Une nouvelle murale révèle mille et une anecdotes sur la collecte de spécimens

Une nouvelle murale ornant le hall d’entrée du campus de la recherche du Musée canadien de la nature dépeint un écheveau extrêmement dense et coloré de noms enchevêtrés.

Tous ces noms forment le vaste réseau social de collecteurs qui sont partis à la recherche de trésors naturels, à pied, à la rame, dans les tourbières, jusqu’au Grand Nord ou dans des lieux très reculés du Canada.

collector-network-2017-03-17

La murale dans le hall du campus de la recherche du Musée – rue Pink à Gatineau, au Québec –  révèle les liens entre quelques-unes des milliers de personnes qui ont contribué à la collecte de spécimens du Musée. Image : David P. Shorthouse © Musée canadien de la nature

De loin, la murale ressemble à de l’art abstrait. Mais lorsqu’on l’observe de plus près, chaque bulle est le nom d’un collecteur et chaque ligne entre les noms représente le type de spécimen qui relie les deux personnes.

En 2010 par exemple, la botaniste du Musée Laurie Consaul a travaillé avec des habitants de Sanikiluaq, au Nunavut, pour étudier la diversité locale des plantes, ce qui crée la grappe de noms apparaissant ci-dessous.

Consaul-Belcher-Islands-network_sml

Le réseau de collecte formé par la botaniste du Musée Laurie Consaul et les habitants de Sanikiluaq, au Nunavut. Image : David P. Shorthouse © Musée canadien de la nature

Les gens du Musée utilisent le terme « patrimoine naturel » pour désigner les objets hérités des générations passées, conservés aujourd’hui et tendus aux générations à venir. Le campus de recherche du Musée abrite 14,6 millions de spécimens d’histoire naturelle, allant des dinosaures fossiles aux algues microscopiques, tous minutieusement conservés pour les générations futures de Canadiens.

À chaque spécimen correspond une étiquette où sont consignés l’identité du spécimen, le lieu et la date de collecte, le nom du collecteur et toute information utile à l’étude de la biodiversité.

CAN-599404_sml

Un spécimen de potentille des neiges (Potentilla nivea) collecté par Laurie Consaul et les habitants de Sanikiluaq, au Nunavut.  Numéro de catalogue : CAN 599404. © Musée canadien de la nature

Mais cette étiquette ne témoigne pas de l’immense effort requis pour constituer et entretenir cette impressionnante collection ni des vifs sentiments qui y sont rattachés.

Le terme de patrimoine naturel implique une notion de fierté, une responsabilité et engage notre propre identité au regard des merveilles naturelles du Canada. Votre patrimoine personnel peut comprendre les heureux souvenirs d’une promenade, d’une sortie de camping ou de votre participation au bioblitz alors qu’un spécialiste vous a aidé à identifier un papillon au vol ou une mousse délicate.

Les milliers de collecteurs qui ont apporté des spécimens au Musée ressentent ce même sentiment d’appartenance et d’interdépendance.

mural_2

L’étudiante au Programme de formation scientifique du Musée, Teresa Neamtz, et le lichénologue et chercheur émérite Irwin Brodo se rappellent une anecdote en examinant le réseau des collecteurs. Image : Susan Goods © Musée canadien de la nature

Vous apprécierez encore plus la murale si vous avez la chance de la regarder avec un membre du personnel du Musée pendant notre journée Portes ouvertes qui se tient une fois l’an au campus de la recherche.

En lisant les noms des autres collecteurs, des anecdotes de leurs propres expéditions remonteront immanquablement à la surface. Ils raconteront des épisodes amusants de leur voyage, des faits intéressants sur les spécimens ou autres découvertes d’histoire naturelle.

Du même coup, vous vous sentirez vous aussi partie prenante de ces histoires qui forment notre patrimoine naturel.

Renaud-fieldwork_sml

Depuis le début des années 1970, l’herpétologue et chercheur adjoint du Musée Frederick W. Schueler (à droite) a apporté au Musée un nombre impressionnant de spécimens aussi divers que des amphibiens, des reptiles, des poissons, des invertébrés et des plantes du Canada.
Ici, Frederick Schueler et ses collègues récoltaient des larves de lamproie par électropêche dans la rivière des Outaouais, le 26 mai 1987. Image : © Musée canadien de la nature

Cet article, publié dans Collections, Recherche, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s