Restaurer les précieux albums de la botaniste Catharine Parr Traill

Marion Cinqualbre travaillant à la page d’un album.

Marion Cinqualbre travaillant à la page d’un album. Image : © Musée canadien de la nature

Mon nom est Marion Cinqualbre. J’ai 25 ans et j’étudie la restauration d’œuvres d’art sur papier à l’Institut national du patrimoine à Paris, France. Afin de valider notre cursus de 5 ans, nous devons effectuer un stage de 6 mois à l’étranger pendant la 4e année.

C’est ce stage qui m’a amenée à Ottawa. J’y partage mes journées entre le Musée canadien de la nature, l’Institut canadien de conservation et les Archives de la Ville d’Ottawa.

Le papier est un domaine extrêmement vaste : du parchemin au papier calque en passant par le papier peint ou les emballages alimentaires utilisés par les artistes contemporains. J’ai choisi cette spécialité car le papier a un caractère instantané, une diversité incroyable. Le papier est tellement présent dans notre quotidien, qu’on ne voit même plus à quel point ce matériau est étonnant : il ne s’agit que de fibres végétales qui s’entrelacent!

Au cours de mon cursus, j’ai travaillé sur différents types de support et j’ai développé un intérêt pour les œuvres en matériaux mixtes, c’est-à-dire  composés de différents matériaux. Mais je n’avais jamais travaillé auparavant sur des herbiers. C’est un véritable défi car le papier est un matériau fragile, mais si peu au regard de la fragilité d’une plante séchée…

L’oeuvre de Catharine Parr Traill

Gros plan des mains de Marion maniant des pinces et un pinceau sur une bandelette de papier japonais, alors qu’elle rattache la tige d’une plante à une page.

Refixage d’une tige à l’aide d’une bandelette de papier japonais dans un des albums de Catharine Parr Traill intitulé The Puppet Theater. Image : © Musée canadien de la nature

Au Musée, je travaille à l’Édifice du patrimoine naturel, situé à Gatineau (Québec). Cet édifice abrite les collections du Musée et ses activités de recherche. Mon travail porte sur la collection d’herbiers de Catharine Parr Traill. En 1832, à l’âge de 30 ans, cette fille d’une bonne famille anglaise épouse Thomas Traill, officié en retraite des guerres napoléoniennes et ils partent s’installer à Peterborough, dans le Haut-Canada. Elle commence alors à décrire sa vie quotidienne dans la communauté, les relations entre les Canadiens, les Américains et les Autochtones, le climat ainsi que la faune et la flore locale. Elle publie The Backwoods of Canada en 1836.

Passionnée par la botanique, Catharine Parr Traill collecte les plantes locales et correspond avec d’autres botanistes du pays, échangeant même des spécimens. Jusqu’à sa mort à Lakefield (Ontario) en 1899, elle constitue ainsi une importante collection de plantes du Canada du XIXe siècle. Le Musée canadien de la nature en possède la majorité.

J’aide l’équipe du Musée à évaluer l’état physique de la collection ainsi que son importance pour la recherche ou pour une éventuelle exposition. J’ai aussi eu la chance de pouvoir intervenir directement sur les planches d’herbier afin d’assurer leur pérennité.

On observe de nombreuses plantes partiellement ou complètement décollées de leur support, certaines n’ont même jamais été collées. Le risque majeur est alors la perte du spécimen. Il y a aussi parfois un risque de perdre l’étiquette qui accompagne la plante. Notez qu’en botanique, les informations telles que la date et le lieu de la collecte ont autant d’importance que le spécimen lui-même. Mais les risques les plus courants impliquent plutôt la casse ou le bris des plantes lors de manipulations.

Mon travail a consisté à remonter les plantes en utilisant une autre technique que celle employée originellement par l’auteur, afin de ne pas induire de confusion pour les chercheurs. Le protocole de refixage consiste, comme pour l’herbier du Canada, à maintenir les plantes à l’aide de fines bandelettes, les plus discrètes possible. L’intervention doit être réversible et nous devons utiliser des matériaux stables.

La dernière partie de mon travail se concentre sur la numérisation des ouvrages les plus dégradés et fragiles afin d’éviter les manipulations. Nous effectuons aussi des simulations de vieillissement à la lumière pour estimer leur sensibilité à cette source de dégradation et les protéger en conséquence au cours d’une exposition.

Préserver la nature

Le Musée canadien de la nature est un centre de recherche vraiment dynamique, ce qui favorise des expositions didactiques et interactives. Cependant, dans un pays où la nature est si présente, il semble parfois difficile de ne pas la prendre pour acquise, de continuer à la préserver.  Ce qui, d’après ce que j’ai vu depuis mon arrivée, est la vocation de tous les acteurs du Musée.

Une de mes plus grandes joies à Ottawa est d’apercevoir des marmottes durant mon trajet en bus; attitude étrange pour les Canadiens, qui me répondent, dès que je m’extasie : « C’est seulement une marmotte, il y en a partout… Vous n’en avez pas à Paris ? ». Aussi curieux que cela puisse sembler ici, non, nous n’avons pas de marmottes à Paris, pas plus que des renards ou des ratons-laveurs. À Paris, nous n’avons même pas d’écureuils!

Votre nature est partout et cela est incroyable, alors j’espère que le personnel du Musée continuera, par ses découvertes et ses recherches, à maintenir l’intérêt des Canadiens pour leur patrimoine naturel!

Couverture d’un album ancien décoré de dorure.

Couverture de l’album dit Greco-Romain qui date de 1888. Cet album présente des plantes récoltées à Lakefield par Catharine Parr Traill. Il s’agissait d’un cadeau pour fille. Image : © Musée canadien de la nature

Cet article, publié dans Collections, Plantes et algues, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Restaurer les précieux albums de la botaniste Catharine Parr Traill

  1. Ping : Le riche héritage de Catharine Parr Traill, pionnière, auteure et botaniste | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s