Le chemin du retour

par Mark Graham et Jennifer Doubt

Même si nous nous efforçons de toujours utiliser les pouvoirs conférés aux musées à bon escient, il arrive à l’occasion que les choses tournent mal. Les collectionneurs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, sont extrêmement passionnés par leur activité. Leur enthousiasme les entraîne parfois dans des situations embarrassantes. C’est ce qui s’est produit dans l’Arctique à la fin des années 1950.

Vue aérienne du fleuve Mackenzie.

Le fleuve Mackenzie près de Tuktoyaktuk dans l’Arctique. Image : Mark Graham © Musée canadien de la nature

Un jeune botaniste du gouvernement fédéral effectuait alors des études de terrain dans le Haut-Arctique. À l’époque, beaucoup de ces expéditions dans le Nord faisaient partie des efforts du Canada durant la Guerre froide, en cas d’éventuels déploiements de soldats dans le Nord. D’autres études servaient à préparer l’installation des pipelines de pétrole et de gaz vers le sud et à une meilleure compréhension, par les gens du Sud, des grandes questions concernant les espèces sauvages. Toutes ces études avaient un objectif commun : recenser les espèces végétales présentes sur ce territoire et les espèces animales qui l’habitaient. Un grand nombre de spécimens de plantes et d’animaux furent collectés pour appuyer ces nouvelles connaissances. Parmi ces spécimens se trouvait un lichen qui poussait, malheureusement, sur un crâne humain.

On ignore les circonstances, les considérations et les discussions qui ont entouré la collecte de ce spécimen, mais l’on sait que les années 1950 ne sont pas une période glorieuse pour le Canada concernant le traitement des Inuits. Dans ce cas, on donna priorité au spécimen de lichen. On emporta le crâne loin du lieu où il reposait avec les autres ossements auxquels il était attaché. Ainsi prit naissance un défi éthique qui dura pendant plusieurs décennies.

Le collectionneur donna le spécimen au Musée, qui employait un spécialiste des lichens. Nous recevons ainsi de nombreux spécimens chaque année et choisissons soigneusement ceux qu’il convient d’intégrer à la collection nationale. Nous croyons que la présence du crâne a suscité un malaise : la collection scientifique du Musée canadien de la nature ne comporte pas de restes humains. Mais on se sentait également mal à l’aise de ne pas le garder une fois qu’il se trouvait à Ottawa. Ce spécimen de lichen n’a jamais fait partie de la collection nationale, mais il a été placé en lieu sûr dans un cabinet à part. Le temps a passé et les temps ont changé.

Au cours des trois dernières années, avec le concours d’excellents collègues et archéologues, on a reconstitué l’histoire et le lieu de la collecte et glané quelques renseignements sur l’identité de la personne qui a vécu si loin : une femme inuite. Munis de ces renseignements, nous avons pu entrer en contact avec le comité des Anciens de Tuktoyaktuk (l’établissement le plus proche du lieu de collecte à Toker Point) pour leur demander conseil et pour organiser la restitution des ossements.

Un sac et une petite mallette posés sur un siège.

À l’aéroport d’Inuvik, avec la petite mallette sécurisée contenant l’objet à rapatrier à Tuktoyaktuk. Image : Mark Graham © Musée canadien de la nature

En août 2014, à l’occasion d’une expédition dans cette ville située à l’extrême nord-ouest des Territoires du Nord-Ouest, s’est effectuée la restitution du crâne avec son lichen, exactement 57 ans après sa collecte. Nous sommes profondément reconnaissants envers toutes les personnes qui ont contribué à ce long processus, des premières étapes difficiles au long voyage de retour dans le Nord.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Arctique, Collections, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s