Recherche, collections et intendance!

par Emma Lehmberg et Cassandra Robillard

Saviez-vous que le Musée canadien de la nature ne se contente pas de conserver les plus grandes collections de flore et de faune du Canada, mais aussi de préserver des terres?

Le Programme de surveillance environnementale vise en effet à étudier et à protéger le terrain entourant l’Édifice du patrimoine naturel qui abrite les collections et les installations de recherche du Musée dans le secteur Aylmer de Gatineau, au Québec. Ces 76 hectares de terres humides et de forêts de milieux secs et humides ont été préservés d’un développement de grande envergure.

Des violettes cucullées, Viola cucullata.

On retrouve de nombreuses fleurs sauvages sur les terres du Musée. Ici, des violettes cucullées, Viola cucullata. Image : Emma Lehmberg © Musée canadien de la nature

Emma Lehmberg (à gauche) et Cassandra Robillard dans un bosquet de cèdres.

L’enthousiaste duo de surveillance environnementale 2012. Emma Lehmberg (à gauche) et Cassandra Robillard. Image : Brian W. Coad © Musée canadien de la nature

Cette intendance comporte plusieurs activités, notamment : procéder à des levés hydrogéologiques (pour déterminer les mouvements d’eau souterraine) et des recensions biologiques, entretenir le terrain et servir d’intermédiaire entre le Musée et la collectivité locale en ce qui touche les questions environnementales du site et des terres environnantes.

C’est avec fierté que nous nous présentons : Emma Lehmberg et Cassandra Robillard, membre de l’équipe de terrain du Programme de surveillance environnementale de cette année. Toutes deux étudiantes, nous nous passionnons pour la biologie et pour la sensibilisation au monde naturel. Au cours de l’été, nous superviserons les divers projets du programme.

Projets en cours en 2012

Sensibilisation à la nature
Visites guidées sur le terrain pour le personnel et pour des groupes comme des clubs de naturalistes ou des classes de biologie, afin d’illustrer notre travail de surveillance environnementale tout en renseignant sur la flore, la faune et les habitats locaux. Nous souhaitons également mettre en place des visites autoguidées grâce à un réseau de sentiers et de panneaux d’interprétation.

Une petite araignée blanche sur le pétale d’un trille blanc, Trillium grandiflorum.

Une petite araignée a élu domicile sur le pétale d’un trille blanc, Trillium grandiflorum. Image : Brian W. Coad © Musée canadien de la nature

Communication
Préparation d’une page consacrée au Programme de surveillance environnementale pour le site Web du Musée, nature.ca.

Surveillance
Exploration des moyens de lutter contre le nerprun bourdaine, Frangula alnus, plante envahissante venant d’Europe qui menace sérieusement nos forêts indigènes et surveillance des tiques pour la protection des visiteurs des lieux.

Cassandra Robillard effectue un relevé avec un lecteur GPS sur les terrains du Musée.

Cassandra Robillard effectue un relevé à l’aide du système de localisation GPS alors que l’équipe travaille loin des sentiers, sur les terrains du Musée. Image : Emma Lehmberg © Musée canadien de la nature

Nous sommes aussi très enthousiastes à l’idée de peut-être participer au Code-barre de la vie, un projet international visant à séquencer l’ADN de toutes les espèces multicellulaires connues en vue de l’identification moléculaire de spécimens inconnus. (Plus d’information dans le site du projet (en anglais).)

Nous envisageons de constituer une collection de spécimens représentant la diversité végétale du site et de les soumettre au projet Code-barre pour séquençage et codage ADN. De nombreuses plantes ont déjà été collectées dans le cadre des activités du Programme de surveillance environnementale et nous espérons combler les lacunes en collectant d’autres spécimens, notamment de mousses.

Deux espèces de mousse formant un tapis au sol.

Deux espèces de mousse poussant ensemble au bord du sentier. Image : Emma Lehmberg © Musée canadien de la nature

Au fil de l’été, nous nous affairerons donc à ces tâches et peut-être à d’autres! Et comme nous adorons parler de notre travail, nous espérons pouvoir le faire avec vous.

Une ariséma rouge foncé, Arisaema triphyllum (à gauche) et une tiarelle, Tiarella sp.

L’ariséma rouge foncé, Arisaema triphyllum, qu’on voit ici à gauche, est une espèce abondante sur les terres du Musée. À droite, une tiarelle, Tiarella sp.

Cet article, publié dans Collections, Le Musée vert, Recherche, Sur le terrain, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Recherche, collections et intendance!

  1. Ping : La biodiversité dans notre cour : Explorer les habitats de la propriété du Musée | Le blogue du Musée canadien de la nature

  2. Ping : Un été merveilleux entre mousses et coléoptères | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s