Quand les expositions révèlent leur magie

Des caisses et des panneaux d’exposition entreposés dans une salle.

L’exposition La nature déchaînée en cours d’installation. Image : Kathleen Quinn © Musée canadien de la nature

Louer une exposition de l’extérieur peut sembler facile. Après tout, le travail n’est-il pas déjà tout fait ou presque?

Eh bien non! S’il est vrai que l’utilisation d’une exposition conçue par un autre musée facilite en partie le travail, il reste quand même beaucoup à faire. Il faut souvent refaire certains panneaux d’exposition, adapter le texte, monter l’exposition, inspecter puis disposer les spécimens.

Cependant, une des beautés de la location d’une exposition, outre le fait d’élargir nos horizons en voyant le travail des autres, est que nous n’avons jamais idée de quoi elle aura vraiment l’air avant l’ouverture!

Certes, il y a les photos, les échantillons de texte, les descriptions des artefacts, mais une exposition est avant tout une expérience en trois dimensions. La nature déchaînée est la troisième exposition louée par le Musée canadien de la nature sur laquelle j’ai eu la chance de travailler, à titre de stagiaire au Service des expositions ou de bénévole. Et à chaque fois, la magie demeure intacte!

À quoi l’exposition ressemblera-t-elle vraiment? Comment toutes ces parties (texte, spécimens, panneaux, activités interactives, vidéos) s’imbriqueront-elles les unes dans les autres afin d’offrir une expérience unique?

Des caisses et des éléments d’exposition entreposés dans une salle.

Quelle allure prendra l’exposition La nature déchaînée? Ce n’est qu’une fois tous les éléments mis en place que l’exposition prend sa pleine signification. Image : Kathleen Quinn © Musée canadien de la nature

Et parmi ces trois expositions sur lesquelles j’ai travaillé, La nature déchaînée est probablement celle qui me touche personnellement le plus…

Des automobiles roulant sur une autoroute, avec une pancante routière en bordure de la route.

Des automobiles roulant sur une autoroute, avec une pancante routière en bordure de la route.

Il y a deux ans, mon conjoint et moi avons failli vivre une situation similaire à celles décrites dans l’exposition. Nous étions en camping sur le bord de l’océan Atlantique, en Caroline du Sud aux États-Unis, lorsque l’ouragan Irene a décidé de jouer les visiteurs inattendus. Autant vous dire que, considérant notre petite tente de camping bancale, nous avons décidé de plier bagage assez rapidement.

Nous avons pu éviter l’ouragan sur le chemin du retour qui s’est également fait assez vite merci. Fort heureusement, à part des vacances écourtées, nous n’avons pas eu de mal. Notre plage a cependant été évacuée le lendemain de notre départ, pour vous dire l’urgence de la situation!

Des palmiers battus par des vents violents et de la pluie.

Une scène d’ouragan présentée dans l’exposition La nature déchaînée. Image : © Andres Leighton/AP Photo

En parcourant les textes de La nature déchaînée, j’ai pu lire des récits qui auraient pu être similaires au mien si nous n’avions pas décidé de partir aussi rapidement. Et je me suis demandé ce qui serait arrivé si nous n’étions pas partis à temps.

Les scénarios relatés dans l’exposition parlent de désastres, mais aussi de courage, de détermination et d’altruisme. En les lisant, j’ai pu apprécier les efforts mis de l’avant pour comprendre et prévenir ces différentes catastrophes naturelles et en minimiser les effets. Pourtant, la lecture de ces panneaux fait pâle figure à côté de la visite véritable de l’exposition. Ce n’est que là que nous pourrons voir sa véritable image!

Panneaux de l’exposition La nature déchaînée portant sur les tremblements de terre.

Une vue de l’exposition La nature déchaînée, qui ouvre aujourd’hui au Musée canadien de la nature. Image : Avec l’aimable autorisation du Field Museum

Les visiteurs pensent souvent que les gens qui travaillent dans les musées savent d’avance ce dont les expositions auront l’air. Je peux vous assurer que chaque dévoilement, chaque ouverture, garde sa propre magie, que ce soit pour le public ou le personnel. C’est alors la première fois que l’exposition est présentée dans son ensemble et qu’elle révèle toute sa signification. Et je suis certaine que La nature déchaînée, qui ouvre ses portes aujourd’hui, sera encore plus spéciale pour moi!

Cet article, publié dans Expositions, La nature déchaînée, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s