Ikebana : L’art floral japonais

Malgré la dernière bordée de neige, l’arrivée du printemps n’est-il pas le meilleur moment pour fleurir le Musée canadien de la nature? Lors de mon stage au service des expositions du Musée, j’ai eu l’occasion de participer à l’installation de l’exposition Ikebana – Horizon.

Mon rôle consistait à apporter toute l’aide nécessaire aux artistes, notamment de transporter le matériel, monter les tables et disposer les étiquettes. Ce fut un véritable privilège de les accompagner dans leur travail de création.

L’Ikebana, c’est beaucoup plus de jolies présentations de fleurs. C’est une discipline japonaise d’art floral, dans laquelle l’arrangement floral est vu comme un être vivant, ce qui accentue le rapport étroit avec la nature.

Un arrangement Ikebana de l’école Ohara.

Créée par Marie-Ève Coupal, cette oeuvre s’inscrit dans le courant Ohara. Cette école d’Ikebana met en relief les environnements naturels tout en intégrant des caractéristiques saisonnières. Comme ici, des grands récipients à fond plat servent souvent à créer un « arrangement paysager ». Celui-ci intègre les espèces suivantes : protea (Protea sp.), cymbidium (Cymbidium sp.), leptosperme (Leptospermum sp.), saule blanc pleureur (Salix alba « Tristis »), monstera (Monstera deliciosa) et bégonia (Begonia sp.). Image : Lyndsey Sullivan © Musée canadien de la nature

Divers matériaux végétaux, notamment des branches, des feuilles, des graminées et des fleurs, contribuent à créer une oeuvre unique qui allie équilibre des couleurs, naturel des formes et impression de mouvement. L’harmonie entre les matériaux organiques et les objets de fabrication humaine est un trait essentiel de cet art. Les principes spirituels de l’Ikebana incitent les artistes à vivre au moment présent quand ils réalisent leurs arrangements.

Il existe trois principales écoles : Ikenobo, Ohara et Sogetsu. L’exposition de cette année, Ikebana – Horizon, illustre les styles Ohara et Sogetsu.

Un arrangement Ikebana de l’école Sogetsu.

Réalisé par Anne Breau du Musée canadien de la nature, cet arrangement représente le style Sogetsu. Ce courant se fonde sur le principe qu’il est possible de créer un arrangement n’importe quand, n’importe où, avec n’importe quels matériaux tout en suivant les règles d’Ikebana. Les créations Sogetsu intègrent souvent des objets fabriqués à une conception abstraite, privilégiant ainsi l’expression de l’individualité. Cet arrangement se compose des plantes suivantes : agapanthe (Agapanthus sp.), chardon (Eryngium sp.), lis « gloriosa » (Gloriosa sp.) et saule tordu (Salix matsudana « Tortuosa »). Image : Lyndsey Sullivan © Musée canadien de la nature

Des précautions d’ordre sanitaire s’imposent lorsqu’il s’agit d’une exposition contenant des matières organiques. On doit éviter que l’espace d’exposition ne soit contaminé par des insectes ou des moisissures.

Par la porte ouverte, on aperçoit du matériel entassé dans une pièce réfrigérée.

L’immense congélateur du Musée préserve à – 30 °C les matériaux destinés aux installations d’Ikebana. Image : Lyndsey Sullivan © Musée canadien de la nature

Cinq à sept jours avant l’exposition, on a placé les matières sèches destinées aux arrangements, comme les branches, le bois flotté et les lianes, dans l’énorme congélateur du Musée afin de détruire tout parasite.

Un jour ou deux avant de les transporter dans la salle d’exposition, on a retirés ces matériaux organiques du congélateur pour qu’ils s’acclimatent à la température ambiante. Un conservateur les a soigneusement examinés pour s’assurer qu’aucun indésirable n’avait survécu à la congélation.

La transformation qui s’est opérée au cours des trois jours de création m’a stupéfiée. L’élaboration de beaucoup de pièces a commencé avec l’installation des éléments de soutien ou des objets les plus gros, auxquels se sont ajoutées les autres pièces au fil du processus de création.

Chaque branche, tige ou fleur contribue à la couleur, à la forme et au mouvement de l’ensemble. L’échelle et la complexité des arrangements m’ont ébahie. J’ai eu beaucoup de plaisir à observer l’évolution de ces splendides oeuvres d’art.

Collage de deux photos : à gauche, un homme ajoute des branches d’arbre à une souche en bois placée sur une table basse. À droite, l’arrangement Ikebana terminé, incorporant aussi des fleurs et des fourgères.

Terry Hodgins commence à réaliser son arrangement. On peut voir à droite l’oeuvre terminée, qui comporte les végétaux suivants : arum d’Éthiopie (Zantedeschia aethiopica), azalée (Rhododendron sp.), pin mugho (Pinus mugo), chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa), fougère (Rumohra adiantiformis) et lycopode foncé (Lycopodium obscurum). Images : Lyndsey Sullivan © Musée canadien de la nature

Ce n’est qu’en admirant les oeuvres sur place que l’on peut ressentir toute l’émotion qui en émane. Ikebana – Horizon est à l’affiche du 21 au 24 mars 2013 au Musée canadien de la nature.

Cet article, publié dans Art, Expositions, Plantes et algues, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s