Une maison sur mesure : Acquisition et entretien d’insectes vivants

J’ai récemment eu l’occasion de faire l’acquisition de plusieurs nouvelles espèces d’insectes vivants pour exposer au Musée.

Un gros plan du scarabée atlas.

Ce scarabée atlas mâle (Chalcosoma caucasus) mesure 11 cm de longueur. Le mâle est en général deux fois plus gros que la femelle et arbore trois énormes cornes dont il se sert pour éloigner les rivaux de la femelle qu’il convoite. Les mâles qui se développent dans des conditions difficiles possèdent des cornes beaucoup plus petites, alors que ceux qui connaissent un milieu idéal exhiberont des cornes imposantes et bien formées. Image : Alex Macdonald © Musée canadien de la nature

Pendant deux ans, j’ai établi des contacts avec les éleveurs d’insectes du monde entier. Il y a peu d’endroits où l’on peut se procurer par exemple un scarabée atlas ou une lucane arc-en-ciel.

Une partie du travail consistait à se renseigner auprès de différents zoos, insectariums et musées pour savoir quelles espèces pouvaient s’accommoder de la captivité et s’acheter de façon éthique. Nous souhaitions que les spécimens exposés soient non seulement spectaculaires mais aussi durables. Les insectes que nous avons choisis sont tous des spécimens captifs provenant d’élevages reconnus.

Un scarabée atlas remplit la main d'un homme.

Ce mâle mesure 11 cm de longueur. Une bouteille de plastique reconvertie lui a fait un bon contenant de voyage. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

Nous possédons une licence autorisant le Musée canadien de la nature à détenir certaines espèces d’insectes vivants à des fins d’exposition. Grâce à cela, nous pouvons demander un permis d’importation et acquérir une espèce provenant d’un pays étranger.

Trouver le bon moyen de transport n’est pas aisé. On ne peut simplement demander à un éleveur de mettre le colis à la poste. Il faut des documents de suivi de l’exportateur à l’importateur. Et la plupart des transporteurs n’acceptent pas d’animaux vivants à moins d’être équipés pour cela. Le choix est donc restreint. Le temps est un facteur primordial lorsqu’on expédie des insectes vivants.

Un insecte s'accroche au doigt d'un homme.

Une des lucanes arc-en-ciel (Phalacrognathus muelleri) que nous venons de recevoir. En plus d’être colorée, elle est munie de griffes très pointues qui peuvent percer la peau. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

Alors le colis est expédié et vole au-dessus du Pacifique. Et maintenant ? Notre capacité à conserver les insectes en santé et idéalement en état de se reproduire est l’un des critères qui nous ont guidés dans la sélection des espèces.

Chaque espèce a des besoins quotidiens qui lui sont propres. Il faut donc savoir ce que chacune mange et s’assurer qu’on peut s’approvisionner en aliments. La température, le taux d’humidité et le type de substrat comptent également beaucoup dans le bien-être de l’insecte.

Un scarabée (Chalcosoma caucasus) sur un morceau de bois dans son terrarium.

Le scarabée atlas semble apprécier les branches de pommiers locaux que nous avions disposées dans son nouvel habitat. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

Nous avons dû apprendre à confectionner les substrats convenant à chaque espèce. Certaines aiment avoir beaucoup de bois en décomposition dans lequel creuser, d’autres préfèrent le compost. Même le taux d’humidité des médiums influent sur leur santé. Il faut donc se préparer avant l’arrivée des nouveaux pensionnaires.

Le voyage peut durer plusieurs jours. On nous avertit quand un colis arrive. Dans un cas, j’ai reçu un appel d’un commis inquiet qui me demandait de venir récupérer mon paquet immédiatement. Au bureau de l’entreprise de transport, les employés étaient curieux de connaître le contenu du colis : ils l’avaient vu bouger et avaient clairement entendu le bruit des insectes grattant le plastique rigide de l’emballage.

Cette boîte au comportement suspect a suscité beaucoup d’intérêt ! Et les gens ont été soulagés que je vienne la chercher si rapidement.

Le carton de transport ouvert contenant des boîtes et des tubes transparents abritant chaque insecte individuellement.

Les insectes ont été capables de faire bouger la boîte même s’ils étaient confinés dans un contenant individuel. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

À l’arrivée au labo, nous avons laissé le colis s’acclimater à la température de la pièce (25 °C). Quand nous avons ouvert la boîte, les insectes étaient actifs et prêts à sortir. On a inspecté les conditions de chaque contenant et la santé de chaque insecte puis on en a dressé l’inventaire.

Les nouveaux habitats étaient prêts pour chaque espèce et nous y avons installé les insectes. Cela semble facile, mais la réalité est tout autre. Les insectes étaient non seulement affamés mais aussi très agités. Le son des griffes sur le plastique rigide nous le rappelait avec insistance.

Un insecte s'accroche au doigt d'un homme.

Le dynaste Hercules (Dynastes hercules) n’a pas eu de difficulté à s’agripper à mon doigt en plantant ses griffes dans ma peau. Il réagissait de façon défensive, tentant de décourager toute autre manipulation. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

L’extraction des insectes de leur contenant s’est révélée plus difficile que prévu. Tentez de retirer d’une fiole étroite un dynaste Hercule agité qui peut soulever 85 fois son propre poids!

Cette espèce est non seulement très forte mais elle possède des griffes acérées qu’elle n’hésite pas à vous planter directement dans la peau. Après quelques manipulations en douceur, j’ai réussi à les placer dans leur nouvel habitat et à leur servir leur premier repas au Musée canadien de la nature.

Une pièce avec des terrariums et des étagères.

Le laboratoire de soins pour animaux dans les coulisses du Musée. Image : Stuart Baatnes © Musée canadien de la nature

Venez admirer ces insectes vivants et d’autres invertébrés à compter de juin 2016 dans notre nouvelle zone Nature vivante.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article a été publié dans Animaux, Animaux de nos galeries, Animaux vivants du Musée, Expositions, Les outils du métier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s