Toute de glace et de roc : L’île de Baffin

Au mois d’août, la minéralogiste du Musée Paula Piilonen et l’assistant de recherche Glenn Poirier ont passé une semaine à l’île de Baffin au Nunavut dans le cadre du projet de cartographie géologique. C’était leur première expédition de terrain dans l’Arctique. Comme le souligne Paula Piilonen, le voyage lui-même fait partie de l’aventure et le paysage laisse un souvenir inaltérable.

J’ai voyagé dans le monde entier, pour mon travail ou pour mes vacances. C’est pourtant au Nunavut que je ressens le plus vif sentiment d’éloignement. Même la ville d’Iqaluit est un monde à part, qui évoque davantage une petite ville minière éloignée que la capitale du tout nouveau territoire du Canada. Une semaine à l’île de Baffin fait prendre conscience que notre pays est encore vierge et sauvage. Cette île, austère et désolée, est dénuée de tout signe de vie. Elle possède néanmoins une beauté à couper le souffle.

Glenn Poirier et moi avons atterri à Iqaluit le 29 juillet 2012. C’était le point de départ de notre excursion à la péninsule Hall, au sud de l’île de Baffin.

Deux randonneurs descendant une pente rocailleuse  vers une rivière.

Minuscules dans le paysage, Glenn et Paula cherchent des gemmes dans la péninsule Hall. Image : Serge Basso © Musée canadien de la nature

Iqaluit est le siège du Bureau géoscientifique Canada-Nunavut, qui pilote le projet de cartographie de la péninsule Hall. Après avoir rencontré les scientifiques du Bureau, nous avons exploré la ville et fait une randonnée sur le sentier qui longe la baie de Frobisher jusqu’à la ville d’origine : Apex. À notre grande surprise, Iqaluit abrite deux Tim Hortons. On ne sera donc pas en manque de caféine!

Homme levant le pouce devant un restaurant Tim Hortons.

Glenn montre sa satisfaction à trouver une véritable institution canadienne à Iqaluit. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Le matin même où nous devions quitter Iqaluit pour le campement de la péninsule Hall, un spectacle étonnant nous attendait : pour la première fois en 30 ans, la vieille glace de mer de la baie de Baffin, poussée par les vents et les courants, avait envahi la baie de Frobisher et notre port.

Comme nous avons dû retarder notre vol en raison du mauvais temps à la péninsule Hall, Glenn et moi avons pris le temps de nous promener parmi les « icebergs » à marée basse. Émerveillés par leur taille et leur couleur, nous avons pris de nombreuses photos et avons même goûté à la glace!

Gros morceaux de glace dans un port.

Les glaces dans le port d’Iqaluit fournissent une distraction inespérée à Paula et Glenn qui attendent une météo favorable pour partir. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Sans que nous le sachions, cette même glace qui nous captivait et nous émerveillait a causé bien des émois à nos collègues du Musée Kieran Shepherd, Jennifer Doubt et Paul Hamilton, qui faisaient partie de l’expédition Students on Ice : ils ont été coincés à Iqaluit et incapables de rejoindre leur navire ancré dans les eaux plus profondes de la baie de Frobisher. (Ils ont finalement réussi à partir en soirée grâce à une intervention spéciale de la Garde côtière canadienne.)

De retour au Bureau géoscientifique, nous avons étudié les cartes topographiques du sud de l’île de Baffin avec un groupe d’anciens de Pangnirtung, au Nunavut, qui devaient nous accompagner au campement. Ils nous ont montré les meilleurs sites de chasse, de pêche, d’observation des baleines et nous ont indiqué les endroits où nous avions des chances de trouver de la pierre à sculpter et des gemmes. Leur mémoire collective concernant les terres qu’ils habitent est phénoménale.

Le brouillard s’étant dissipé au campement, nous avons reçu l’autorisation de décoller et d’atterrir. Après avoir déchargé du Twin Otter les barils de carburant vides, nous avons chargé notre équipement et nos effets personnels et avons quitté l’aéroport de Iqaluit.

Petit avion rouge devant un hangar.

Le Twin Otter qui a transporté Paula et Glenn à leur campement sur la péninsule Hall. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Alors que je survolais la toundra et observais les côtes, les fjords et les affleurements érodés par les glaciers, mon esprit ne parvenait pas à appréhender l’immensité de l’Arctique canadien. On peut presque établir une carte géologique des airs. Tout est exposé!

Trente minutes plus tard, nous avons atterri sur la toundra au campement de la péninsule Hall. L’expérience a été plus éprouvante que je ne l’aurais pensé (dégâts mineurs, juste un peu de travail à la queue du Twin Otter!). Après avoir déchargé l’avion, nous avons fait le tour de ce qui devait être notre demeure pendant cinq jours : une douzaine de tentes Logan en toile et quatre grands abris de toile en forme de demi-dôme sur les berges du lac Happy.

Quatre abris en forme de demi-dôme sur un terrain plat.

Le brouillard arrive au campement de la péninsule Hall. Ces abris contiennent le centre de communication, la cuisine et les douches. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Nous disposons de toutes les commodités, douche avec eau chaude, génératrice, Internet par satellite et téléphone. Bref le confort d’une maison avec en prime une vue sublime et l’air pur de l’Arctique. On se couche de bonne heure sur le terrain. On s’enveloppe dans nos sacs de couchage à l’intérieur de la tente et on se laisse bercer par le cri des plongeons.

Maintenant arrivés et installés, nous attendons avec impatience le moment de partir sur le terrain pour explorer et collecter. La suite, la semaine prochaine!

A propos Paula Piilonen

A mineralogist with the Research Division at the Canadian Museum of Nature.
Cet article, publié dans Arctique, Recherche, Roches et minéraux, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s