Où pousse donc la phippsie des neiges? Partie 1

Une graminée est une graminée, n’est-ce pas?

En fait, les graminées font partie d’une famille comprenant plus de 12 000 espèces! En tant que botaniste en herbe, je risque d’en perdre mon latin!

Un diagramme.

Anatomie des inflorescences d’une graminée (l’inflorescence est la partie de la plante qui fleurit). L’élément de base de l’inflorescence est l’épillet (en rouge ici), qui contient un ou plusieurs fleurons (en bleu). Les principales parties sont les suivantes :
a) glume supérieure
b) glume inférieure
c) lemme
d) paléole
e) barbe
f) anthère
g) filet
h) stigmate
i) ovaire (qui mûrit dans le fruit appelé grain ou caryopse).
Image : Samantha Godfrey © Musée canadien de la nature

La famille des graminées, ou des poacées, se caractérise par des fleurs réduites et des feuilles simples linéaires. Ajoutez à cela une très forte tendance à l’hybridation, et vous obtenez de longues nuits à vous arracher les yeux au microscope pour distinguer une espèce d’une autre (j’exagère un peu, mais n’empêche…).

Quand on choisit de faire une maîtrise en botanique avec la spécialiste des graminées du Musée canadien de la nature Lynn Gillespie, Ph. D., on peut s’attendre à chausser ses bottes pour découvrir ces plantes sur le terrain.

Et me voici donc, en train d’étudier un petit genre composé de deux espèces : phippsie arctique (Phippsia algida) et phippsie des neiges (Phippsia concinna). Elles sont très étroitement apparentées. Il s’agit dans les deux cas de petites graminées pérennes touffues que l’on rencontre dans les endroits où la neige fond tard et dans les milieux sableux et humides. Elles se reproduisent principalement par autopollinisation; il existe donc peu de variation génétique pour distinguer les deux espèces.

Montage : Deux feuilles de papier sur lesquelles sont fixées des plantes séchées.

Planches d’herbier de la phippsie arctique (à gauche; Phippsia algida) et de la phippsie des neiges (à droite; Phippsia concinna) provenant de Svalbard, en Norvège. Pour distinguer les deux espèces, on regarde normalement la forme de l’inflorescence (partie fleurie) de la plante : étroite et dense chez la phippsie arctique et diffuse et ramifiée chez la phippsie des neiges. Image : Samantha Godfrey © Musée canadien de la nature

La phippsie arctique croît dans l’Arctique circumpolaire, mais compte des populations isolées dans les Rocheuses du Colorado, du Montana et du Wyoming, aux États-Unis.

La phippsie des neiges est bien documentée en Eurasie, mais sa présence au Groenland et en Amérique du Nord fait l’objet de débats depuis les années 1950. Où pousse donc la phippsie des neiges?

Pour répondre à cette question brûlante, je me suis jointe à une équipe de quatre botanistes pour entreprendre un voyage de 30 jours qui a comporté huit vols d’avion et de la recherche sur le terrain dans trois localités du Nunavut : Arviat, Naujaat et Iqaluit.

La chasse à mes deux graminées a commencé à Arviat, la collectivité la plus méridionale du Nunavut continental. Aucune de ces espèces n’avait auparavant été signalée dans cette localité, mais une collection de phippsies arctiques à environ 60 km plus au nord me donnait bon espoir.

Nous avons découvert la précieuse plante quelques jours seulement après notre arrivée. J’avoue que je n’avais aucune idée de ce que je tenais dans les mains malgré les semaines passées à examiner ces fameuses plantes au microscope.

Montage : Une main tenant un spécimen de plante; la même plante au sol.

Phippsie arctique d’Arviat. À gauche : Notre tout premier spécimen. Au milieu : 2e population, commune localement et dominante dans le sable humide. À droite : gros plan d’une inflorescence. Image : Samantha Godfrey © Musée canadien de la nature

La phippsie arctique d’Arviat était petite — environ de la taille d’une pièce de 2 $ ou à peine plus grande — ce qui surprend compte tenu de la latitude méridionale. Nous en avons collecté des spécimens de trois populations, toutes dans des habitats côtiers et sablonneux.

Une femme assise au sol.

En train de photographier la minuscule phippsie arctique sur le rivage sablonneux de la baie d’Hudson à Arviat. Image : Lynn Gillespie © Musée canadien de la nature

Lynn Gillespie et moi-même sommes ensuite parties pour le nord dans deux régions où on avait apparemment déjà récolté les deux espèces de phippsie.

Avons-nous fini par découvrir cette mystérieuse phippsie des neiges dans l’Arctique canadien? Vous le saurez en lisant la prochaine la deuxième partie de ce blogue.

Un panneau souhaitant la bienvenue à Naujaat en inuktitut, en français et en anglais, avec un hélicoptère et un édifice en arrière-plan.

L’aventure se poursuit à Naujaat. Image : Samantha Godfrey © Musée canadien de la nature

Cet article, publié dans Arctique, Plantes et algues, Recherche, Sur le terrain, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Où pousse donc la phippsie des neiges? Partie 1

  1. Ping : Où pousse donc la phippsie des neiges? Partie 2 | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s