L’histoire naturelle de la Guerre des étoiles : Partie I

Vous êtes-vous déjà demandé : Ewoks et Jawas sont-ils parents? Quels types de plantes oncle Owen et tante Beru cultivent-ils dans leur hydroferme? Est-ce que les cristaux du sabre laser d’un Jedi proviennent de pegmatites granitiques? Dans ce premier blogue sur Star Wars Identités : Nature Nocturne, Paul Sokoloff se penche sur l’histoire naturelle du riche univers imaginaire de George Lucas. Ce passionné vous présente la Guerre des étoiles sous un nouveau jour!

La Guerre des étoiles est un monde incroyablement vaste et riche, avec ses six films, ses quatre séries télévisées, son numéro spécial de Noël (regardez sur Google), ses innombrables jeux vidéos et suffisamment de livres pour remplir une navette spatiale. De l’imagination et de la passion de nombreuses personnes est né un monde fictif tout à fait complet, où l’on aborde la politique, la religion, les problèmes sociaux, les sciences et beaucoup plus. Pour moi, l’aspect le plus frappant de l’univers de la Guerre des étoiles, ce sont les écosystèmes, les planètes et le monde naturel à l’échelle de la galaxie que l’histoire nous fait découvrir.

Parfois, ce monde naturel sert de toile de fond à des moments stratégiques de l’histoire, comme les batailles sur les plaines de Naboo. Parfois, cela fait partie intégrante de l’histoire, comme les limaces de l’espace qui tentent de manger le Faucon Millénium. Même dans ce monde créé de toutes pièces, où l’imagination est la seule limite, la galaxie de la Guerre des étoiles suit de nombreuses règles de notre univers, afin que nous puissions mieux nous reconnaître dans l’histoire.

Une limace sur le sol forestier.

Grossie de nombreuses fois et dotée d’une face, cette loche rousse (Arion fuscus) pourrait ressembler au bien connu Jabba le Hutt. Image : John B. Giles © Musée canadien de la nature

Par exemple, les humains (Homo sapiens) sont souvent les principaux personnages aux côtés d’êtres chimériques et de droïdes. Plusieurs de ces chimères s’inspirent d’organismes réels. Rappelez-vous de l’insaisissable gangster Jabba le Hutt? La répulsion qu’il inspire est renforcée par son aspect de limace : une créature qui dégoûte la plupart des gens.

Un modèle de Chewbacca et d'autres personnages de la Guerre des étoiles à l'exposition Star Wars Identités du Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

Les pressions de l’évolution sur son monde d’origine ont pu conférer à Chewbacca une morphologie différente de celle de ses camarades, mais il y a suffisamment de place dans l’Alliance rebelle pour toutes sortes de formes et de tailles. Image : © Lucasfilm

Les Wookiees ressemblent à des paresseux et sont adaptés à la vie dans les arbres comme eux (les Wookiees sont des créatures arboricoles de Kashyyyk). Bien sûr, d’autres créatures comme le vénérable Yoda défie la classification que l’on connaît sur Terre.

Un modèle de Yoda de l'exposition Star Wars : Identités.

Sage et vieux, le grand maître des Jedi, Yoda, éclaire souvent les personnages principaux sur leurs batailles, mais jamais sur l’origine ou sur la classification des espèces. Image : © Lucasfilm

Comme nous, les divers groupes de créatures vivent sur des planètes (quand ils ne sont pas en train de voyager d’une planète à l’autre). Comme le nôtre, ces mondes sont faits de pierre. Les minéraux suivent plus ou moins les mêmes règles dans les deux univers. Par exemple, alors que le carbone a peu d’allotropes connus dans notre monde (comme le graphite ou le diamant), L’Empire contre-attaque présente une forme fictive de cet élément qui est utile pour enchâsser les ennemis : la carbonite.

Un modèle de Han Solo en carbonite à côté d'un modèle de la princesse Léia et d'une photo de Jabba le Hut.

Dans sa coque de carbonite, Han Solo se conservera parfaitement tout le temps qu’il sera exposé au palais de Jabba. Comme les diamants du monde réel, la carbonite est éternelle. Image : © Lucasfilm

Presque toutes les planètes décrites dans la série sont l’archétype d’un type d’écosystème existant sur Terre : les déserts arides de Tatooine, les glaciers infinis de Hoth, les marécages de Dagobah, les forêts d’Endor, les océans de Kamino et la mégapole tentaculaire de Coruscant. Ces scènes ont été tournées dans des lieux exotiques, comme en Tunisie pour Tatooine ou en Norvège pour Hoth. Ils ont en fait pris un écosystème réel et l’ont étendu à une planète entière.

Un modèle d'Anakin Skywalker à côté d'un modèle de motocyclette.

La planète désertique de Tatooine, lieu d’origine du clan Skywalker est devenue une légende. Si Mars avait l’atmosphère et le diamètre de la Terre (ainsi qu’un deuxième soleil), elle ressemblerait à Tatooine. Image : © Lucasfilm

Comme les créateurs de la Guerre des étoiles se sont inspirés du monde réel pour constituer leur galaxie lointaine, très lointaine, et que j’éprouve une passion pour ce monde, je perçois souvent, dans ma vie de tous les jours, des éléments de la Guerre des étoiles. Dans le cadre de mon travail, toutes les fois que je vois une grassette vulgaire carnivore digérer des insectes dans leurs épaisses feuilles enroulées, je pense à Sarlacc. Heureusement, aucune plante n’a encore essayé de me manger.

Une femme dans un costume de plante.

Je pense vraiment à Sarlacc quand je vois une grassette vulgaire (Pinguicula vulgaris); mais pas autant quand c’est notre stagiaire Cassandra Robillard qui se déguise en cette plante. Image : Paul Sokoloff/Roger Bull © Musée canadien de la nature

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Nature Nocturne, programmation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s