Dépoussiérer les dinosaures

Beaucoup de gens de l’Outaouais se souviendront peut-être de l’ancienne galerie des fossiles du Musée canadien de la nature. Aménagée en 1974, la salle était couverte de tapis couleur or (dans le goût de l’époque), et ce, jusqu’aux murs! Essayez d’imaginer la quantité de poussière qui a pu s’y accumuler pendant 30 ans.

La nouvelle Galerie des fossiles Talisman Energy (installée en 2006) présente au contraire un style moderne et épuré, qui fait appel à des matériaux comme l’acier, le verre et l’ardoise et où vous chercherez en vain un tapis. Pourtant, la poussière trouve le moyen de se déposer sur nos dinosaures.

Un homme sur un monte-charge nettoie le moulage d'une grosse tortue fossile (collection #CMNFV 51836) qui est suspendue au plafond de la galerie.

Une tortue marine géante poussiéreuse : Clayton Kennedy aspire le moulage d’Archelon ischyros. Image: © Musée canadien de la nature

Heureusement, en raison des lignes sobres de la nouvelle galerie, la plupart des visiteurs ne remarquent pas la poussière même au moment où son accumulation est maximale. Mais nous, aux collections paléo, nous la voyons.

Nous apercevons les fines toiles d’araignée qui s’accrochent mystérieusement entre les vertèbres de l’hadrosaure à crête Hypacrosaurus ou entre les mâchoires du dinosaure carnivore Daspletosaurus. Nous soupirons de consternation à la vue de la couche de poussière qui s’est déposée sur le dos de la tortue de mer géante Archelon, suspendue au-dessus de nous. Et nous nous désolons de voir les moutons de poussière s’attrouper bravement entre les pattes monumentales de nos dinosaures à cornes Triceratops et Styracosaurus.

Voilà pourquoi, au moins deux fois l’an, notre équipe paléo s’arme de plumeaux et de balais pour faire la chasse à la poussière. Alors que le ménage semestriel est plutôt une tournée de routine, celui de janvier est un véritable nettoyage de fond en comble de notre magnifique édifice historique et une occasion pour le personnel de venir donner un coup de main.

Un homme sur un monte-charge nettoie le moulage d'une grosse tortue fossile (collection #CMNFV 51836) qui est suspendue au plafond de la galerie.

Dans le ventre d’un cératopsien : Susan Swan nettoie Chasmosaurus russelli. Image : © Musée canadien de la nature

Mais notre équipe paléo se réserve le nettoyage des fossiles. Nous avons passé des centaines d’heures à monter, à installer et à réparer les fossiles et nous connaissons intimement chaque spécimen.

Bien que la plupart des squelettes soient authentiques, nous savons par exemple, quels squelettes ou éléments isolés d’un squelette sont des moulages et, à ce titre, ne requièrent pas autant de précautions. Nous savons aussi que certains fossiles de mammifères du Paléogène sont si délicats qu’ils ne supportent qu’un seul coup de plumeau.

À l’aide d’échelles et d’aspirateurs pour avaler la poussière, on époussette les squelettes sur pied et sur panneau du haut vers le bas.

Parmi les modèles grandeur nature de brontothères (Megacerops sp.) et d'un entélodonte (Archaeotherium sp.), on voit une femme passer l'aspirateur et un homme accroupi.

Veiller au troupeau : Margaret Currie et un autre employé nettoient le coin des brontothères. Image: © Musée canadien de la nature

Étant situé en retrait sur la mezzanine, le diorama des brontothères est, tous les ans, le réceptacle de toutes sortes d’objets indésirables, comme des billes, de la gomme à mâcher, des stylos, des crayons.

Près des modèles de Vagaceratops irvinensis, qui sont presque de grandeur nature, un homme tient au-dessus de lui un aspirateur dont le bec en forme de cône sert à aspirer les feuilles artificielles.

Comment dépoussiérer : Clayton Kennedy nettoie du feuillage de plastique. Image: © Musée canadien de la nature

On s’attaque finalement à la salle des reconstitutions de dinosaures. Les feuilles des faux arbres sont de véritables ramasse-poussière. Chaque année, nous tentons de mettre au point une méthode pour les nettoyer sans disperser la poussière partout, mais ce n’est pas facile et cela implique le recours à des monte-charge pour les atteindre. Les plantes de sol en plastique du Crétacé doivent aussi être lavées pour retrouver leur lustre. Sans compter les modèles de fibre de verre eux-mêmes qui ont besoin d’une toilette complète après avoir subi les marques d’affection de milliers d’enfants.

Le nettoyage de la galerie des fossiles prend en général deux jours. Cela nous permet non seulement d’inspecter les spécimens pour détecter tout signe de détérioration, mais aussi d’admirer cette galerie que notre équipe a installée avec tant de soin et dont elle est si fière.

Le prochain grand ménage du Musée se déroulera du 6 au 10 janvier 2014 (inclusivement). Le Musée sera fermé pendant cette période.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Collections, Fossiles, Les outils du métier, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s