L’Islande : l’île où foin et plantes arctiques se côtoient

Une carte montrant l’itinéraire de l’expédition.

L’itinéraire de l’expédition. Image : © Students on Ice

Nous voici tous dans le bus qui nous conduira à Toronto d’où nous nous envolerons, de nuit, vers l’Islande. C’est mon troisième voyage avec Students on Ice pour, cette fois, visiter l’Islande, le Groenland et les monts Torngat au Labrador. À titre de botaniste, je fais partie de la flopée de scientifiques, d’artistes, d’Anciens inuits et même de décideurs qui sont là pour inspirer les quelque 70 élèves venant de partout dans le monde. Nous leur expliquerons les problèmes et les défis auxquels l’Arctique est confronté au cours de cette période de bouleversements culturels, politiques et environnementaux.

Pour moi, aller en Islande, c’est un peu comme aller chez moi : la province canadienne d’où je suis originaire, le Manitoba, abrite la plus grosse communauté islandaise à l’extérieur de l’Islande, dans le village de Gimli. Enfant, j’allais souvent à Gimli, soit au camping ou à la plage ou encore au festival islandais. (Cet événement annuel avait un nom que je suis bien incapable de prononcer ou d’épeler; un peu comme le nom du fameux volcan islandais qui est récemment entré en éruption!)

J’ai constaté dès mon arrivée que ce pays était décidément un endroit quelque peu étonnant pour un botaniste de la flore arctique : on peut y voir des plantes arctiques typiques, comme la camarine noire, Empetrum nigrum, ou l’espèce de carex Kobresia myosuroides, pousser littéralement de l’autre côté de la clôture d’un champ de foin relativement productif. Nous sommes pourtant très au nord! Mais des courants faisant partie du système du Gulf Stream longent l’Islande et lui procurent un climat extrêmement doux pour sa latitude. De plus, avec les étranges sols volcaniques qui couvrent l’île entière, on obtient un rare assemblage de plantes arctiques et de plantes tempérées.

Un homme et deux jeunes filles discutent, agenouillés sur le sol en Islande.

Je suis ici en compagnie de deux botanistes en herbe enthousiastes : Bo Yeon Jang d’Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam, et la canadienne Isabella Bruce, de Rankin Inlet au Nunavut. Je suis en train de leur expliquer comment et pourquoi la grassette vulgaire (Pinguicula vulgaris) digère les animaux qu’elle attrape sur ses feuilles (On ne voit pas la plante sur la photo). Les plantes qui vivent sur des sols acides, ou sur des sols acides et froids comme ici, ont de la difficulté à obtenir de l’azote, élément essentiel à la production des protéines. C’est que les bactéries qui rendent l’azote atmosphérique disponible dans le sol vivent difficilement dans de telles conditions. Les feuilles de cette plantes sont tapissées de fins poils glandulaires qui peuvent venir à bout d’acariens et de mouches minuscules attirés par ce qui leur semble être de la nourriture. Après avoir capturé l’animal, la plante en extrait les précieux éléments dont elle a tant besoin et qu’elle ne peut tirer du sol. Image : Lee Narraway © Lee Narraway/Students on Ice

Nous traversons maintenant le détroit du Danemark pour atteindre le Groenland et Richard Sears, notre spécialiste des baleines, nous a signalé la présence à bâbord d’un rorqual bleu, Balaenoptera musculus. Nous voici donc tous sur le pont à faire crépiter nos appareils photo. Même un botaniste comme moi ne peut rester insensible aux charmes d’un rorqual bleu!

Notre prochaine destination est le Groenland, cette île mythique qui évoque les Vikings, les glaciers et la plus importante calotte de glace au nord de l’Antarctique. J’ai bien hâte de voir quelles merveilleuses surprises nous réserve cette escale.

Note de la rédaction : Pour ceux d’entre vous qui sont curieux, le festival dont parle Julian s’appelle Islendingadagurinn et la 122e édition vient de se tenir à Gimli, au Manitoba.
Site du festival (en anglais).

Cet article, publié dans Arctique, Plantes et algues, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s