ANTology : artiste et visiteurs à l’oeuvre comme une colonie de fourmis!

Deux artistes ont accepté l’invitation du Musée à venir créer des œuvres avec le public dans la salle de l’exposition Agricultrices, guerrières et bâtisseuses : La vie secrète des fourmis. Irina Lyubchenko raconte ici l’expérience qu’elle a vécue la semaine dernière avec son projet de film 16mm. Une seconde artiste, Dinorah Catzalco, participera à l’activité Des artistes dans la galerie du 26 au 30 août.

Une femme manipule des objets sur une table, près d’un projecteur, dans une salle d’exposition.

Irina Lyubchenko au travail dans la salle d’exposition. Image : Nathalie Rodrigue © Musée canadien de la nature

Quant est venu le temps de choisir quelle oeuvre artistique je voulais créer pour inciter le public à participer avec moi, j’ai immédiatement pensé à un projet d’animation sans caméra.

Puis, en visitant l’exposition Agricultrices, guerrières et bâtisseuses : La vie secrète des fourmis dont j’allais temporairement faire partie, j’ai eu l’idée de créer un film 16mm de fourmis peintes directement sur la pellicule du film et projetées sur la toile des photographies de fourmis exposées.

J’ai toujours été fascinée par le mouvement des fourmis. J’étais curieuse de voir comment ces mouvements en apparence chaotiques se traduiraient sur le film, un médium qui a justement pour but de fabriquer une illusion de mouvement.

J’ai apporté dans la salle de l’exposition la pellicule, un projecteur et des pots de peinture. Puis j’ai invité tous ceux et celles qui le souhaitaient à se joindre à moi pour modifier la surface du film, accentuant par les taches de couleur et les motifs la nervosité du mouvement des fourmis.

Enfants et adultes, tous ont pu prendre part au projet. Même les tout jeunes enfants ont pu créer de fantastiques animations abstraites! Image : Nathalie Rodrigue © Musée canadien de la nature

Enfants et adultes, tous ont pu prendre part au projet. Même les tout jeunes enfants ont pu créer de fantastiques animations abstraites! Image : Nathalie Rodrigue © Musée canadien de la nature

J’ai toujours cru que le film est un médium puissant et j’étais très excitée d’observer la réaction des enfants, qui, pour la plupart, apprenaient comment travailler avec ce médium pour la première fois. Ce fut un immense plaisir de les guider dans leur travail artistique puis de les voir réagir à la présentation de leur animation d’une seconde, petite partie d’un film réalisé par plusieurs visiteurs du Musée.

Une fillette montre le pot d’encre qu’elle tient dans sa main.

Les jeunes se sont montrés des artistes enthousiastes. Image : Nathalie Rodrigue © Musée canadien de la nature

C’est comme si nous étions devenus une colonie d’artistes qui s’est affairée un peu comme les fourmis à la fabrication d’un film ensemble, travaillant à l’unisson. Enfants et parents se sont montrés également intéressés. Il n’y avait aucune barrière quant à qui pouvait devenir un producteur de film expérimental. Un enfant de deux ans et demi pouvait mélanger et appliquer des couleurs de façon à créer une animation abstraite fantastique!

J’espère vivement avoir de nouveau l’occasion de créer un œuvre artistique avec les visiteurs du Musée car j’ai grandement apprécié les interactions stimulantes avec ces gens incroyables et leurs enfants. Je me rappellerai toujours que les enfants me demandaient sans cesse comment j’ai pouvais garder ces fourmis sur la toile!

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Art, Éducation, Expositions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s