Juge des moments volés

Je me suis senti intimidé en prenant place dans la salle de conférence du Canadian Geographic. En face de moi se tenait Mike Beedell, un photographe qui publie dans des revues comme Time ou National Geographic. À ma droite était assise Laura Stanley, la responsable de la section photo à Canadian Geographic. J’étais le troisième membre du jury du concours Photo de l’année de la faune canadienne 2012.

Une saltique (une araignée sauteuse de la famille des salticidae) dévore une mouche sur une feuille de framboisier.

Saltique
Photo gagnante dans la catégorie À l’affût
La macrophotographie comporte ses propres difficultés, notamment la mise au point et la profondeur de champ. Dans cette photo, Alain Fréchette a réussi une mise au point très nette de son sujet. Les yeux noirs et brillants de l’araignée attirent immédiatement l’attention. L’aile de l’infortunée mouche, également très nette, enrichit l’image par son motif et sa brillance. Image : Alain Fréchette © Alain Fréchette

Que pouvais-je apporter à cette table de spécialistes, quand mes tâches habituelles consistent à coordonner le laboratoire de recherche sur l’ADN du Musée canadien de la nature? Comment mon opinion permettrait-elle de choisir les 15 photos gagnantes parmi les 500 envoyées?

Enfant, je suppliais ma mère de me prêter son appareil photo. Elle a fini par céder quand elle m’a jugé assez fort pour soutenir son lourd appareil et assez agile pour appuyer sur l’obturateur. Depuis, j’adore prendre des photos.

Observer le monde par l’objectif de mon appareil me fascine. Je demeure immobile, puis clic, clic, clic. Il faut parfois que je me raisonne pour lever les yeux et avoir une vue d’ensemble plutôt que celle très limitée de l’objectif.

Roger Bull debout devant une paroi rocheuse, tenant un appareil photo à la main.

Roger Bull, juré pour la première fois du concours de photo, dans le canyon de la rivière Barron au parc Algonquin. Image : Rafael Texidor © Rafael Texidor

Le Musée me libère parfois de mes responsabilités au labo pour me confier d’autres tâches. Je me suis aventuré dans le Grand Nord pour participer à la collecte et la photographie de plantes arctiques. Par ailleurs, l’équipe des expositions fait de temps en temps appel à mes services pour monter des expositions de photos sur la recherche effectuée au Musée.

Mais, je n’ai jamais été autre chose qu’un photographe amateur enthousiaste alors que, pour les deux autres jurés, l’évaluation de photos fait partie intégrante de leur quotidien. Aussi, dès de la projection de la première des 500 photos sur grand écran, le raisonnement critique et l’intuition ne leur ont pas fait défaut. Pour ma part, je m’y suis fait au cours du processus.

Étoile de mer de l’espèce Henricia leviscula reposant sur du varech marin, Zostera marina.

Henricia
Photo gagnante dans la catégorie Ceux qui aiment l’eau
Couleur, contraste et composition se combinent ici pour donner une excellente photo. Les bras de l’étoile de mer rouge sang reposant sur un enchevêtrement d’algues confèrent une vive impression de mouvement malgré l’immobilité du sujet. Image : Iain Reid © Iain Reid

Ours grizzlis, eiders, pruches, saumons vus sous les eaux, les images se succédaient et nécessitaient une décision. Celle-ci doit-elle être éliminée, oui ou non? Avec trois jurés possédant un vote chacun, on arrive forcément à un résultat sans équivoque. On se croisait les doigts à chaque fois qu’un membre du jury devait trancher soit pour éliminer une photo ou lui permettre de continuer.

Perché dans un arbuste, un jaseur boréal, Bombycilla garrulu, mange des baies.

Jaseur boréal
Photo gagnante dans la catégorie Bêtes insolites (jeunes de 15 ans et moins)
La patience de Jenaya Launstein (15 ans) a été bien récompensée : cette baie dans le bec du jaseur a quelque chose de magique. La composition, avec le décor de branches et de baies, est exceptionnelle. Image : Jenaya Launstein © Jenaya Launstein

Cette première élimination reposait surtout sur l’intuition : 450 photos ont ainsi été rejetées. Après deux heures, nous en étions à 50 photographies, 10 pour chacune des 5 catégories.

Pendant la ronde finale, l’intuition a cédé le pas au raisonnement. Candidats, prenez des notes! Impact visuel, composition, qualité technique, originalité du contenu, voilà les critères qui en définitive ont servi à choisir le meilleur des meilleurs. Pendant une heure, nous avons, chacun de notre côté, examiné chacune des photos, décomposant l’impression générale en quatre critères. En combinant nos notes, nous en sommes arrivés aux trois oeuvres gagnantes dans chacune des catégories, lesquelles sont actuellement exposées à la Galerie aux murs de pierre du Musée jusqu’au 7 juillet.

Une massette (roseau) ornée de givre, au petit matin.

Massette
Photo gagnante dans la catégorie Ce qui pousse
Forme et lumière donnent vie à cette photo. Prendre un cliché face au soleil peut jouer des tours, mais le flux de lumière est ici bien maîtrisé. La profondeur de champ est utilisée à bon escient : la courbe de la massette est mise en valeur par le frimas très net à l’avant-plan et par le paysage de montagnes un peu flou à l’arrière. Image : Victor Liu © Victor Liu

Une photo est un moment volé. Un regard sur le monde par les yeux de quelqu’un d’autre. Décomposer ces points de vue personnels semblait un peu impitoyable. Mais il n’y aurait pas de concours sans gagnant! Et cet exercice m’a fait réfléchir à ce qu’était une photo exceptionnelle, celle qui fait tourner les têtes, celle devant laquelle on s’arrête en se disant : « Je n’ai jamais rien vu de tel! Incroyable… »

Un geai bleu, Cyanocitta cristata, dans la neige, les plumes déployées.

Geai bleu
Photo gagnante dans la catégorie Ce qui vole
Le mouvement est ici croqué sur le vif. Réussir cet instantané sans flou nécessite une vitesse d’obturation très courte, beaucoup de patience et la chance d’appuyer sur le bouton au bon moment! Les scènes de neige rendent les contrastes difficiles, mais Monique Lavoie a réussi à équilibrer les tons clairs et foncés. Image : Monique Lavoie © Monique Lavoie

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Animaux, Art, Expositions, Plantes et algues, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s