Arctic Change 2014 : partager nos nouvelles connaissances avec le monde entier

En décembre, les scientifiques du Musée canadien de la nature ont participé à la conférence scientifique internationale Arctic Change 2014. L’événement se déroulait à Ottawa et portait sur l’ensemble des domaines de recherche touchant l’Arctique.

Nous nous sommes joints à 1200 délégués représentant une variété de disciplines, de perspectives, de nationalités et de cultures. Des centaines de présentations ont été données pour faire état des derniers résultats de la recherche concernant divers aspects de la science et des politiques visant l’Arctique.

Une talle de saxifrage à feuilles opposées sur la rive d’un cours d’eau.

À la récente conférence internationale Arctic Change 2014, des chercheurs du Musée ont partagé leurs nouvelles connaissances sur les plantes, les algues, les diatomées et les phytoplanctons de l’Arctique. On voit ici des saxifrages à feuilles opposées, Saxifraga oppositifolia. Image: Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Des anémones à petites fleurs et des oxyries de montagne sur la pente d’une colline.

Anémones à petites fleurs, Anemone parviflora (blanches), et oxyries de montagne, Oxyria digyna (rouge). Image : Roger Bull © Musée canadien de la nature

Un des objectifs du Musée canadien de la nature est de faire progresser la compréhension de l’Arctique canadien et de son rapport avec le Canada. Nous y parvenons en effectuant des recherches sur le terrain et dans nos laboratoires, et nous avons récemment créé un nouveau Centre de connaissance et d’exploration de l’Arctique afin d’améliorer nos capacités dans ce domaine.

Nous réalisons également notre objectif en partageant largement nos nouvelles connaissances. Un des moyens par lesquels les chercheurs partagent de nouvelles données est en participant à des conférences scientifiques telles qu’Arctic Change 2014, un lieu où de nouvelles découvertes sont présentées à d’autres de façon formelle et informelle.

Un homme extrait une carotte de glace de la banquise.

Le chercheur Michel Poulin prélève un échantillon de glace près de Resolute, durant des travaux sur le terrain en Arctique. Image : © Musée canadien de la nature

À la conférence, Michel Poulin, Ph. D., un expert en diatomées, phytoplanctons et algues des glaces marins du Canada, a corédigé deux communications affichées. Une affiche faisait état de l’évolution de la composition taxonomique du phytoplancton dans l’océan Arctique canadien au fil des ans. L’autre évaluait la capacité des peuplements d’algues des glaces à produire des composés pour la protection contre les rayons UV. Ces composés pourraient s’avérer importants pour la photoprotection – un genre d’écran solaire – au moment où l’écosystème marin de l’Arctique réagit à un climat en évolution.

J’ai donné une présentation sur quelques découvertes floristiques et la biodiversité des plantes vasculaires de l’Arctique canadien, à partir de recherches en cours effectuées en compagnie de mes collègues du Musée Lynn Gillespie, Ph. D., Paul Sokoloff et Roger Bull. J’ai souligné que la diversité végétale de nombreuses zones arctiques est peu connue. Chacune de nos expéditions sur le terrain permet de recueillir d’importantes nouvelles connaissances concernant la répartition des plantes.

Un homme debout dans un bosquet de saules à feuilles planes, Salix planifolia.

Le botaniste Jeff Saarela et ses collègues ont effectué plusieurs expéditions de recherche en Arctique ces dernières années. On le voit ici prenant des notes parmi un peuplement de saules à feuilles planes, Salix planifolia, au cours d’une expédition à l’île de Baffin, au Nunavut, en 2012. Image : Lynn Gillespie © Musée canadien de la nature

Ces nouvelles connaissances sont intégrées et documentées dans nos collections. Elles contiennent ainsi des preuves tangibles de la présence d’une espèce dans un lieu donné à un moment donné. Ces collections de botaniques sont entreposées dans notre Herbier national du Canada et constituent notre documentation scientifique permanente. J’ai également présenté une affiche faisant état de travaux pour le Projet de la flore arctique canadienne et de l’Alaska.

Trois plantes de l’Arctique (collage) : phlox de Hood, comaret des marais, hippuride à feuilles lancéolées.

Des plantes de l’Arctique observées par les scientifiques du Musée durant leurs expéditions de recherche. En haut : phlox de Hood, Phlox hoodia (à gauche) et comaret des marais, Comarum palustre (à droite). En bas : hippuride à feuilles lancéolées, Hippuris lanceolata. Images : Laurie Consaul; Roger Bull © Musée canadien de la nature

Les rencontres scientifiques sont souvent organisées en fonction d’un ensemble particulier d’organismes ou de thèmes, par exemple les plantes, les animaux ou les fossiles. Or la conférence Arctic Change 2014 portait sur toutes les questions liées à l’Arctique, une région qui subit actuellement des transformations majeures. Cette rencontre interdisciplinaire a donné lieu à des échanges entre décideurs et biologistes, entre zoologistes et botanistes et entre spécialistes en sciences sociales et physiques.

Même s’il est de plus en plus admis que des approches élargies et interdisciplinaires sont requises pour s’attaquer à certains des plus grands défis qui menacent la planète, ces sortes d’échanges ne sont pas monnaie courante.

La compréhension des effets du changement climatique sur l’Arctique canadien et la réponse à y apporter tombent assurément dans la catégorie des « grands défis ».

Un message clé à la rencontre, émis par Scott Vaughan (Institut international du développement durable), soulignait que « presque tous les indicateurs liés à une crise écologique planétaire s’orientent dans la mauvaise direction ».

Un parterre de gens assis dans une salle devant un orateur et des écrans géants.

Une des sessions de discussion de la conférence Arctic Change 2014. Image : Daniel Lamhonwah © Daniel Lamhonwah

Le Centre de connaissance et d’exploration de l’Arctique, administré par le Musée, contribue à notre compréhension grandissante de l’Arctique, ses écosystèmes et ses espèces – tous des éléments du patrimoine naturel de notre pays.

Vous pouvez visionnez les excellentes vidéos (en anglais) qui résument chaque journée d’activités à la conférence Arctic Change 2014 : http://www.arcticnetmeetings.ca/ac2014/videos.php

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Arctique, Événements, Collections, Recherche, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s