Délibération sur la dé-extinction

Cela faisait longtemps que j’attendais ce moment. Ma causerie sur la dé-extinction dans le cadre des soirées ParlonsNature a enfin eu lieu. Quelle soirée! Cela a débuté avec un entretien avec le journaliste scientifique Ivan Semeniuk du Globe and Mail sur la possibilité de ressusciter des espèces disparues. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo de cette causerie, nous avons abordé divers aspects de la dé-extinction : les espèces candidates, les méthodes, les pours et les contres.

L’entretien se limitait à 20 minutes (puisqu’il était filmé en vue de sa rediffusion sur le Web), aussi n’a-t-on qu’effleuré ces importants sujets. Il restait de nombreuses autres questions intéressantes, qui ont été soulevées plus tard lors des discussions avec les participants. J’aimerais vous entretenir de quelques-unes d’entre elles afin d’alimenter votre réflexion.

Les individus ressuscités sont-ils vraiment les mêmes que ceux qui ont disparus?
Dans ce débat sur les espèces « dé-éteintes », on mentionne peu le fait que le produit d’une dé-extinction (par exemple d’un bouquetin des Pyrénées) n’est pas authentique à 100 % à ce qu’était l’animal avant sa disparition. En effet, les méthodes utilisées, comme le transfert de noyau d’une cellule somatique (clonage), ne permettent pas la réplication parfaite du génome de l’espèce disparue.

Comme on utilise une mère porteuse d’une autre espèce, l’embryon hérite d’une petite portion des gènes de la mère de substitution sous forme d’ADN mitochondrial (qui provient de la mère). De plus, l’individu ne pourra vraisemblablement pas manifester les comportements appris de ses ancêtres puisqu’il ne possède aucun modèle à suivre. Peut-on alors affirmer que cet animal appartient à l’espèce éteinte? Que pensons-nous de ce type d’hybridation?

Les efforts de dé-extinction sont-ils viables à long terme?

Un spécimen de tourte, Ectopistes migratorius,  naturalisé et conservé dans un écrin en verre.

On assiste à un effort sérieux pour « ressusciter » la tourte, Ectopistes migratorius, disparue depuis 1914. Mais est-ce réaliste quand on sait qu’il faudrait des centaines de ces oiseaux pour assurer la reproduction de l’espèce? Image : Cynthia Iburg © Musée canadien de la nature

Bravo! Après avoir reçu des centaines de milliers de dollars et effectué de longues recherches pendant des années, on a réussi à cloner un mammouth laineux. Et maintenant? Pour réintroduire l’espèce dans la nature, il va falloir beaucoup plus qu’un individu. On peut commencer avec un couple mais, même dans ce cas de figure, on a peu de chance de réussir à long terme : le croisement consanguin entre frère et soeur est bien connu pour réduire considérablement la valeur sélective de l’espèce.

Il faudrait en fait ressusciter des dizaines ou des centaines d’individus pour obtenir la variabilité nécessaire à la survie de la population. Et cela s’applique en particulier aux espèces éminemment sociales comme les tourtes, qui ne se reproduisaient qu’en présence de gros groupes. On peut donc s’atteler à trouver encore un peu plus d’argent…

L’extinction n’est-elle pas un phénomène normal?
S’il y a une chose que révèlent clairement les séquences de fossiles, c’est bien que les espèces apparaissent et disparaissent. De fait, quelque 99,99 % de toutes les espèces qui ont existé sur Terre se sont éteintes. Bref, l’extinction est la norme. On peut donc se demander dans quels cas on doit intervenir ou même si on doit intervenir tout court.

Un crâne de mammouth laineux, Mammuthus primigenius.

Un crâne de mammouth laineux, Mammuthus primigenius, tiré des collections du Musée (CMN 766). Ces animaux déambuleront-ils à nouveau un jour dans l’Arctique canadien? Image : Jordan Mallon © Musée canadien de la nature

Les défenseurs de la dé-extinction pourraient souhaiter ressusciter uniquement les espèces que les humains auraient contribué à faire disparaître. Mais pourquoi cela? Ne fait-on pas partie, au même titre que les autres espèces, de l’ordre naturel? De plus, à quel point doit-on se sentir coupable pour agir?

L’extinction est un phénomène complexe. De nombreux facteurs entrent en jeu pour expliquer la disparition d’une espèce. Si le climat a favorisé le déclin du mammouth laineux et que nous avons éliminé les quelques populations survivantes, doit-on porter entièrement le fardeau de leur disparition et invoquer cette raison pour les faire revenir?

Les questions entourant la dé-extinction peuvent faire débat et je ne crois pas qu’il existe de réponses simples dans bien des cas. Les participants m’ont demandé mon opinion sur le sujet, mais je suis partagé. Je suis d’avis qu’on devrait se préoccuper de choses plus importantes, comme la conservation des espèces, avant de penser à réintroduire dans la nature des espèces auparavant éteintes. Par ailleurs, l’idée de rétablir la biodiversité dans des écosystèmes appauvris me séduit.

Deux hommes discutent, assis devant des spectateurs, dans la Galerie des mammifères au Musée canadien de la nature.

Assis dans les chaises rouges : Ivan Semeniuk (à droite) et moi (à gauche) discutons des enjeux de la dé-extinction durant la première causerie ParlonsNature. Image : Cynthia Iburg © Musée canadien de la nature

J’espère que vous aurez du plaisir à fournir vos commentaires dans la section ci-dessous et à donner votre opinion sur la dé-extinction dans notre sondage en ligne. Vous pouvez aussi voir ci-dessous la réaction de certains des participants qui assistaient à la causerie. Pour ma part, je me remets à l’étude des dinosaures non aviaires, lesquels n’ont aucune chance de ressusciter.

À venir dans les prochaines soirées ParlonsNature :
L’hybridation des espèces : L’extinction repensée – 19 février 2014
L’intelligence des plantes : La pensée repensée – 18 mars 2014
Les parasites : La santé repensée – 16 avril 2014

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Animaux, Événements, Fossiles, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Délibération sur la dé-extinction

  1. Ping : Être sale et en santé vont-ils de pair? | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s