La conserve de tomate la plus prestigieuse qui soit : le prix R.W. Brock du Musée canadien de la nature

Chaque année, le personnel de notre section de recherche et des collections signe des dizaines de manuscrits, de livres et d’articles de revues à comité de lecture. Ces publications de haut niveau contribuent aux connaissances dans les domaines de la botanique, de la minéralogie, de la paléontologie et de la zoologie. Cette recherche internationalement reconnue représente l’une des principales activités du Musée. Aussi estimons-nous qu’il importe d’encourager et de récompenser ce travail. C’est ainsi que depuis plus de 20 ans, nous décernons chaque année le prix R. W. Brock au chercheur du Musée qui a signé la meilleure publication savante.

Reginald Walter Brock.

R.W. Brock, Ph.D., dont le prix tire son nom, était, selon les descriptions, « une personne pleine d’énergie et d’entrain, dotée d’un physique splendide », autant de qualités qui conviennent parfaitement au lauréat de cette année, M. Wu, Ph.D. Image : © Musée canadien de la nature

Ce prix récompense une des qualités dont faisait preuve le chercheur qui a donné son nom à cette distinction, Reginald Walter Brock, Ph.D. : un dévouement inlassable envers l’avancement des sciences, qui représente la mission principale du Musée. En plus du certificat, d’une petite subvention de recherche et de l’admiration de ses collègues, le lauréat reçoit une boîte de conserve de tomate.

Bien sûr, vous vous demandez : « Pourquoi diable des tomates, je préférerais des petits pois tant qu’à faire! » (ou encore des pêches au sirop ou du maïs ou n’importe quoi vraiment…). Je vous explique : les tomates s’inscrivent dans une longue tradition qui remonte au début du XXe siècle, à l’époque où le Musée était encore la Commission géologique du Canada et où M. Brock lui-même effectuait des recherches. Quand son équipe travaillait de façon exceptionnelle sur le terrain, il leur accordait une boîte de conserve de tomate, une récompense prisée à l’époque. Pour cette raison, tous les lauréats du prix reçoivent une boîte des meilleures tomates. Je me demande s’ils ont de bonnes recettes pour les apprêter?

Un homme et une femme debout devant un fossile en bas-relief. L’homme tient un certificat dans ses mains et la femme, une conserve de tomate.

Xiao-Chun Wu, Ph.D., paléontologue au Musée, est le lauréat du prix Brock cette année. En compagnie de sa coauteure Tamaki Sato, Ph.D., chercheure associée au Musée, il montre fièrement son trophée dans la collection des fossiles. Image: Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Notre nouveau lauréat du prix Brock et heureux gagnant de la boîte de tomate, est Xiao-Chun Wu pour son article : « A new Eosauropterygian (Diapsida, Sauropterygia) from the Triassic of China », publié dans le Journal of Vertebrate Paleontology en collaboration avec des scientifiques de Taiwan et du Japon.

Les auteurs y décrivent un nouveau genre et une nouvelle espèce de sauroptérygiens : un immense reptile à la forme de plésiosaure (pensez aux reptiles marins à long cou de votre jeunesse), qui abondait il y a plus de 200 millions d’années. Cette espèce, Qianxisaurus chajiangensis, revêt un grand intérêt car elle apporte de nouvelles données aux travaux internationaux sur les sauroptérygiens. Elle pourrait contribuer à répondre à la question suivante : comment diverses lignées de ces grands reptiles marins sont-elles apparues dans ce qui est aujourd’hui la Chine et l’Europe.

Illustration d’un reptile marin de l’espèce Qianxisaurus chajiangensis nageant sous l’eau.

Qianxisaurus chajiangensis, vu par le prolifique illustrateur de paléontologie Nobu Tamura. Image : Nobu Tamura © Nobu Tamura

M. Wu est entré à l’emploi du Musée après des études postdoctorales à l’Université de Calgary. Depuis les 15 dernières années, il partage son temps entre la Chine et le Canada, à la recherche de reptiles marins préhistoriques qui parcouraient les mers anciennes. Quand il n’écrit un article dans son bureau, on peut le trouver en train de fouiller dans les fossiles de notre collection ou encore en pleine partie de ping-pong à la défense de son titre, incontesté, de champion du Musée.

Nous sommes fiers d’annoncer que M. Wu a remporté le prix Brock de cette année et tenons à féliciter également ses coauteurs pour leur contribution précieuse à cette publication de premier ordre. Bon, je ferai bien de me remettre à ma recherche… on ne sait jamais qui sera choisi l’an prochain ;).

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Fossiles, Recherche, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s