Pas facile d’être vert!

Comme le disait prophétiquement la grenouille Kermit de l’émission pour enfants 1, rue Sésame, « ce n’est pas facile d’être vert », même avec toutes les meilleures intentions du monde. En dépit des efforts de la société, il semble que les considérations politiques et économiques viennent entraver nombre des mesures proactives préconisées. Voilà en tous cas l’opinion que partageaient beaucoup de participants à notre premier Café scientifique de la saison, le 30 septembre dernier, au cours duquel la discussion portait sur la question « Peut-on minimiser notre empreinte écologique malgré notre rythme de vie effréné ? »

Une goutte d'eau suspendue à un brin d'herbe avec une image de la Terre en surimpression.

Pas facile d’être vert! les politiques et l’économie ont souvent raisons des meilleurs intentions, ont observé les participants au récent Café scientifique du Musée. Image : Thomas Vogel © iStockphoto.com/Thomas Vogel

Nos conférenciers étaient Bruce Yateman et Bernie Couture, deux pionniers écologistes instigateurs des projets EcoCorner et EcoCove.

Après un dîner au Café du Musée, les participants ont visionné le documentaire américain (en anglais avec sous-titres français) Carbon Nation, qui décrit la crise climatique actuelle et y propose des solutions concrètes. Plutôt que d’adopter un point de vue défaitiste, ce film se définit comme une « découverte optimiste ». On y rencontre des personnes d’horizons divers – entrepreneurs, scientifiques, agriculteurs, magnats des affaires, ou monsieur et madame Tout le Monde – qui ont tous prôné des solutions pratiques et éprouvées pour stopper, ou du moins retarder, la crise climatique.

Un homme debout devant des éoliennes.

Cliff Etheredge, propriétaire d’un parc éolien dans l’ouest du Texas, aux É.-U. Cette image est tirée du film Carbon Nation. Image : Peter Byck © Peter ByckCarbon Nation

Après le film, les conférenciers et les participants ont discuté de la question du jour. Dans une des premières interventions, un des participants soulignait la difficulté « d’être vert » : «  Je recycle et j’enfourche mon vélo le plus souvent possible, mais je me demande si c’est suffisant. »

Il est vrai que les changements les plus importants ne peuvent s’opérer qu’au niveau gouvernemental. En réponse, Bruce Yateman a expliqué que l’on doit faire des demandes précises, et fréquentes, à nos conseillers municipaux et nos députés des deux paliers de gouvernement.

« Ils doivent cesser de faire peur aux gens avec les changements climatiques, explique-t-il en insistant sur les effets négatifs des propos tenus par les gouvernements et les médias sur la crise climatique. Nous devons mettre au point des méthodes pour imposer un changement, plutôt que de tout éteindre pour ne plus les entendre. »

Un autre participant lança une discussion sur le fait qu’il ne s’était décidé à adopter des comportements écologiques que lorsqu’il était devenu grand-père : « J’ai commencé à changer pour mes petits-enfants. Je voulais faire ce qui était en mon pouvoir pour leur laisser une planète salubre. »

Pour ce faire, il a commencé à prendre le bus, effort louable pour quelqu’un qui vit en banlieue. Mais peu après, la ville a éliminé sa ligne d’autobus, de sorte qu’il a dû se procurer un véhicule. Il a alors choisi une auto hybride. Beaucoup de gens veulent faire leur part, mais vont au plus facile quand des obstacles surgissent.

Et soyons réalistes : même les écologistes les plus fervents ne peuvent tous se permettre d’acheter une voiture hybride neuve. On sait très bien qu’il faut une certaine aisance matérielle pour agir de façon « écologique ». La discussion s’est poursuivie en ce sens et plusieurs commentaires ont fait ressortir que le choix du consommateur finit toujours par pencher vers la facilité et les considérations économiques et que les produits écologiques, souvent trop chers, sont laissés de côté.

« Beaucoup de gens s’en moquent totalement ou n’ont pas les moyens financiers et il est si facile de continuer à faire comme d’habitude », explique un participant. Bruce Yateman abonde en ce sens : « L’argent est roi et les gens continuent d’acheter au meilleur prix possible. »

Une main ajustant un thermostat mural.

Sommes-nous prêts à enfiler un chandail supplémentaire pour économiser de l’énergie, a demandé un des invités spéciaux aux participants du Café scientifique. Image : Kameleon007 © iStockphoto.com/Kameleon007

Mais, en définitive, le côté pratique l’emporte presque toujours. Bernie Couture, l’autre conférencier, a alors pris le micro pour s’exprimer. Il est fier de vivre dans une maison très efficace sur le plan énergétique et de réduire ses dépenses en chauffage au minimum grâce à son poêle à bois. Comme sa propriété rurale est entourée de forêt, il peut facilement couper son propre bois.

« Ceci n’est toutefois pas la méthode la plus pratique et je connais peu de gens qui pourraient, ou voudraient, faire ce que je fais », concède-t-il. Bien qu’il s’agisse là d’une méthode un peu extrême de réduire son empreinte écologique, il fait remarquer que beaucoup de gens ne sont même pas prêts à faire le moindre effort en la matière, et opte plutôt pour le confort et la facilité. Certains, par exemple, trouvent plus « pratique » d’augmenter le chauffage plutôt que d’enfiler un chandail. C’est cette mentalité que nous devons faire évoluer.

D’autres idées intéressantes ont fait surface au cours de cette soirée. Mais toutes bonnes choses ont une fin et je crois que les participants sont retournés chez eux en ayant une meilleure idée des obstacles qui entravent le processus de réduction de l’empreinte écologique et des mesures à prendre pour les aplanir. Il s’avère que, ultimement, la collectivité et le gouvernement doivent unir leurs efforts pour lancer ce type d’initiatives mais surtout pour assurer leur continuité, un sujet que nous aborderons au prochain Café scientifique en novembre.

Pour de plus amples renseignements sur les façons de réduire votre empreinte écologique, visitez les sites suivants :

Vous pouvez aussi voir un extrait du film Carbon Nation dans YouTube (en anglais) :
http://www.youtube.com/watch?v=eBkzpCzBN5U&feature=player_embedded#

Cet article, publié dans Éducation, Événements, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s