Bélugas sur le vif : le vent balaie notre webcam

On a beau avoir les meilleurs plans, aucun ne résiste à un vrai déchaînement des forces de la nature. On l’a encore vu la semaine dernière quand une puissante tempête a bousillé les plans du Musée et ceux du gîte Arctic Watch, sur l’île Somerset en Nunavut dans le Haut-Arctique. Nous aurions tant aimé vous faire voir en webcam ce grand rassemblement de bélugas. (Nous projetterons plutôt des enregistrements en vidéo.) Lisez ce qu’en raconte Tessum Weber du gîte Arctic Watch.

Un béluga (Delphinapterus leucas), la tête hors de l’eau, tentant de maintenir un caillou en équilibre sur son nez.

Un béluga (Delphinapterus leucas) s’amusant avec un caillou. Image: Nansen Weber © Arctic Watch Lodge

Dire que nous nous démenions depuis deux semaines pour saisir en webcam les Bélugas sur le vif! Avec le soutien du Musée canadien de la nature, nous avions installé une webcam à l’énergie solaire dans l’estuaire du fleuve Cunningham pour filmer l’attroupement des bélugas (site Web en anglais seulement). On en voit toujours une centaine au moins et même jusqu’à cinq cents. Tous s’adonnent à des jeux, batifolent et se frottent sur le gravier.

On croît qu’ils sont deux mille à s’attrouper ainsi chaque été dans l’estuaire du fleuve. Nous nous étions proposé de diffuser en direct cette grande retrouvaille de bélugas (Delphinapterus leucas) dans l’édifice du Musée à Ottawa, sur son site Web nature.ca, et sur celui de notre gîte Arctic Watch. Les gens auraient pu ainsi s’amuser en direct aux jeux des bélugas du fleuve.

Trois petites tours portant une antenne parabolique, des panneaux solaires et une caméra sont alignées sur une pointe de gravier.

Les trois tourelles avant la tempête : satellite, énergie solaire et caméra. Image : Tessum Weber © Arctic Watch Lodge

Pour cet exploit, nous avions monté une installation spéciale. Elle se composait de trois tourelles de bois. Celles-ci étaient ancrées à la plage par des centaines de kilos de roches. À marée haute, nos tourelles auraient été au beau milieu des bélugas.

La première tourelle soutenait une antenne parabolique assurant la transmission par satellite. La deuxième tourelle portait des panneaux solaires, des accumulateurs et un modem. La troisième était réservée à la caméra. Comme ça, nous pouvions pointer la webcam dans toutes les directions pour trouver le meilleur angle de vue.

Après avoir surmonté toutes les difficultés techniques, il ne nous restait plus qu’à diffuser. Hélas, tout a été emporté par le vent qui s’est déchaîné sur Arctic Watch jeudi dernier! Un vent de soixante-quinze kilomètres à l’heure comme je n’en avais pas vu depuis sept ans. Nos trois tourelles n’ont pas tenu le coup. La tempête a détruit et jeté à l’eau notre tourelle solaire et celle de la webcam.

Un carnage démentiel si vous demandez mon avis. Il ne restait plus rien de ces deux tourelles. On n’en trouvait plus le moindre fragment dans un rayon de cent mètres. Nous n’avons pu récupérer que deux panneaux solaires, retrouvés à une distance stupéfiante de trois kilomètres! Un seul avait vraiment tenu le coup.

Panneaux solaires appuyés contre une plate-forme en bois sur une plage rocailleuse.

La plate-forme solaire, après la tempête, à trois kilomètres de son point d’ancrage. Il n’en reste que deux panneaux et un seul peut encore servir. Image : Nansen Weber © Arctic Watch Lodge

En tous cas, personne n’a été blessé!

La seule déception, c’est que nous n’aurons pas de bélugas sur le vif à vous montrer cette année

Tout n’est pas perdu! Nous pouvons encore projeter des enregistrements vidéo dans le Musée et sur son site Web. Ce n’est pas du direct, mais ça reste un spectacle étonnant!

Je ne saurais terminer sans remercier les gens de Télésat, Louise Poirier, Claude Éthier, Russ Zeitz, bv02 et toutes les personnes extraordinaires au Musée canadien de la nature. Grâce à eux, nous sommes passés à deux doigts de réaliser ce projet. Nous y parviendrons certainement l’an prochain!

La webcam Bélugas sur le vif vous est offerte par le Musée canadien de la nature en association avec l’organisme Arctic Watch Lodge.

Tessum Weber.

Tessum Weber

Cet article, publié dans Animaux, Arctique, Eau, Mammifères, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s