Aventures en Argentine : Museo de La Plata et incursion dans le Permien

Les avancées de la recherche ne se font pas seulement sur le terrain, mais aussi en collectant des données dans les collections d’autres musées. Scott Rufolo nous raconte comment il est allé chercher des informations utiles pour le Musée canadien de la nature.

J’ai assisté cet automne à la réunion du Conseil international d’archéozoologie qui se tenait en Argentine dans la province de Mendoza. Je vous ferai part de cette expérience dans un prochain blogue, mais pour l’instant j’aimerais vous raconter mes aventures paléontologiques en Argentine.

Collage de photos : Deux paysages de plaines volcaniques.

Dans le sud-ouest de la province de Mendoza, une zone de débris volcaniques produits par le volcan aujourd’hui éteint, en arrière-plan. Selon leur contenu en fer, les éjectas s’effritent en une variété de teintes de rouge, de gris et de noir contrastant joliment avec le jaune verdâtre de la végétation. Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer.

Étant au pays pour ce congrès, j’en ai profité pour rendre une petite visite professionnelle au Museo de La Plata, le plus important musée d’histoire naturelle de l’Amérique du Sud, et pour prendre des vacances en vue d’explorer plusieurs autres musées et sites paléontologiques.

Collage de photos : Entrée principale du Museo de La Plata. Plan rapproché d’une sculpture Smilodon.

Entrée principale du Museo de La Plata. Remarquez les statues qui bordent l’escalier. Enfant, je me rendais souvent à la bibliothèque de New York, gardée par deux magnifiques lions sculptés. J’ai toujours eu une fascination pour les sculptures de grands félins! Mais comme vous pouvez le constater, ces statues ne représentent pas n’importe quel grand félin, ce sont des Smilodons. Ces tigres à dents de sabre chassaient dans les prairies anciennes de l’est de l’Argentine. Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer.

À titre d’assistant de recherche à la section de paléobiologie du Musée canadien de la nature, je travaille en étroite collaboration avec le paléontologue des dinosaures Jordan Mallon dont j’appuie les efforts de recherche. Jordan s’intéresse beaucoup au rôle écologique des comportements alimentaires des dinosaures qui vivaient à la fin du Crétacé dans ce qui est aujourd’hui l’Alberta. Aussi est-il sans cesse à la recherche de nouvelles données concernant les dents, les mâchoires et la forme du crâne de diverses espèces de dinosaures à bec de canard et à cornes qu’abritait autrefois l’ouest du Canada.

Squelette d’iguanodon debout dans une salle d’exposition.

Une des salles de paléontologie des vertébrés du Museo de La Plata. Le squelette de dinosaure au centre est un moulage d’iguanodon issu d’un des célèbres spécimens de Bernissart en Belgique. (site web en anglais) Image : Scott Rufolo © Musée canadien de la nature.

La taille des dents et des os du crâne peut être liée à la mécanique des mouvements quand l’animal mord ou mâche et peut donc fournir des renseignements sur le régime alimentaire probable de ces herbivores.

Dans la première moitié du XXe siècle, le Musée royal de l’Ontario a échangé les crânes fossiles de trois dinosaures canadiens, deux cératopsiens (dinosaures à cornes) et un hadrosauridé (dinosaure à bec de canard), contre des spécimens d’Amérique du Sud. Deux des spécimens envoyés en Argentine en 1944 (Centrosaurus apertus et Prosaurolophus maximus) se sont retrouvés au Museo de La Plata dans la ville de La Plata, au sud-est de Buenos Aires.

Collage de photos : crânes de dinosaures.

En haut : En exposition au Museo de La Plata, de chaque côté du Tyrannosaurus rex, les deux crânes de dinosaures illuminés proviennent du Canada. En bas à gauche : Centrosaurus (spécimen 79-XI-23-2) auquel il manque les mâchoires. En bas à droite : Prosaurolophus (spécimen 79-XI-23-1). Images : Scott Rufolo © Musée canadien de la nature.

Le sort du troisième – un crâne de Chasmosaurus échangé vers 1932 – est inconnu. En tout cas, il ne se trouve ni à Buenos Aires ni à Rio de Janeiro. Nous n’avons jusqu’à présent aucune description ou mesure publiée de ces spécimens.

Fondé en 1888, le Museo de La Plata (site web en espagnol) abrite plus de 3 millions de spécimens d’histoire naturelle et d’artéfacts archéologiques. Magnifique, l’édifice arbore un extérieur néoclassique et un intérieur riche en éléments architecturaux et en vitrines d’exposition qui ont conservé un charme tout victorien.

Buste au centre d’une rotonde et exposition de squelettes.

À gauche : Dans la rotonde à l’entrée du Museo de La Plata, le buste du fondateur, Francisco Pascasio Moreno, un important explorateur argentin et historien de l’époque victorienne. À droite : Une exposition de squelettes présentant plusieurs espèces de glyptodons et d’unaus géants, des mammifères disparus qui ont vécu au Pléistocène (de – 2,6 millions d’années à – 12000 ans). Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer; Scott Rufolo © Musée canadien de la nature.

Les crânes de Centrosaurus et de Prosaurolophus ont été exposés pour la première fois il y a une dizaine d’années, à l’occasion d’une rénovation des salles de paléontologie où ils sont encore aujourd’hui. J’ai ainsi pu les examiner et les mesurer un lundi, journée de fermeture au public.

Un homme mesure le crâne d’un dinosaure.

Mesure du crâne de Centrosaurus. Le musée était fermé et personne ne semblait pouvoir ouvrir les lumières. J’ai donc utilisé la lampe de poche orange pour m’éclairer pendant mon travail. Image : Gregory Huyer © Gregory Huyer.

Les crânes n’ont pas été nettoyés depuis leur installation dans la salle d’exposition, aussi une épaisse couche de poussière les recouvrait. La quantité de poussière accumulée en une décennie était telle qu’il m’a fallu (enfin presque) les mettre à jour de nouveau comme sur un chantier de fouille! Tout larmoyant et éternuant, j’ai mesuré, dessiné et photographié les deux crânes.

Ces données métriques iront rejoindre la base de données de Jordan sur les dinosaures nord-américains de la fin du Crétacé. Nous espérons aussi créer des modèles tridimensionnels de ces crânes à partir des photographies. De plus, j’ai convaincu le gestionnaire des collections paléontologiques du musée de chercher des informations sur l’endroit où pourrait se trouver le troisième crâne. J’espère qu’il me communiquera bientôt d’utiles renseignements tirés des archives ou glanés en conversant avec ses collègues sud-américains.

Avant de quitter l’Argentine, j’ai pu visiter plusieurs sites de la province de Mendoza recelant des empreintes de pas exposées de tétrapodes vivant au Permien (il y a environ 250 à 300 millions d’années).

Collage de photos : Un homme assis à côté d’empreintes animales imprimées dans la roche. Plan rapproché d’empreintes. Dessin d’un tétrapode.

À gauche : Moi posant à gauche d’empreintes de Chelichnus gigas, probablement un caseidé membre d’un groupe de reptiles mammaliens herbivores, aujourd’hui disparus. À droite : dessin de l’apparence possible de Chelichnus gigas. En bas : empreintes de Chelichnus gigas.
Photos : Scott Rufolo © Musée canadien de la nature. Dessin : Verónica Krapovickas et al. © Taylor and Francis Group.

On rencontre sur ces sites les empreintes de pied d’une variété de reptiles primitifs, le tout dans un décor et un milieu géologique spectaculaires.

Collage de photos : Un immense gouffre. Une arche naturelle traversant une rivière.

En haut : Pozo de las Ánimas, le puits des âmes. L’immense gouffre est apparu suite à la dissolution de couches de calcaire causée par le mouvement des eaux souterraines. En bas : Puente del Inca, le pont des Incas. Traversant la rivière Vacas, cette arche naturelle a été formée par un processus géologique inconnu. L’eau des sources thermales environnantes dépose sur le site des couches de minéraux colorés. Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer.

À Buenos Aires, je ne manquai pas de passer une journée au musée des sciences naturelles Bernardino Rivadavia, où sont exposés des squelettes articulés de nombreuses espèces de dinosaures et de mammifères caractéristiques de l’Amérique du Sud.

Collage de photos : Squelette de dinosaure. Squelette d’unau géant. Spécimens de glyptodons.

À Buenos Aires, Museo Argentino de Ciencias Naturales Bernardino Rivadavia. En haut à gauche : Squelette d’un sauropode, Amargasaurus cazaui. Cette femelle dinosaure est en position pour pondre ses œufs. Amargasaurus possède une 2e rangée d’épines le long de son coup, ce qui est peu commun. Par contre, pour mes collègues et moi qui travaillons au Campus du patrimoine naturel, ce dinosaure nous est familier puisqu’un moulage de ce squelette décore notre cafétéria. À droite : squelette d’unau géant. En bas à gauche : spécimens de glyptodons. Remarquez les pointes au bout de la queue de celui qui est exposé sur le mur. Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer; Scott Rufolo © Musée canadien de la nature.

Je vous laisse admirer d’autres photos de mon voyage. L’Argentine possède tant de beautés naturelles et de musées intéressants que j’ai été incapable de me limiter à quelques clichés.

Collages de photos : Chaîne de montagnes aux sommets enneigés. Lit d’une rivière entre les rochers.

En haut : La Cordillière des Andes délimite la frontière avec le Chili à l’ouest. En bas : Cette rivière s’est frayée un passage dans la formation Yacimiento Los Reyunos exposant ainsi plusieurs sites de traces fossiles. Images : Gregory Huyer © Gregory Huyer; Scott Rufolo © Musée canadien de la nature.

La prochaine fois, je vous montrerai des photos d’espèces de plantes et d’animaux que j’ai croisées dans mon voyage, notamment un groupe d’audacieux coatis dégustant des biscuits et un minuscule parent du cochon d’Inde à l’appétit vorace qui peut s’emparer de votre repas.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Fossiles, Recherche, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Aventures en Argentine : Museo de La Plata et incursion dans le Permien

  1. Ping : Aventures en Argentine 2 : Une conférence en zooarchéologie dans un lieu de grande beauté | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s