De la plante à l’article

Pour nous, botanistes, l’été est la saison des expéditions sur le terrain et, au mois de juillet, nous inondons les médias sociaux avec nos projets d’expéditions dans l’Arctique, nos billets du terrain et nos rapports sur les dernières découvertes. Les expéditions botaniques comportent certes leur part de romanesque et d’aventure, mais c’est avant tout beaucoup de travail, comme tout chercheur vous le confirmera. Et le travail que nous effectuons entre deux voyages est celui qui confère toute sa valeur à chacune des expéditions.

Un homme devant des piles de feuilles de spécimens dans un laboratoire.

Avant d’être montées et archivées dans l’Herbier national du Canada, les milliers de plantes collectées à chaque expédition doivent être classées par espèce à des fins d’identification. Image : Micheline Beaulieu-Bouchard © Musée canadien de la nature

La floristique, c’est-à-dire l’étude des espèces végétales d’un site donné, est l’un des principaux objectifs de ces expéditions. La première étape consiste à collecter toutes les espèces de plantes d’une zone donnée. C’est par exemple ce que font en ce moment Jeff Saarela et Roger Bull dans le sud de l’île de Baffin. La deuxième étape s’effectue au retour : il s’agit de classer les plantes à des fins d’identification et… de rattraper le sommeil perdu. La troisième étape est la plus longue : devant le microscope, le botaniste identifie et décrit l’espèce.

Collage : À gauche, homme assis derrière un microscope. À droite, feuilles d’un herbier classées dans une armoire.

Les longues heures de terrain sont suivies d’un temps encore plus long dans l’herbier à examiner et identifier des centaines de spécimens pour chaque article floristique. Heureusement, Jeff Saarela, Ph. D. (à gauche) prend beaucoup de plaisir à ce travail! Images: Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Dans un article floristique digne de ce nom, l’auteur ne se contente pas d’un compte rendu sur les plantes nouvellement collectées. Il doit prendre en considération toutes les collectes effectuées auparavant dans la zone à l’étude, faire la synthèse de toutes les données de distribution et déterminer la contribution des nouveaux spécimens aux connaissances sur l’espèce.

Ainsi, le chercheur consacre beaucoup de temps à compulser diverses flores, à lire les articles précédemment publiés, à consulter des spécialistes sur des espèces moins connues et à examiner des spécimens d’herbier provenant de nos collections ou empruntés à d’autres établissements. Heureusement, l’Herbier national du Canada possède une collection de plantes arctiques qui figure parmi les plus importantes du monde.

Collage de trois plantes.

Parmi nos nouveaux articles publiés dans la revue électronique Phytokeys, citons ceux sur la platanthère à grandes feuilles (Platanthera obtusata, à gauche), l’andromède à feuilles de polium (Andromeda polifolia, en haut, à droite) et l’orge queue-d’écureuil (Hordeum jubatum, en bas, à droite). Images : Roger Bull, Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Au cours des derniers mois, notre équipe a publié deux articles floristiques dans la revue en ligne PhytoKeys. Intitulé New vascular plant records for the Canadian Arctic Archipelago (anglais seulement), le premier abonde en données inédites qui permettront de mettre à jour la flore de l’archipel arctique (publiée par le Musée, en anglais seulement sous le titre de Flora of the Canadian Arctic Archipelago) : nouveaux signalements, changements taxonomiques, extension des aires de répartition de certaines espèces et apparition d’autres espèces dans cette zone.

Collage de trois plantes.

Des espèces arctiques aux couleurs vives que présente notre publication du Canadian Field-Naturalist : saule de l’Arctique (Salix arctica, en haut à gauche), drave en corymbe (Draba corymbosa, en bas, à gauche) et saxifrage à flagelles (Saxifraga flagellaris subsp. platysepala, à droite). Images : Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

L’autre article porte sur la flore de l’inlet Cunningham (anglais seulement). Fruit de l’expédition jeunesse 2013 Arctic Watch Lodge, cette publication englobe toutes les plantes connues de cette région située au nord de l’île Somerset. Elle pourra servir de référence pour étudier les éventuels changements floristiques dans les déserts polaires de l’Extrême-Arctique canadien.

Trois hommes appuyés sur une presse de plantes.

Notre prochain article floristique portera sur les plantes de la vallée de la Coppermine, que nous avons prospectée au cours de l’été 2014. Ce travail se fondera sur les spécimens, nombreux, contenus dans cette impressionnante presse. Image : Roger Bull © Musée canadien de la nature

Parallèlement à notre travail de collecte, nous continuerons de rédiger des articles floristiques, car dans le domaine des sciences, une recherche non publiée est une recherche non terminée. Réalisés sous l’égide du nouveau Centre de connaissance et d’exploration de l’Arctique, ces articles s’inscrivent dans un projet plus vaste qui consiste à publier une nouvelle Flore arctique du Canada et de l’Alaska.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Arctique, Collections, Plantes et algues, Recherche, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la plante à l’article

  1. Ping : L’histoire naturelle en images | Le blogue du Musée canadien de la nature

  2. Ping : De la plante à l’article : la suite de l’histoire | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s