Tout dépend de qui on connaît!

Lory Beaudoin tenant une pioche dans ses mains.

Lory Beaudoin, adjointe administrative du service de Recherche et collections, durant une excursion de minéralogie. Image : Lory Beaudoin © Musée canadien de la nature

Le poste d’adjointe administrative n’est pas le plus prestigieux ni le plus passionnant qui soit. C’est pourtant une fonction très importante et pas toujours facile, car vous êtes la personne qui sait tout et vers laquelle tout le monde se tourne. Il n’empêche que ce métier comporte son lot de travail de routine. Heureusement, je dispose de moyens de contourner ce côté fastidieux étant donné l’endroit où je travaille et les gens que je connais.

Je suis au service de la recherche et des collections du Musée canadien de la nature. Cela veut donc dire que je suis entourée de paléontologues, de minéralogistes, de botanistes, de zoologues, de conservateurs, de techniciens chargés de la préparation de fossiles, bref d’une gamme de spécialistes des sciences naturelles.

Un des avantages de collaborer avec une telle diversité de personnes, c’est que j’apprends quelque chose de nouveau tous les jours. Saviez-vous que l’herbe à puce demeure toxique même une fois collectée et pressée dans l’herbier de notre collection de botanique? Ou que certains minéraux changent de couleur sous l’effet des rayons UV? Ce ne sont que quelques exemples des faits étonnants que mes collègues me font découvrir.

Un homme agenouillé sur le sol examine une roche qu’il tient dans ses mains.

Lory a eu l’occasion d’accompagner Michel Picard, responsable adjoint des collections de minéralogie, durant une sortie sur le terrain cet automne. Image : Lory Beaudoin © Musée canadien de la nature

Un autre avantage non négligeable est que je peux participer de temps en temps à des expéditions sur le terrain dans les environs avec un de nos spécialistes (et oui, tout dépend de qui on connaît!). En octobre dernier, j’ai accompagné le responsable adjoint des collections, Michel Picard, à un travail sur le terrain, près de la municipalité de Bleu Sea Lake en Outaouais, au Québec. Cette sortie m’a permis de découvrir un aspect de son travail. Je saisis maintenant mieux comment et pourquoi on collecte des spécimens, comment ceux-ci viennent enrichir nos collections et répondre à la mission du Musée.

Une pegmatite granitique à texture graphique avec cristal de tourmaline.

Une pegmatite granitique à texture graphique avec cristal de tourmaline. Ce spécimen a été collecté durant la sortie sur le terrain que Lory a effectuée en compagnie de Michel Picard et de deux bénévoles. Le cristal de tourmaline (en bas à gauche) mesure 4,5 x 4,5 x 3,5 cm. « C’est le plus beau et le plus gros cristal de tourmaline que nous ayons jamais vu ou trouvé en provenance de cette localité », a précisé Michel Picard. Image : Michel Picard © Musée canadien de la nature

Cela donne aussi une perspective nouvelle à ma fonction et me montre comment elle s’inscrit dans un cadre plus vaste. Maintenant, quand je traite une demande de voyage sur le terrain, je comprends pourquoi le spécialiste y va et ce qu’apporte sa recherche au Musée.

Une pegmatite granitique avec amazonite (en bleu).

Une pegmatite granitique avec amazonite (en bleu).
Ce spécimen de 7 x 6,5 x 3,5 cm a aussi été collecté près de Blue Sea Lake, mais durant une autre expédition, en août 2013. Image : Michel Picard © Musée canadien de la nature

Je me réjouis d’avoir un emploi me permettant d’apprendre constamment et de collaborer avec des gens d’horizons divers. Si vous souhaitez éprouver ce même sentiment au travail, n’hésitez pas à élargir le cercle de vos collaborateurs et à vous intéresser à ce qui se passe autour de vous. Prenez le temps de connaître les gens avec lesquels vous travaillez, ne serait-ce que cinq minutes par jour. Un jour vous pourriez, vous aussi écrire un blogue sur un collègue qui vous a donné une occasion inespérée de vous enrichir.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article a été publié dans Collections, Recherche, Sur le terrain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tout dépend de qui on connaît!

  1. Ping : À vos marques! | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s