Direction l’Alberta! Le retour à la chasse aux fossiles de dinosaures

Jordan Mallon s’accroupit derrière un os de dinosaure incrusté dans le roc.

Pendant les travaux sur le terrain en 2013, Jordan Mallon a déniché ce tibia dans un lit d’ossements d’hadrosaures le long de la rivière Saskatchewan Sud. Il retourne en Alberta cette année pour trouver d’autres fossiles. Image : Jordan Mallon © Musée canadien de la nature.

J’écris ce texte dans un avion à 38 000 pieds au-dessus de la Terre. Je voyage d’Ottawa à Calgary pour entamer ma deuxième campagne sur le terrain en tant que paléontologue des dinosaures avec le Musée canadien de la nature. Les trois prochaines semaines auront certainement leur lot de hauts et de bas, de satisfactions et de déceptions. Bref, je ne tiens plus en place!

Pendant la première semaine de mon voyage, j’effectuerai des travaux dans les contreforts des Rocheuses, à une heure de route environ au nord-ouest de Calgary. Pour l’observateur avisé, ceci pourrait sembler bizarre comme endroit pour chercher des dinosaures. En effet, on trouve les restes de ceux-ci le plus souvent dans des dépôts plus à l’est tels que le Dinosaur Provincial Park plus connu ou les abords de Drumheller. Mais voilà, c’est justement l’intérêt de la chose!

Carte du sud de l’Alberta montrant les deux endroits que Jordan Mallon explorera à la recherche de fossiles de dinosaures.

Jordan Mallon, Ph. D., va prospecter pour des fossiles de dinosaures à deux endroits en Alberta (indiqués par des punaises) : les contreforts des Rocheuses et le long de la rivière Saskatchewan Sud. Image : © 2014 Google Images Landsat.

On sait relativement peu de choses sur les dinosaures des contreforts de l’Alberta et j’ai très hâte d’en savoir plus. Les dinosaures préservés dans les contreforts représentent-ils les mêmes espèces que ceux que nous trouvons plus à l’est? Comment la diversité des espèces se compare-t-elle entre les deux sites? Qu’en est-il de l’abondance relative des espèces?

Des réponses à ces questions vont sans doute être difficiles à obtenir. En effet, les fossiles de dinosaures provenant des contreforts sont déjà connus, mais ils ont tendance à être désagrégés et peu abondants. Il y a probablement plusieurs explications à cela : (1) l’éloignement et l’inaccessibilité des sites fossilifères; (2) le manque d’effort consacré à la collecte; (3) des biais dans la préservation des fossiles (c.-à-d. qu’un fossile est moins susceptible d’être préservé dans une région montagneuse où l’érosion est très présente que dans une région de basses terres avec une sédimentation importante) ; enfin (4) la possibilité qu’il s’agisse d’un véritable signal biologique (c.-à-d. que les dinos étaient peut-être naturellement moins abondants près des montagnes que dans les basses terres, ce qui explique pourquoi leurs restes sont davantage émiettés).

Sac à dos et pic déposés sur le sol dans un site fossilifère surplombant la rivière Saskatchewan Sud.

Une vue de sites fossilifères le long de la rivière Saskatchewan Sud. Image : Jordan Mallon © Musée canadien de la nature.

Mais je n’ai nullement l’intention de laisser ces contretemps m’arrêter dans mon travail! Celui-ci se fait en collaboration avec Matthew Vavrek, Ph. D., du nouveau Philip J. Currie Dinosaur Museum près de Grande Prairie en Alberta.

Pour la deuxième partie de mon voyage durant les deux dernières semaines de juin, la technicienne en collections de paléobiologie Margaret Currie et l’adjoint à la recherche Scott Rufolo, du Musée canadien de la nature, me rejoindront sur la rivière Saskatchewan Sud. Cet endroit se trouve à environ une heure de route au nord de Medicine Hat. Margaret et moi-même avons effectué des travaux sur le terrain à cet endroit en juin dernier et j’ai très hâte d’y retourner.

Nous y avons trouvé un certain nombre de sites prometteurs que j’espère pouvoir continuer d’explorer cette année. Parmi ceux-ci, on trouve quelques dépôts d’ossements de dinosaures à bec de canard et des squelettes désarticulés de dinosaures à cornes. Je prévois également continuer de prospecter, dans l’espoir de trouver quelque chose de vraiment spectaculaire.

Jordan Mallon et Margaret Currie examinent des fossiles de dinosaures sur une table aux installations de recherche du musée.

Au Campus du patrimoine naturel du musée, Jordan Mallon et Margaret Currie examinent l’os de la pommette d’un ceratopsien (dinosaure à cornes) recueilli lors de travaux sur le terrain en Alberta en 2013. On trouve également sur la table la mâchoire inférieure d’un ceratopsien collectée lors de la même expédition. Image : Dan Smythe © Musée canadien de la nature.

Je devrais ajouter que je vais tenir un microblogue sur les événements de la campagne sur le terrain de cette année. Si vous êtes intéressé, n’oubliez pas de me suivre à @Jordan_Mallon (mot-clic #CMNPalaeo). J’espère que ceci vous donnera un meilleur aperçu de ce que nous faisons en tant que paléontologues. Venez donc vous joindre à moi et à notre équipe de recherche en Alberta!

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Collections, Fossiles, Recherche, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Direction l’Alberta! Le retour à la chasse aux fossiles de dinosaures

  1. Ping : Des contreforts aux badlands : découvertes fossiles en Alberta | Le blogue du Musée canadien de la nature

  2. Ping : L’expédition 2014 de paléobiologie en Alberta : Une rétrospective | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s