Sous la glace Arctique : Je croyais que c’était des vers!

Non, ce n’était pas des vers! C’était plutôt un échantillon de krill, une petite crevette appartenant aux euphausiacés qui constitue avec les copépodes (autre petit crustacé) la principale source alimentaire de la baleine boréale dans l’Arctique. Si l’on considère qu’une de ces minuscules créatures pèse environ 1 gramme, notre baleine filtreuse devrait en ingurgiter environ 100 millions chaque année. Le krill semble tout de même plus appétissant que le mélange de boue, de crustacés et de mollusques que la baleine grise racle des fonds marins puis tamise dans ses fanons pour ne conserver que les morceaux intéressants.

Voilà quelques exemples de ce que l’on pouvait trouver dans la « boîte-repas » des mammifères de l’Arctique présentée par les zoologues du Musée Kathy Conlan, Ed Hendrycks, André Martel, Noel Alfonso et Jackie Madill les 27 et 28 avril, dernière fin de semaine du festival Extraordinaire Arctique. À titre de bénévole, j’ai aidé les chercheurs tout en apprenant une foule de faits fascinants.

Savez-vous comment les morses trouvent les myes, un de leurs aliments préférés? Ils fouillent le lit marin de leur museau et repère leurs proies grâce à leurs vibrisses. Ils les délogent en creusant avec leurs nageoires et en projetant des jets d’eau de leur gueule. Ensuite, ils n’ont plus qu’à aspirer la chaire des myes à même la coquille. Miam!?

Un jeune visiteur examine les créatures marines qui se trouvent dans un bac isolant rempli d’eau froide.

Les visiteurs ont pu examiner de près des créatures marines vivant sur les lits marins, notamment sous la banquise arctique. L’astérie écailleuse, Dermasterias imbricata, qu’un jeune visiteur enthousiaste a affectueusement baptisée Harold, en faisait partie. Les animaux ont été ensuite replacés dans leur aquarium. Image : Jackie Madill © Musée canadien de la nature

L’observation de ces créatures marines a plu aux petits comme aux grands. Beaucoup ont tenté de dessiner divers coquillages à l’aide d’un microscope et d’une chambre claire. Ce dernier appareil permet de voir l’image de ce qui se trouve sous le microscope en même temps que la feuille sur laquelle vous tracez votre dessin. Il est donc possible de reproduire l’objet observé en traçant au crayon le contour de son image sur la feuille. Les scientifiques du Musée recourent à cette technique pour effectuer le dessin détaillé de minuscules organismes.

Si l’on en juge par le succès de cette activité, il se trouvait bon nombre d’artistes et d’illustrateurs scientifiques en herbe parmi les visiteurs!

Une jeune fille dessine un coquillage à l’aide d’une chambre claire.

Faisant preuve d’un grand souci du détail, une jeune visiteuse dessine un coquillage à l’aide d’une chambre claire. Image : Jackie Madill © Musée canadien de la nature

Les collections du Musée canadien de la nature conservées au Campus du patrimoine naturel à Gatineau (Québec) comprennent des milliers de spécimens de vertébrés et d’invertébrés qui sont des témoins inestimables de la vie dans l’Arctique canadien. Judith Price, responsable adjointe des collections d’invertébrés, est la spécialiste qui veille sur ces trésors.

Judith Price est assise à une table dans le ventre d’un squelette grandeur nature de rorqual bleu, Balaenoptera musculus.

Judith Price dans le ventre de la baleine! Image : © CWClark

Pendant la fin de semaine, elle se trouvait, fort opportunément, dans le ventre du squelette de rorqual bleu qui trône dans la Galerie Eau Bleue RBC. Elle montrait aux visiteurs plusieurs types de parasites susceptibles d’infester les mammifères arctiques marins et terrestres. Les baleines abritent parfois des ténias de plusieurs mètres de longueur et des nématodes (vers ronds) de taille TTG.

Dans le même ordre d’idée, la spécialiste a aussi montré des larves de la mouche du caribou, certaines sur un échantillon de peau, ainsi que des vers du foie contractés par des chiens de traîneau nourris au poisson cru, un aliment bon marché et abondant dans le Grand Nord.

Je l’admets, de prime abord, les lamproies m’ont répugnée. Étant donné leurs dents et leur façon de se nourrir, c’est peut-être compréhensible…? Il y avait une petite exposition fort intéressante concernant la recherche d’un scientifique du Musée sur les lamproies de l’Arctique des rivières avoisinant le Grand lac des Esclaves dans les Territoires du Nord-Ouest.

J’ai été rassurée de savoir qu’elles ne s’attaquent pas aux humains. Le fait d’en apprendre davantage sur cette espèce a eu pour effet de susciter ma curiosité et mon intérêt à son égard. Je ne savais pas que certaines lamproies n’étaient pas parasites et que les formes parasitaires et non parasitaires pouvaient peut-être coexister au sein d’une même espèce. Pourquoi et comment? Quel rôle joue la lamproie dans la dynamique des populations de touladis?

Un visiteur examine une vitrine du Musée où se trouve un spécimen de lamproie conservé dans un bocal.

Un visiteur examine les rangées de dents d’une lamproie. Aucune réaction de dégout à signaler! Image : Jackie Madill © Musée canadien de la nature

C’était ma première séance de bénévolat à l’Édifice commémoratif Victoria, l’édifice principal où le Musée accueille les visiteurs, à Ottawa. J’ai beaucoup aimé l’expérience, à la fois amusante et instructive… les questions des visiteurs, l’enthousiasme et la curiosité des enfants, les sourires et les rires!!! Ce fut aussi l’occasion de connaître le vaste éventail de recherches effectuées par les scientifiques du Musée canadien de la nature. Où s’inscrit-on pour l’an prochain? ☺

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Éducation, Événements, Collections, Recherche, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s