Des diatomées canadiennes « royales » de l’étang de Rideau Hall, à Ottawa

Un homme posant devant une fontaine et un édifice.

Joe Holmes devant la résidence du gouverneur général. Le drapeau canadien flottant au sommet de l’édifice indique que le gouverneur se trouve à l’extérieur de la ville. Autrement, c’est l’étendard royal (pourpre avec un lion) qui s’y déploie.
Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

En tant que bénévole au Musée canadien de la nature, je participe depuis le printemps 2016 à un projet visant à collecter des échantillons de diatomées dans plus de 80 sites dans la région d’Ottawa.

Nous avons visité lacs, rivières, canaux et étangs pour y collecter des diatomées. Celles-ci ont ensuite été traitées, photographiées et ajoutées à la collection du Musée qui compte déjà quelque 120 000 échantillons.

La préparation des échantillons, l’identification des espèces et la saisie des données et des photos dans la base de données de phycologie du Musée sont en cours.

Visite de Rideau Hall, la résidence du gouverneur général

Dans le cadre de ce projet, nous avons collecté des diatomées dans d’intéressants sites de la ville. En juin, j’ai visité Rideau Hall, la résidence principale du gouverneur général, Son Excellence le très honorable David Johnston, et de son épouse, Son Excellence Mme Sharon Johnston.

Une porte ouverte dans une grille de fer forgé au bord d’une route.

À Rideau Hall, la porte sud de la rue MacKay offre un accès public au terrain.
Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Alors que je faisais le tour de la propriété (qui fait 31,6 hectares), j’ai appris d’un membre du personnel qu’il y avait un étang sur le terrain. Il se trouvait toutefois dans la section privée et il fallait une permission spéciale pour y accéder. Comme Rideau Hall est un endroit d’intérêt national, je suis allé de l’avant et j’ai demandé au centre des visiteurs l’autorisation de me rendre à l’étang pour y recueillir des diatomées.

Une diatomée vue au microscope.

Cette diatomée a été collectée à Rideau Hall. Il s’agit de Caloneis silicula (taille : 47 µm × 7 µm). Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Les diatomées sont des algues unicellulaires microscopiques qui ont une coquille de silice. Il en existe de nombreuses espèces qui arborent des tailles et des formes diverses. On les trouve dans les boues des lits de tous les plans d’eau. Situées au bas du réseau alimentaire, les diatomées convertissent la radiation solaire et le CO2 en oxygène. Elles constituent la principale source d’alimentation de petites créatures, qui transmettent l’énergie aux échelons supérieurs du réseau.

Les scientifiques et les botanistes utilisent les diatomées pour étudier l’ADN, les changements climatiques, l’évolution, la qualité de l’eau et la salubrité de l’environnement.

Peu de temps après avoir déposé ma demande, on me proposa une visite de l’étang pour collecter mes échantillons de diatomées. En juillet, un aimable employé m’a escorté vers un étang en forme de fer à cheval situé dans un boisé appelé l’Érablière à sucre. Cela se trouve juste à l’ouest de l’endroit où l’on installe la patinoire extérieure chaque hiver. L’étang semble isolé, il est donc vraisemblablement alimenté par les eaux de pluie ou par la nappe phréatique.

Un étang.

L’étang de Rideau Hall, situé dans un boisé dans la section privée de la propriété.
Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Résultats de l’échantillonnage

De retour au laboratoire, j’ai traité les échantillons de boue et préparé des lamelles pour microscope. J’ai photographié les diatomées avec un appareil monté sur microscope optique avec grossissement allant jusqu’à 1600. Dans l’ensemble, nos résultats ont été très satisfaisants; certaines diatomées correspondaient même à des espèces que j’avais recueillies en Irlande et à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Ensemble de diatomées vues au microscope.

Certaines diatomées trouvées dans l’étang de Rideau Hall (1 µm = 1 micron = 1 millionième d’un mètre):
1. Diploneis ovalis (17 µm × 7 µm)
2. Gomphonema acuminatum (51 µm × 10 µm)
3. Gomphonema insigne (44 µm × 10 µm)
4. Pinnularia viridis (73 µm × 15 µm)
5. Rhopalodia gibba (65 µm × 7 µm)
6. Placoneis abiskoensis (44 µm × 10 µm)
7. Reimeria sinuata (36 µm × 7 µm)
8. Frustulia rhomboides (59 µm × 15 µm).
Images : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Comme le gouverneur général est le représentant de la reine Elizabeth II au Canada, les diatomées de Rideau Hall apporteront une « touche royale » à notre projet de diatomées d’Ottawa, qui englobe d’autres sites, notamment le canal Rideau, les rivières des Outaouais et Rideau, les lacs Mud et MacKay et la Mer bleue.

Notre projet bénéficiera aux étudiants et aux scientifiques du monde entier qui s’intéressent aux diatomées de la région d’Ottawa et de l’Amérique du Nord. Le Musée collabore souvent avec des étudiants de botanique de l’université Carleton, de l’Université d’Ottawa, ainsi que d’autres établissements qui étudient les diatomées.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article a été publié dans Plantes et algues, Recherche, Sur le terrain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des diatomées canadiennes « royales » de l’étang de Rideau Hall, à Ottawa

  1. Ping : Sur les pas du pèlerin : la collecte de diatomées en Terre sainte | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s