Entouré de lichens

Par Ebony Griffin et Roger Bull

Quand on se promène dans les bois, on est entouré de lichens. Mais il faut savoir où regarder pour les repérer. Les lichens peuvent apparaître sous forme d’une tache de couleur vive éclaboussant une roche ou encore d’une excroissance végétale, comme une laitue sur un arbre. D’autres ressemblent à de petits soldats coiffés de rouge sur le sol forestiers.

Dimélène argentée, Dimelaena radiata, et un pléopsidie, Pleopsidium sp.

Dimélène argentée, Dimelaena radiata, (blanc) et un pléopsidie, Pleopsidium sp., (jaune). La photo a été prise au nord de San Francisco en Californie, aux États-Unis. Image : Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff © Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff

Les lichens sont omniprésents dans les écosystèmes d’Amérique du Nord, mais passent souvent inaperçus. Ils sont un exemple de symbiose entre un champignon, d’une part, et un organisme capable de photosynthèse, d’autre part, comme une algue ou une cyanobactérie. Le champignon fournit la structure de croissance, tandis que le partenaire photosynthétique convertit la lumière solaire en nourriture pour le couple.

Les lichens sont les premiers à coloniser les roches, enclenchant ainsi le processus de formation des sols. Ils sont aussi une source d’aliments pour de nombreux animaux, notamment le caribou de la toundra. Étant très sensibles à la pollution atmosphérique, les lichens servent d’indicateurs dans les programmes de surveillance de la qualité de l’air. Ils entrent également dans la fabrication de teintures et de médicaments traditionnels.

Lichens crustacés sur schiste.

Lichens crustacés sur schiste. Cette photo a été prise dans le contrefort de la Sierra Nevada, comté de Merced, en Californie, aux États-Unis. Image : Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff © Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff

Les lichens offrent une telle diversité de formes et de couleurs qu’il n’est pas aisé de les classer. C’est précisément la tâche des lichénologues, comme Irwin (Ernie) Brodo du Musée canadien de la nature, qui se consacre à l’étude des lichens depuis le milieu des années 1960.

Ernie Brodo, Sylvia Duran Sharnoff et Stephen Sharnoff parmi les collines de la Californie, aux États-Unis.

En juillet 1986, Stephen et Sylvia Sharnoff amènent Ernie Brodo (à gauche) à Fort Cronkhite, près de San Francisco en Californie, pour y voir les habitats côtiers riches en lichens. Ce sera le début d’une longue et fructueuse amitié. Image : Fenja Brodo © Fenja Brodo

Dans les années 1980, ce chercheur a rencontré Stephen et Sylvia Duran Sharnoff, un couple de photographes californiens fascinés par la beauté des lichens. Ils se sont liés d’amitié et ont décidé de conjuguer leurs forces pour réaliser un guide des lichens bien illustré et documenté.

Les Sharnoff ont sillonné l’Amérique du Nord en fourgonnette de camping pour constituer un corpus de photos pour le livre. Fort de sa vaste expérience, Ernie Brodo s’est chargé de la rédaction du texte, notamment des chapitres d’introduction, des descriptions et des clés d’identification de plus d’un millier d’espèces.

La couverture du livre Lichens of North America.

Lichens of North America est un ouvrable monumental. On juge qu’il est l’équivalent, pour les lichens, du célèbre livre Birds of America de la société Audubon. Image: Yale University Press © Yale University Press

En 2001, après presque dix années d’efforts, le trio a publié Lichens of North America (en anglais seulement). Cet impressionnant ouvrage de 800 pages ouvre les naturalistes professionnels ou amateurs à l’univers fabuleux des lichens.

La nouvelle exposition Lichens du Musée canadien de la nature présente 16 photographies de ce livre, qui témoignent de la diversité de formes et de couleurs de ces organismes. Avec leurs motifs insolites et leurs formes abstraites, ces images évoquent des peintures de l’école moderne.

Pour être entouré de lichens, visitez la galerie aux murs de pierre! Et peut-être ces photos vous inciteront-elles à découvrir ces organismes curieux lors de vos prochaines promenades en forêt.

Ophioparme du Pacifique, Ophioparma rubricosa.

Ophioparme du Pacifique, Ophioparma rubricosa. Photo prise dans la forêt nationale Siskiyou, en Oregon, aux États-Unis. Image : Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff © Stephen Sharnoff/Sylvia Duran Sharnoff

Cet article, publié dans Expositions, Plantes et algues, Recherche, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s