« Les squelettes sortent des placards » à l’édifice de la recherche et des collections du Musée

Chaque année, le Musée canadien de la nature ouvre au grand public son édifice de la recherche et des collections situé à Gatineau, au Québec (secteur d’Aylmer). Ces installations sont beaucoup plus grandes que le bâtiment familier du Musée au centre d’Ottawa. On y trouve plusieurs laboratoires de recherche ainsi que les collections du Musée.

Visiteurs regardant le squelette sur pied d’un mastodonte.

Dans l’entrée de l’édifice de la recherche et des collections, les visiteurs sont accueillis par un squelette de mastodonte. Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Aux « portes ouvertes » du Musée, les conservateurs, le personnel scientifique et les bénévoles sont à pied d’œuvre pour répondre aux questions et transmettre leurs connaissances. Cet événement, qui comporte plusieurs activités pour les familles avec enfants, connaît un vif succès et attire normalement quelque 3700 visiteurs.

On peut y admirer des présentations sur divers sujets : dinosaures, mammifères, insectes, minéraux, créatures aquatiques, botanique, ADN, Arctique. On y découvre aussi des objets très anciens et merveilleux rarement exposés.

Nous vous présentons en images quelques-uns des points saillants des dernières portes ouvertes du Musée, qui ont eu lieu en octobre 2016.

Collage : Gros squelettes de vertébrés; squelette et modèle d’un poisson à pattes; boeuf musqué naturalisé; crânes et os de dinosaures.

Les squelettes sortent des placards :
En haut à gauche : Spécimens de la collection des vertébrés, dont des squelettes d’orignal, de bison et de phoque.
En haut à droite : Modèle de Tiktaalik roseae, un poisson à pattes fossile de 375 millions d’années mis au jour dans l’Arctique en 2004. C’est le premier poisson à s’être aventuré sur la terre ferme. Le conservateur de paléobiologie Kieran Shepard a répondu aux questions des visiteurs.
En bas à gauche : Deux boeufs musqués naturalisés, Ovibos moschatus. Originaire d’Eurasie, ce mammifère a probablement atteint l’Amérique du Nord par le détroit de Béring. Il est merveilleusement bien adapté aux conditions arctiques avec, notamment, sa silhouette compacte et son épaisse fourrure.
En bas, à droite : Crânes de dinosaures à cornes et autres os de dinosaures.
Images : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Des spécimens aquatiques dans des bocaux, disposés sur des tables dans un laboratoire.

Une exposition de spécimens aquatiques préservés dans des bocaux d’éthanol. Le laboratoire de poisson du Musée prête ses spécimens aux établissements de recherche du monde entier. Comme l’a expliqué Noel Alfonso, chercheur adjoint principal en zoologie, on retire le spécimen de son bocal, on l’enveloppe dans une étamine, on met le tout dans un sac et on l’envoie par avion à sa destination. Cela devient un « poisson volant »! Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Des rangées d’insectes dans une vitrine.

Aimez-vous les coléoptères? Le Musée possède des centaines de tiroirs remplis de milliers de coléoptères et d’autres insectes collectés dans le monde entier. Bob Anderson, Ph. D., chercheur en zoologie, a répondu aux questions des visiteurs. Des photos de scarabées en gros plans sont exposées à l’édifice principal du Musée à Ottawa. Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Collage : un homme discute avec des visiteurs devant des étagères contenant des gaines de plâtre; une carapace de tortue fossile (en avant-plan) et un adolescent (à l’arrière-plan); une femme assise derrière une table d’information; un homme assis près d’une table où repose un crâne de dinosaure fossile.

Spécialistes des fossiles répondant aux questions.
En haut à gauche : Le paléontologue Xiao-chun Wu, Ph. D., présente des crânes de dinosaures primitifs à de jeunes visiteurs. Sur les étagères derrière lui se trouvent des centaines de fossiles protégés par une gaine de plâtre. Ces spécimens provenant de fouilles n’ont pas encore été développés.
En haut à droite : Le bénévole William McDonald, dont le père Alan est technicien des collections au Musée, décrit la marche à suivre pour préparer les fossiles. À l’avant plan se trouve la carapace assemblée d’une tortue ancienne.
En bas à gauche : La technicienne des collections Margaret Currie expose l’origine des glaciations et compare le mammouth laineux au mastodonte et aux éléphants modernes.
En bas à droite : Le chercheur en paléobiologie Jordan Mallon, Ph. D., décrit un crâne et une griffe de dinosaure (et un crâne de T-Rex, qui n’est pas sur la photo).
Images : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Collage : Un visiteur touchant un fossile; un homme à côté d’un modèle d’escargot géant.

À gauche : Le visiteur Ed Gregory touche un os fossile de dinosaure ornithopode herbivore vieux de 70 millions d’années sous l’oeil attentif de deux bénévoles. Image : Joe Holmes © Musée canadien de la nature
À droite : Joe Holmes, bénévole au laboratoire des diatomées du Musée, se tient à côté d’un modèle d’escargot géant dans le corridor de l’aire des collections et de la préservation. Dans cette zone, il est interdit d’apporter des boissons ou de la nourriture afin de prévenir l’introduction d’insectes, lesquels pourraient s’attaquer aux collections. Image : Ed Gregory © Musée canadien de la nature

Collage : outils préhistoriques, météorites et une roche lunaire.

Outils, météorites et une roche lunaire.
À gauche : Scott Rufolo, Ph. D., assistant de recherche en paléobiologie, parle des sites archéologiques dans l’Arctique et notamment de celui de l’expédition de Franklin. Sur la table sont exposés des outils préhistoriques mis au jour dans l’Arctique.
Au milieu : Le bénévole Christian Rochford montre des météorites et une roche lunaire à des visiteurs curieux.
À droite : Une plaque avec une roche lunaire recueillie lors de la mission Apollo 17 dans la vallée Taurus-Littrow, ainsi qu’un drapeau canadien comme celui qui avait été transporté lors de cette même mission. Les inscriptions contiennent un souhait de paix dans le monde de la part du peuple américain et une dédicace de la plaque à la population canadienne signée par le président américain Richard Nixon en 1973.
Images : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Images: À l’intérieur du laboratoire de l’ADN.

À l’intérieur du laboratoire de l’ADN : « Un renard en vitrine ». L’affiche au-dessus montre une partie du code génétique qui distingue le renard roux des autres mammifères. À gauche, Roger Bull, assistant de recherche principal en botanique et coordonnateur du laboratoire de la biodiversité moléculaire, qui dirige le laboratoire de l’ADN. Le Musée effectue des analyses génétiques sur les plantes, les animaux, les algues et les diatomées. Images : Joe Holmes © Musée canadien de la nature

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Éducation, Collections, Fossiles, Mammifères, Nos visiteurs, Recherche, Visiteurs du Musée, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s