Préparer une activité éducative : l’imagination en pleine action!

Dans les confins du Musée se trouve l’équipe d’éducation. Une équipe qui nous transportent dans un monde fabuleux et ludique en lien avec les diverses expositions.

Étudiante en muséologie et patrimoines, j’ai décidé de faire mon stage en éducation par plaisir et curiosité. Mon bonheur est de sensibiliser les gens à la nature et de leur montrer les surprises et les secrets que regorge la beauté naturelle de nos milieux. Je me suis jointe à l’équipe d’éducation en mai et ça été un coup de cœur instantané!

Trois jeunes enfants peinturent des gobelets en plastiques sous la supervision d’une éducatrice du Musée.

De jeunes visiteurs préparent leur piège à insectes sous la supervision d’une éducatrice du Musée. Image : Catherine Bouchard © Musée canadien de la nature

Mon but premier pour mon stage était de vivre et de comprendre le processus d’une activité éducative de sa conception à son évaluation.

Le processus exige beaucoup de patience et de créativité. Dès mon arrivée, j’ai été assigné à une activité qu’il me fallait créer de A à Z. Comme je devais préparer le projet pour le début de l’été, j’ai pu constater qu’un travail comme celui-ci exigeait beaucoup de ressources et de connaissances. C’était très inspirant d’avoir son propre projet, cela devient personnel et on se l’approprie rapidement.

L’activité que j’ai créée avec Nathalie Benoit, une éducatrice du Musée, est Pris au piège! Nous voulions démontrer aux visiteurs la diversité des insectes vivant en milieu urbain et leur présenter les différents pièges à insectes qu’ils pouvaient créer dans le Laboratoire du Musée et à la maison.

Collage de deux images : des gobelets contenant de la peinture et des pinceaux sur une table; un jeune garçon s’affairant à peinturer un verre en plastique.

À gauche : Le matériel nécessaire à la création de piège à insectes. À droite, le jeune Bryce Wood, un futur entomologue-chercheur d’insectes, prépare son piège. Images : Catherine Bouchard © Musée canadien de la nature

La première étape était plutôt théorique et administrative, puisqu’il fallait créer un plan descriptif et stratégique de tout ce qui est nécessaire pour l’activité. Par la suite, il me fallait trouver le lieu de présentation. Nous voulions à tout prix exploiter l’extérieur du bâtiment, puisqu’il y a un espace « vert » réservé à l’éducation qui est peu utilisé.

Une coccinelle sur une feuille d’arbuste.

Coccinelle (Coccinellidae) prise lors des essais des pièges à insectes. Image : Catherine Bouchard © Musée canadien de la nature

Le côté amusant était à venir : créer des modèles de pièges, examiner les sortes d’insectes attrapés, s’informer auprès d’un entomologiste pour en apprendre davantage sur les insectes attrapés… Puis il a fallu créer une présentation pour accompagner l’activité dans le Labo, illustrer et dessiner une multitude de pièges pour la création d’une feuille à rapporter chez soi, prendre des photos des insectes et des pièges, acheter le matériel nécessaire pour l’activité, et j’en passe!

Un homme tente d’attraper des insectes à l’aide d’un filet, à l’extérieur du Musée, sous le regard d’un jeune garçon.

Des visiteurs tentent d’attraper des insectes à l’extérieur du Musée pour les étudier ensuite. Image : Catherine Bouchard © Musée canadien de la nature

Le dernier mois était consacrer à revoir et à évaluer l’activité. De petites modifications ont été apportées à la suite d’observation faites par les éducateurs. Par exemple, nous avons fait quelques changements à la présentation sur écran qui accompagnait l’activité.

Mais déjà, à cette étape, les employés du service d’éducation sont en train de préparer les activités de la prochaine saison. Celle-ci s’articulera autour de l’exposition Des grenouilles hautes en couleur, qui ouvrira ses portes en septembre prochain.

Des cloportes dans un contenant en plastique de couleur jaune.

Piège fosse de couleur jaune, des cloportes (arthropodes) y sont piégés! La couleur jaune attire habituellement des insectes pollinisateurs. Image : Catherine Bouchard © Musée canadien de la nature

J’ai énormément apprécié mon temps passé au Musée, c’est très inspirant. C’est remarquable de voir les employés travailler dans le but d’éduquer et de satisfaire la soif de connaissance du visiteur. C’est fascinant de voir comment un Musée fonctionne dans son ensemble et de constater la grande diversité de carrières qu’on y trouve.  Bref, en éducation, chacun travaille en s’entraidant et ce, pour le plus grand bonheur des visiteurs.

Cet article, publié dans Animaux vivants du Musée, Éducation, Nos visiteurs, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s