Besoin d’inspiration? Rendez-vous dans nos collections!

Saviez-vous que nos 10 millions de spécimens sont source d’inspiration artistique?

L’artiste visuelle Mary Baranowski-Lowden (site en anglais seulement) se rend régulièrement à notre Édifice des collections et de la recherche pour y dessiner.

Mary s’exprime principalement par la gravure sur cuivre (eau-forte). Arrivée de la très urbaine Toronto, l’artiste vit maintenant dans le décor bucolique de Wakefield, en bordure de la rivière Gatineau, au Québec. La nature qui l’entoure l’inspire. Mais la complexité de cette même nature pose aussi des défis.

Tout a commencé par un nid d’oiseau. Mary était intriguée par sa structure semblable à une sculpture. Poussée par les désirs de comprendre, de s’inspirer de cette « œuvre d’art » et de rendre justice au modèle de dame Nature dans ses dessins d’observation, Mary a voulu en savoir plus sur ce nid et sur l’espèce d’oiseau qui l’a créé.

Collage d’images de nids, d’oiseaux et de plantes.

À gauche en haut, la gravure sur cuivre du premier nid, dessiné en bas. À droite, œuvre primée (Natural Elements II) de type collage qui contient ce même nid. Images : Myriam Thibodeau © Musée canadien de la nature, Mary Baranowski-Lowden

Au printemps 2014, Mary a frappé à la porte du Musée. Elle a rencontré Michel Gosselin, le responsable de la collection des oiseaux. L’expertise et les explications du scientifique permettent à Mary de baser ses créations sur une meilleure compréhension de la nature. Nos collections sont ainsi devenues une ressource précieuse pour elle aussi! En observant minutieusement ses sujets, l’artiste vient découvrir leurs détails anatomiques. Détails qui autrement ne sont pas saisissables. Éventuellement, ses observations sont intégrées dans ses œuvres, dans ses interprétations du décor qui l’entoure.

Tête de castor.

Le museau du castor est poilu! Observez à quel point les poils sont courts près des narines. Puis comment en s’éloignant, ils deviennent de plus en plus longs et changent de couleur. Ce type de détails fascinent Mary Baranowski-Lowden et seraient quasi impossibles à photographier en milieu naturel. Image : Myriam Thibodeau © Musée canadien de la nature

Au fil du temps, l’exploration de Mary s’est diversifiée et enrichie. L’inspiration que lui insuffle la nature semble infinie. Après les oiseaux, l’artiste s’intéresse maintenant aux mammifères dans nos collections. Ses études alimentent « Le journal intime de la rivière ».

Illustration : un héron, des fleurs et des insectes.

River Diaries III « Journal intime de la rivière ». Gravure multiplaque sur chine collé et aquarelle.
Mary amorce son travail en dessinant son sujet. Puis, elle grave l’image sur un produit spécial qui recouvre une plaque de cuivre. Elle plonge ensuite le tout dans un bain d’acide. Les fins sillons qui définissent l’image exposent le cuivre à l’acide qui incruste l’œuvre sur la plaque de cuivre. Enfin, l’artiste imprime et dispose ses œuvres un peu comme une courtepointe. C’est un procédé qui prend du temps, comme la nature pour s’épanouir. Image : © Mary Baranowski-Lowden

L’eau a coulé sous les ponts depuis l’enfance de Mary, époque à laquelle elle aimait dessiner dans la nature avec sa mère. Riche d’une carrière artistique à enseigner l’art aux enfants. Après avoir voyagé dans divers pays et particulièrement en Asie, c’est un retour aux sources.

C’est aussi la réconciliation entre la science et l’art. Contrairement à ses deux soeurs aux carrières scientifiques, Mary éprouvait des difficultés en sciences à l’école. Aujourd’hui, elle utilise la chimie pour créer ses œuvres sur plaque de cuivre. Et sa fascination pour les détails anatomiques rejoint la précision scientifique qui alimente la biologie.

Voilà un bon exemple de comment l’art et la science se rencontrent pour faire resplendir la nature!

La Galerie d’art de l’Université Carleton, lui a récemment remis le prix Gordon J. Wood Print Purchase pour ses œuvres Natural Elements I and II (Éléments naturels I et II). Un des jurés, Jean-Claude Bergeron, le directeur de la galerie du même nom à Ottawa, a souligné la qualité de son travail et le fait que les compositions de Mary Baranowski-Lowden témoignent de son amour et de sa compréhension de la nature.

Collage d’un oiseau, de plumes et de plantes.

Natural Elements I « Élément naturel I ». L’art et la nature sont liés l’un à l’autre dans les œuvres de l’artiste. Image : © Mary Baranowski-Lowden

Natural Element II « Élément naturel II » est exposé à la Galerie d’art de l’Université Carleton (site en anglais seulement), jusqu’au 23 août.

Aussi, le samedi 24 octobre 2015, le Musée canadien de la nature ouvrira au public son Édifice des collections et de la recherche à Gatineau, au Québec. Les visiteurs auront l’occasion de déambuler gratuitement parmi ses impressionnantes collections et de rencontrer les experts qui les étudient et en assurent la conservation.

Cet article, publié dans Art, Collections, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s