Oh, ce n’est pas un livre sur les bouquets de fleurs?

Voici le premier article d’une série de cinq ayant pour thème la recherche sur la flore arctique effectuée au Musée canadien de la nature. Le chercheur Paul Sokoloff nous présente le travail de terrain et de laboratoire qui mènera à la préparation de la première flore de l’Arctique de l’Amérique du Nord.

Trois personnes au sommet d’un ravin au fond duquel serpente une rivière, sur l’île Victoria en Arctique.

Lynn Gillespie, Jeff Saarela et Paul Sokoloff font une pause en haut d’un ravin pour étudier les environs. Image : Roger D. Bull © Musée canadien de la nature

Quand, à l’été 2010, j’ai foulé pour la première fois la toundra, senti sous mes pieds le craquement du tapis végétal et embrassé cet horizon sans fin du regard, j’ai su que ce métier m’allait comme un gant. Bien sûr, les plantes m’ont toujours fasciné et j’ai toujours été attiré par la vie au grand air. Mais qui peut rêver d’être payé pour camper et pour découvrir des espèces végétales rares? Eh bien nous, cinq scientifiques du Musée canadien de la nature en train de se dégourdir les jambes après un quatrième et ultime trajet d’avion pour atteindre notre camp de base. Nous nous étions enfin posés sur cette piste improvisée au beau milieu de l’île Victoria, à 600 kilomètres au nord du cercle arctique, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Et n’allez surtout pas penser pas que cette expédition était une sinécure. Notre emploi du temps comportait des marches épuisantes et de longues soirées de travail sous le soleil de minuit. Pourtant, aucun d’entre nous n’aurait songé à s’en plaindre, bien au contraire! Pendant trois semaines, nous avons mis les bouchées doubles pour collecter toutes les espèces végétales que l’on pouvait trouver et recueillir des données sur leur habitat.

Chaque collection que nous ramenons à Ottawa est versée de façon permanente à l’Herbier national du Canada, où elle constitue une preuve tangible que telle ou telle espèce de plante poussait à tel endroit à un moment donné. Bref, elle prouve que la plante existait au lieu où un chercheur l’affirme. Et surtout, elle permet à ses collègues de confirmer sa présence ou de ré-identifier un spécimen à la lumière de nouvelles données. Ces spécimens et tous ceux qui ont été collectés par les botanistes précédents forment le pilier d’un récent projet de recherche de grande envergure du Musée : composer, rédiger et publier la première flore exhaustive de l’Arctique canadien et alaskien.

Une vingtaine de tentes et de dômes temporaires ainsi qu’un hélicoptère groupés sur une plaine de l’île Victoria, en Arctique.

Notre camp de base sur l’île Victoria, en Arctique, à l’été 2010. Image : Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Mais qu’est-ce qu’une flore au juste ? Si vous jardinez, si vous êtes un adepte de randonnée pédestre ou si vous avez tout simplement suivi un cours de science au secondaire, vous en avez probablement déjà utilisé une. Une flore réunit la somme de connaissances concernant les espèces végétales d’une région donnée.

Un scientifique utilise de vieux journaux pour presser des échantillons de linaigrette, Eriophorum sp., sous une tente dans l’Arctique.

Paul Sokoloff presse des échantillons de linaigrette, Eriophorum sp., sous une des tentes de l’expédition. Image : Roger D. Bull © Musée canadien de la nature

Il existe par exemple une flore de la Colombie-Britannique et une des terres humides des Grands Lacs. Chaque flore publiée contribue à donner une image plus précise de l’évolution et de la distribution des plantes sur la planète. La plupart de ces ouvrages comprennent des clés d’identification des espèces, des cartes de leur aire connue de distribution, ainsi que des synonymes (mêmes noms employés pour une même espèce).

Une flore réussie est une flore qui est fréquemment consultée, que cela soit par des professionnels tentant d’identifier un spécimen ou par un étudiant qui s’intéresse à l’évolution des noms de certaines plantes au fil du temps. C’est avec cette idée en tête que nous avons élaboré notre nouveau projet : une flore destinée à tous ceux et celles qui s’intéressent aux plantes de l’écozone arctique du Canada.

Cet article, publié dans Arctique, Plantes et algues, Recherche, Sur le terrain, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Oh, ce n’est pas un livre sur les bouquets de fleurs?

  1. Ping : Une méthode scientifique ultramoderne… du XVIIIe siècle! | Le blogue du Musée canadien de la nature

  2. Ping : Une flore! Mais pourquoi? | Le blogue du Musée canadien de la nature

  3. Ping : Compétence et bonne humeur : L’équipe de l’expédition botanique dans l’Arctique 2012 | Le blogue du Musée canadien de la nature

  4. Ping : L’enseignement et l’apprentissage dans le Nord : recherches estivales sur le terrain à l’auberge Arctic Lodge | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s