Au pays des merveilles géologiques : L’expédition Students on Ice

C’est avec enthousiasme que la minéralogiste du Musée Paula Piilonen, Ph.D., est partie en juillet avec l’équipe de formateurs de l’expédition annuelle de Students on Ice dans l’Arctique. Elle nous fait part de ses réflexions sur la première partie du voyage au Labrador, véritable pays des merveilles géologiques, qui précède l’excursion au Groenland.

Stupéfiant, rocheux, verdoyant, saisissant, désolé, vierge, hostile, époustouflant, sont autant d’adjectifs qu’elle utilise pour décrire le paysage du du parc national des Monts-Torngat au Labrador.

Coucher de soleil sur la côte nord du Labrador.

Coucher de soleil sur la côte nord du Labrador. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Des fjords vertigineux ont creusé un ancien gneiss plié. Des baies encombrées de glace où l’eau est si pure et claire que l’on peut y observer les ombles chevaliers nager sous le Zodiac et se prendre à l’hameçon. Les sommets alpins séparés par des champs de neige et des prairies toutes fleuries. Des baies d’un bleu vif où plongent, s’amusent et chassent des ours blancs sans se préoccuper de la présence des Zodiacs. Des couchers de soleil (à 23 h!) qui tracent dans le ciel et l’eau de grands traits de rose et d’orange introuvables sur la roue des couleurs et insaisissables par l’objectif. À n’en point douter, les monts Torngat sont un lieu magique et hors du commun. Je ressens comme un privilège de pouvoir connaître cette expérience unique.

Vue sur le fjord prise de la proue du navire.

Le fjord Kormaktorvik du parc national des Monts-Torngat vu de la proue du Sea Adventurer. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

J’écris ces lignes assise sur le pont du Sea Adventurer, d’où je peux voir l’immense étendue grise de la mer du Labrador tout autour de moi. Je suis heureuse du beau temps et de la mer calme dont nous avons été gratifiés une fois de plus. Gary Donaldson, notre ornithologue, est aussi sur le pont en train de réaliser une recension et d’observer les oiseaux marins.

Après avoir passé trois jours dans le parc national des Monts-Torngat le long de la côte nord du Labrador, nous avons mis le cap vers l’est en direction du Groenland qui se trouve à quelque 550 km. Ce voyage se caractérise par de nombreuses « premières fois » : on a jeté par dessus bord le programme original et le « plan B » s’est imposé.

Nous avons visité des fjords et des baies, gravi des pics et arpenté des plages que personne n’avait foulées auparavant à part les Inuits de la région.

Paula Piilonen et deux participants posent au sommet d’un pic surplombant le fjord.

Le personnel du Musée Caroline Lanthier, Noel Alfonso et Paula Piilonen au sommet d’un pic (330 mètres) au fjord Kormaktorvik, parc national des Monts-Torngat. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Encore peu explorés, les monts Torngat procurent au visiteur un véritable sentiment d’aventure.

La station de recherche et le campement aux pieds des monts Torngat.

La station de recherche et le campement au parc national des Monts-Torngat. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Les monts Torngat constituent un des meilleurs théâtres au monde pour enseigner la géologie. C’est la salle de classe de rêve : on peut y observer les marques des processus métamorphiques de grande envergure et l’altération des roches qui forment des plages de sables de minéraux lourds; on peut y analyser et identifier des minéraux sous le microscope dans le navire.

Les élèves y apprennent le métier de géologue et commencent déjà à ramasser des roches intéressantes partout où notre Zodiac accoste. Ils ont appris à utiliser leurs outils d’identification des minéraux fournis par le Musée; une fois sur le bateau, nous pouvons prendre le temps d’examiner les échantillons sous la loupe ou le microscope et d’identifier les minéraux présents.

Paula et des participants assis dans le Zodiac avec les poissons qu’ils ont pêchés.

À la pêche! Paula, Noel Alfonso et quelques élèves avec leurs prises : 12 ombles chevaliers et un saïda. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Normalement, la collecte est interdite dans un parc national, mais notre merveilleux Gary Baikie, le représentant de Parcs Canada, nous a autorisés à prélever quelques échantillons sur la plage du fjord Komaktorvik et à les emporter sur le bateau à des fins éducatives. Nous lui en sommes extrêmement reconnaissants : Merci Gary!

Paula Piilonen et son collègue Noel Alfonso assis sur un morceau de glace dans le port.

Paula Piilonen et l’ichtyologue du Musée Noel Alfonso sur un « glaçon » à St. John’s Harbour, au fjord Saglek près du campement du parc national des Monts-Torngat. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Bientôt nous atteindrons le fjord Tasermiut au Groenland et entamerons une nouvelle exploration géologique. Nous collecterons de nombreux échantillons le long de la côte ouest du Groenland, surtout à la mine désaffectée de cryolite d’Ivigtut au fjord Arsku et dans les nombreux dépôts d’âge protérozoïque tout au long du chemin.

Mais nous ne sommes pas encore au Groenland et nous apprenons à prendre les jours un à la fois et à apprécier la nature autour de nous. Aujourd’hui, nous sommes en mer et notre équipe participe aux ateliers organisés à bord sur divers sujets : le Groenland, le leadership dans les environnements hostiles, les changements climatiques, la surveillance de la faune, les processus glaciaires, l’art inuit et la composition de chansons avec nos musiciens Kathleen Edwards et Ian Tamblyn. Pour l’instant, le navire poursuit sa route et nous nous croisons les doigts pour que le dieu des vents continue de nous favoriser et pour que la traversée soit calme.

Paula Piilonen montrant un chaboisseau arctique capturé près de son campement.

Paula Piilonen montrant un chaboisseau arctique capturé près du campement du parc national des Monts-Torngat. Image : Paula Piilonen © Musée canadien de la nature

Suivez ce voyage au Labrador et au Groenland de l’expédition Students on Ice 2014.

A propos Paula Piilonen

A mineralogist with the Research Division at the Canadian Museum of Nature.
Cet article, publié dans Arctique, Roches et minéraux, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Au pays des merveilles géologiques : L’expédition Students on Ice

  1. Ping : À la recherche d’« or blanc » dans le sud du Groenland | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s