Se préparer aux ateliers scolaires : le défi d’un bénévole

Mes mains tremblent de façon incontrôlée. Je sais que si j’ouvre la bouche, il en sortira un « couac » digne d’un canard qui fera rire tout le monde. La sueur coule sur mon front…

Je demeure debout, figé dans le groupe d’écoliers, jusqu’à ce que l’enseignant dise « allez, y on va, nous n’apprendrons rien ici ». La trentaine d’élèves et de parents quittent la salle, hochant la tête. J’ai tout raté.

Et tout à coup, je me réveille!

Un groupe d’élèves assis par terre dans une galerie écoute deux bénévoles qui donnent des explications, debout devant un diorama.

Il n’y a aucun doute, vous êtes vraiment au cœur de l’action quand vous passez une matinée avec une cinquantaine d’élèves dans la Galerie des mammifères! Image : Neil Valois © Musée canadien de la nature

Nous sommes déjà en septembre et dans quelques courtes journées, je ferai face à mon premier groupe scolaire de la saison à titre de bénévole au Musée canadien de la nature. Et je n’ai pas encore commencé la révision du matériel que l’on m’a remis! Je comptais le faire durant les longues journées d’été, mais je suis plutôt allé camper. Je vais devoir m’y mettre pour rattraper le temps perdu.

Je me souviens de certaines notions des ateliers de l’année dernière… avant les vacances.

« Adaptation structurelle… chez les mammifères, les mères allaitent leurs petits… les dents spécialisées des dinosaures… »

Ces concepts font partie des connaissances que nous, les bénévoles, partageons avec les jeunes tout au long des ateliers dans les galeries, en français ou en anglais.

Deux filles et deux garçons devant un diorama au Musée. L’un des garçons tient une loupe dans ses mains et l’autre, le crâne d’un animal.

De jeunes participants à un atelier au Musée. Reposant sur l’interprétation, les ateliers complètent l’apprentissage effectué en classe. Image : Neil Valois © Musée canadien de la nature

Les ateliers ne sont ni de l’enseignement pur ni une exploration sans but. Reposant plutôt sur « l’interprétation », ils complètent l’apprentissage effectué en classe.

Comment le bison protège-t-il son petit contre les loups maraudeurs, dans les plaines de l’Ouest? Que nous enseignent les dents, les pierres rondes et les excréments fossilisés que les dinosaures ont laissés derrière eux? Quels animaux présentés dans la Galerie des mammifères vivent tout près, dans le parc de la Gatineau?

Une quarantaine de bénévoles travaillent ensemble pour offrir les ateliers scolaires dans les galeries. Nous installons et rangeons l’équipement et les accessoires en plus d’assurer les présentations. Les éducateurs du Musée peuvent nous prêter main-forte en cas de besoin, mais cela est rarement nécessaire.

Nous partageons entre nous le contenu des ateliers de 50 minutes. Certains aiment bien faire l’introduction, d’autres préfèrent présenter l’extinction des dinosaures ou la migration des caribous.

Un homme et une fillette devant le diorama de l’orignal, Alces alces.

Un bénévole discute avec une élève des caractéristiques de l’original. Image : Neil Valois © Musée canadien de la nature

Et il n’y a aucun doute, vous êtes vraiment au cœur de l’action quand vous passez une matinée avec 50 ou 60 élèves dans la Galerie des fossiles Talisman Energy ou la Galerie des mammifères!

En étudiant les feuilles d’information qu’on nous distribue à la session d’information des bénévoles, je note les changements survenus par rapport à l’an dernier. Je révise mes « pense-bêtes », ces notes personnelles qui pourraient nous dépanner à l’occasion, mais que nous n’avons pas vraiment le temps de regarder, trop occupés que nous soyons à parler!

J’ai vu des bénévoles aguerris, fort de dix années de participation au Musée, étudier leurs notes juste avant un atelier. On pourrait penser qu’à ce stade, nous les connaissons par coeur! Mais notre but, ici, c’est de connaître le sujet si bien que nous pouvons nous consacrer entièrement à notre auditoire. Nous ne voulons pas avoir à fouiller dans notre mémoire pour tenter de nous rappeler la prochaine notion à présenter.

Est-ce que les visages que je vois devant moi indiquent l’intérêt ou l’ennui? Ai-je pensé à présenter les autres bénévoles de l’équipe? Ai-je bien mentionné toutes les caractéristiques des mammifères?

Un bénévole montre un crâne de mammifère à un groupe d’élèves.

Dans un atelier scolaire, les élèves peuvent toucher des fossiles, des crânes d’animaux et bien d’autres spécimens. Image : Neil Valois © Musée canadien de la nature

Dans les galeries, les enfants manipulent des fossiles, examinent des crânes d’animaux et touchent la fourrure du bœuf musqué. Plus il y a de questions et mieux c’est! Dans l’atelier Habitat sous investigation, les élèves, microphones à la main, lisent l’histoire qu’ils ont inventée à leurs camarades de classe.

Dans la Galerie des fossiles Talisman Energy, les enfants – et les parents aussi, s’ils le désirent – peuvent ramper comme des serpents et marcher comme des dinosaures. À plat ventre dans la Galerie des mammifères, ils tentent de déchiffrer grâce aux pistes imprimées sur des tapis quels animaux sont passés par là et ce qu’ils faisaient.

Le rôle des bénévoles est de mettre la nature et le contenu du Musée à la portée des enfants. Nous tentons de les intéresser aux différents sujets grâce à des faits et à une bonne dose d’enthousiasme. Nous leur racontons la découverte des fossiles de dinosaures dans les bad-lands en Alberta ou la vie de ces animaux qui vivent bien loin, dans le Grand Nord canadien.

Des enfants examinent à la loupe un spécimen de lichen que leur présente une bénévole.

En compagnie d’une bénévole, ces élèves examinent de près un spécimen de lichen. Image : Neil Valois © Musée canadien de la nature

Alors pourquoi sommes-nous bénévoles au Musée année après année, même si cela signifie de l’étude et, à l’occasion, un brin d’anxiété?

Personnellement, je le fais pour être en contact avec des groupes d’enfants enthousiastes. Certains d’entre eux sont de nouveaux arrivants et, tous ensemble, ils composent le visage du Canada de demain. Dans mon rôle de bénévole, je peux aussi laisser de côté le rôle d’autorité, plus sérieux, que j’ai endossé au travail durant tant d’années. Je peux être quelqu’un d’un peu différent, vif et intéressé.

Les connaissances des enfants me renversent parfois. Un élève de première année m’a dit un jour qu’un vivipare est un animal qui donne naissance à des petits vivants. Un autre pouvait nommer plusieurs des périodes géologiques de la préhistoire.

Alors maintenant, je ferai mieux de retourner à mes feuilles d’information et de me préparer pour les ateliers…

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Éducation, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s