écouter les étudiants raconter leur trajet en mer de l’Islande au Groenland et à apprendre mille et une choses sur l’environnement et le savoir traditionnel de cette région du Labrador.

Le Musée canadien de la nature contribue régulièrement à l’expédition Students on Ice en fournissant un scientifique. L’hiver dernier, la paléontologue des vertébrés Natalia Rybczynski, Ph.D., participait à la croisière en Antarctique et, cet été, c’est le botaniste Julian Starr, Ph.D., qui retourne en Arctique pour une deuxième expérience. Vous pouvez voir une vidéo de Julian Starr (en anglais) tournée pendant l’expédition de Students on Ice 2009.

Pour en savoir plus sur le camp de base Kangidluasuk et le gouvernement du Nunatsiavut :
Camp de base Kangidluasuk (site en anglais)
Gouvernement du Nunatsiavut (site en anglais)

Cet article, publié dans Arctique, Recherche, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s