Préserver des spécimens témoins d’une page historique du Canada

En tant que conservateur au Musée, je parcours souvent les salles des collections pour inspecter les centaines de milliers de spécimens de vertébrés qui y sont rangés. Ce faisant, je contemple aussi certains spécimens qui ont été témoins d’événements historiques majeurs.

Les très nombreux spécimens qui ont particulièrement retenu mon attention en cet été 2013 ont été collectés il y a 100 ans, durant la célèbre Expédition canadienne dans l’Arctique de 1913-1918. Cette expédition représente une page historique cruciale dans l’édification du Canada. Le Musée recèle des spécimens de grande valeur scientifique, mais ceux que j’ai choisis ici évoquent des faits marquants de l’Expédition, certains heureux et d’autres tragiques.

Trois spécimens d’oiseaux dans un tiroir, dont un guillemot à miroir, Cepphus grylle, portant le numéro de catalogue CMNAV 7776.

Rudolph Martin Anderson a profité de quelques escales dans des ports américains pour collecter des spécimens d’histoire naturelle. Il a collecté le guillemot à miroir, Cepphus grylle, qu’on voit au centre le 1er août 1913 à Teller, en Alaska. Ce spécimen était son tout premier pour l’expédition. Il porte le numéro de catalogue CMNAV 7776. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

Les membres de l’Expédition ont quitté la ville de Victoria, en Colombie Britannique, le 17 juin 1913 pour se rendre par goélette dans l’Arctique. Rassemblés à Nome, en Alaska, où ils ont complété leur équipement, ils ont entrepris leur mission respective les 19 et 20 juillet 2013.

Ils se sont organisés en deux équipes. L’équipe nord, dirigée par l’ethnologue et explorateur Vilhjalmur Stefansson, le chef exécutif de l’Expédition, devait explorer la mer de Beaufort et les terres adjacentes, au nord du continent. L’équipe sud, dirigée par le zoologiste Rudolph Martin Anderson, employé comme mammalogiste au Musée, était chargée de réaliser un travail scientifique pluridisciplinaire dans la partie nord occidentale du continent, en territoire canadien.

Fritz Johansen, biologiste et membre de l’équipe sud, a esquissé ce  croquis d’une plante collectée à Collinson Point, en Alaska, à l’été 1914. Catalogue : CMNAC HL2-59-3. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

Fritz Johansen, biologiste et membre de l’équipe sud, a esquissé ce croquis d’une plante collectée à Collinson Point, en Alaska, à l’été 1914. Catalogue : CMNAC HL2-59-3. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

Cependant, les conditions de glace extrêmes ont vite contraint les équipes, très enthousiastes au départ, à modérer leur ardeur. L’équipe sud était ainsi forcée à passer une année entière en Alaska, se permettant seulement quelques incursions sporadiques en territoire canadien.

Loin d’être découragés, les scientifiques en ont profité pour sonder les fonds des eaux et la surface de la Terre afin de collecter les premiers spécimens d’histoire naturelle. Le travail dans l’Arctique canadien n’a commencé effectivement qu’à l’été 1914. L’Expédition comptera finalement une bonne partie de collecte effectuée en sol américain.

Le voyage de l’équipe nord a été tragique. Son navire Karluk a coulé, écrasé par les glaces, le 11 janvier 1914 au large des côtes russes. Après ce naufrage, presque tous les scientifiques de cette équipe ont péri pendant qu’ils tentaient de regagner le continent. Les officiels à Ottawa ont alors indiqué qu’ils comptaient désormais sur l’équipe sud pour travailler plus fort et sauver l’Expédition. Mais Stefansson ne l’entendait pas de cette oreille. Il s’est attelé à reconstituer cette équipe nord pour continuer le travail tel qu’il l’avait défini au tout début.

Les hommes qui ont continué de travailler avec Stefansson et ceux qu’il a nouvellement recrutés ont mis hardiment la main à la pâte. Ils ont collecté de nombreux spécimens d’histoire naturelle en dépit de leur connaissance limitée en la matière.

Deux spécimens d’eiders à tête grise, Somateria spectabilis, dans un tiroir.

Le capitaine Pierre ou Peter Bernard, membre de l’équipe nord, a collecté ces deux eiders à tête grise, Somateria spectabilis, à Cape Kellet sur l’Île Banks les 6 et 16 juillet 1915. Il a collecté de nombreux autres spécimens sur cette île, où il périra malheureusement quelque temps plus tard. Catalogue : CMNAV 10099 et CMNAV 13000. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

John Hadley a été le seul membre d’équipage du Karluk à joindre à nouveau l’Expédition après le naufrage. Il a été alors second officier à bord du Polar Bear, un des autres navires de l’Expédition. Il a collecté un grand nombre de spécimens d’oiseaux et de mammifères. Il a collecté son tout premier spécimen, un lagopède (Lagopus lagopus; CMNAV 12922) à la pointe Armstrong sur l’île Victoria le 2 novembre 1915, c’est-à-dire presque immédiatement après son retour dans l’équipe nord.

George Wilkins, le photographe de l’Expédition, a collecté pratiquement tous les jours des oiseaux et des mammifères durant les trois mois de l’automne 1914. Il était alors encore avec l’équipe nord dans les environs de Cape Kellett, sur l’Île Banks.

Stefansson lui-même n’a collecté que quelques rares spécimens. Parmi les plus notables figurent les deux oeufs ci-dessous, collectés sur une île qu’il venait de découvrir.

Deux oeufs de mouette blanche, Pagophila eburnea, sur une table à côté d’une note manuscrite et d’une étiquette de collection.

Vilhjalmur Stefansson a collecté ces deux oeufs appartenant à la mouette blanche, Pagophila eburnea, le 18 juin 1916 sur une île nouvellement découverte, qui sera nommée plus tard Île Meighen. L’étiquette originale manuscrite, signée de sa propre main, ne mentionne évidemment aucun nom de localité, mais comporte simplement des coordonnées géographiques approximatives. Catalogue : CMNAV E1608. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

L’équipe sud a été très active dans plusieurs disciplines : ethnologie, géologie, topographie, botanique et zoologie. En juillet 1916, soit trois ans après leur départ en mission, tous ses membres étaient de retour. Ils ont rassemblé un nombre impressionnant d’artefacts culturels et de spécimens d’histoire naturelle. Plusieurs d’entre eux ont une très grande valeur scientifique. On doit à Fritz Johansen un nombre impressionnant de spécimens de plantes et d’animaux terrestres et aquatiques. Ceux-ci ont servi à la rédaction de la majorité des rapports scientifiques publiés à la fin de l’Expédition.

Un crâne de Canis lupus mackenzii auquel sont attachées des étiquettes de collection.

Ce spécimen (numéro de catalogue CMNMA 2792) est un holotype qui a servi à R.M. Anderson pour décrire une nouvelle sous-espèce de loup, Canis lupus mackenzii. Il a été collecté le 14 mai 1916 dans le Golf Coronation par Kaitok, un des nombreux collaborateurs inuits locaux. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

Juillet 1918 a sonné la fin de la mission pour l’équipe nord à son tour. Stefansson a tenu le pari de rester cinq années consécutives dans l’Arctique. L’Expédition a atteint haut la main les objectifs politiques, géographiques et scientifiques fixés au départ. Elle a écrit une page importante de l’histoire du Canada.

Des centaines de milliers de spécimens collectés durant cette Expédition sont conservés au Musée canadien de la nature. Ils nous rappellent que des hommes vaillants ont risqué leur vie pour la science et pour l’édification du Canada.

Six bocaux sur une table, contenant des épinoches à neuf épines, Pungitius pungitius, préservés en alcool.

Ces bocaux contiennent des épinoches à neuf épines, Pungitius pungitius, préservés en alcool. Ils sont apportés au laboratoire par le personnel des collections de vertébrés du Musée pour un entretien routinier. Ces poissons ont été collectés par Fritz Johansen de 1914 à 1916 dans les environs de Bernard Harbour. Image : Kamal Khidas © Musée canadien de la nature

Cet article, publié dans Arctique, Collections, Histoire, Recherche, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s