Tempête de verglas de 1998 : seriez-vous prêt à y faire face aujourd’hui?

Il y a 15 ans, une tempête de verglas s’est abattue sur le centre et l’est du Canada. C’est l’une des nombreuses catastrophes naturelles qui sont présentées dans l’exposition La nature déchaînée. Sécurité publique Canada a créé du contenu unique, adapté à la situation de notre pays, pour cette exposition. Ce blogue de Lara Deacon vous présente la Base de données canadienne sur les désastres et ce qu’elle peut vous apprendre.

En tant que Canadiens, nous avons appris avec l’expérience que les conditions météorologiques peuvent parfois durement nous toucher. Il y a de cela quinze ans, ce qui n’était au départ qu’une fine bruine verglaçante dans le centre et l’est du Canada s’est transformé et est devenu ce que l’on appelle aujourd’hui la tempête de verglas de 1998 en Amérique du Nord. Elle a fait 28 morts et blessé 945 personnes.

On estime que la tempête a causé 4,6 milliards de dollars en dommages, a plongé des villes entières dans le noir et a forcé plus de 17 000 personnes à quitter leurs maisons en plein hiver.

Un arbre cassé sous le poids du verglas bloque une rue.

Des piétons tentent de se déplacer dans une rue bloquée par des arbres abattus à Montréal. Image : Erin Murray © Sécurité publique Canada

Malgré l’ampleur de la situation, les gens se sont réunis pour s’entraider. Les voisins et premiers intervenants se sont occupés des personnes âgées et vulnérables, ont partagé des ressources, comme des génératrices et de la nourriture chaude, et ont accueilli les personnes évacuées. Les Forces canadiennes se sont jointes aux équipes de services publics de partout en Amérique du Nord pour rétablir le courant.

Lorsque les choses se corsent, il est toujours rassurant de savoir qu’il est possible de se fier aux autres. Ensemble, il est possible d’être résilients. Le 15e anniversaire de cette catastrophe naturelle nous rappelle que nous devons tous être prêts pour ce que mère Nature nous envoie, peu importe sous quelle forme elle l’envoie.

Un soldat utilise une scie à chaîne pour couper un arbre qui est tombé sous le poids du verglas.

Le 10 janvier 1998 : Le caporal-chef Pete Leadbeater, de la Base des Forces canadiennes Petawawa, retire des arbres afin de rétablir le courant dans les communautés rurales du Québec. Image : © Ministère de la Défense nationale

Grâce à mon travail, j’ai une perspective bien particulière en ce qui a trait à la préparation aux urgences et aux catastrophes. Je travaille pour Sécurité publique Canada, le ministère fédéral responsable de la gestion des urgences.

Afin d’aider les Canadiens à en apprendre davantage sur les types de catastrophes qui peuvent se produire dans leur région, mon équipe et moi, ici à Sécurité publique Canada, travaillons sur la Base de données canadienne sur les désastres (BDC). Il s’agit d’une ressource en ligne contenant des informations relatives à plus de 1 000 événements différents, autres que la guerre, qui ont directement touché les Canadiens, et ce, depuis l’année 1900.

On y trouve de l’information sur la date et le lieu de la catastrophe, le nombre de personnes blessées, évacuées et décédées, ainsi qu’une estimation des coûts de la catastrophe. Inondations, tornades, tremblements de terre et plus encore—la BDC est l’outil idéal pour en apprendre davantage sur toutes ces catastrophes.

Une tour de transmission hydro-électrique dont la partie supérieure s’est effondrée sous le poids de la glace.

Une tour de transmission hydro-électrique s’effondre sous le poids de la glace. Image : © Ministère de la Défense nationale

Une partie de mon travail consiste à maintenir la base de données à jour en y ajoutant de nouvelles informations sur les catastrophes lorsqu’elles se produisent. De plus, nous avons été vraiment ravis que l’exposition La nature déchaînée présente un kiosque spécial dans lequel les visiteurs peuvent explorer toutes les fonctionnalités de la base de données.

La base de données est une ressource utile pour toute personne ayant un intérêt pour les catastrophes ou l’histoire, et en particulier pour les personnes qui veulent en savoir plus sur les types de situations d’urgence qui pourraient se produire dans leur région en fonction des tendances historiques.

Une femme assise utilise l’ordinateur du kiosque présentant la Base de données canadienne sur les catastrophes, dans l’exposition La nature déchaînée.

La présidente du Musée, Meg Beckel, et John Gazo, de Sécurité publique Canada, observent la secrétaire parlementaire Candice Bergen examinant le kiosque de la Base de données canadienne sur les catastrophes lors de l’ouverture de l’exposition La nature déchaînée. Image : Martin Lipman © Musée canadien de la nature

Lorsque les gens connaissent les risques associés à leur région, cela peut être une bonne idée de s’informer sur les mesures susceptibles d’atténuer les effets des catastrophes potentielles.

Par exemple, les gens vivant dans des zones sujettes aux inondations peuvent prendre les mesures nécessaires pour avoir à leur disposition un système d’alimentation électrique de secours pour leur pompe de puisard. Leur résidence devrait ainsi être moins inondée. Grâce à de simples mesures de prévention, on peut éviter des dommages s’élevant à des milliers de dollars, sans parler des inconvénients majeurs et des risques possibles pour la santé et la sécurité.

Un poteau recouvert de glace.

Un poteau recouvert de glace. Image : © Ministère de la Défense nationale

Pour vous aider dans votre préparation personnelle, le site Web Preparez-vous.ca offre des informations et des conseils pour que vous puissiez faire face aux différents types de situations d’urgence, dont les avalanches, tremblements de terre, inondations, ouragans, tornades, tempêtes violentes et les incendies. Vous pouvez même compléter un plan d’urgence familial en ligne et l’enregistrer pour le conserver dans vos fichiers.

L’anniversaire de la tempête de verglas ainsi que les autres catastrophes présentées dans l’exposition La nature déchaînée nous démontrent bien la puissance de la nature. La façon de nous préparer à ces catastrophes influence notre capacité à y faire face lorsqu’elles se produisent. Le fait d’avoir quelques outils utiles à un clic de souris est idéal pour tous les Canadiens et Canadiennes.

Cet article, publié dans Expositions, La nature déchaînée, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s