L’art et la science : un mariage naturel

En tant que biologiste et qu’artiste, j’attends avec fébrilité l’exposition L’art de la flore au Musée canadien de la nature (du 10 mai au 14 octobre 2018), qui rappelle à quel point les mondes de l’art et de l’histoire naturelle se chevauchent.

L’art s’est toujours inspiré de la nature et de sa diversité de formes. Dans la collection Art de la nature du Musée vous verrez à quel point la nature a suscité l’exécution de grandes œuvres d’art lesquelles, à leur tour, ont guidé et émerveillé les scientifiques.

Mais les liens unissant l’art et la nature vont au delà d’une inspiration mutuelle. L’un comme l’autre animent souvent une seule et même personne et les deux se nourrissent d’une passion pour la nature.

Des peintures et des photographies suspendues à un panneau dans une collection d’art.

La collection Art de la nature du Musée contient une diversité d’œuvres d’art ayant comme sujet la nature, notamment des peintures d’Allan Brooks et des estampes de John James Audubon. Image : Cassandra Robillard © Musée canadien de la nature.

L’été dernier, j’ai participé au Camp d’art et au bioblitz de la rivière Dumoine organisés par la Société pour la nature et les parcs du Canada. Cet évènement combinait une retraite artistique et un recensement biologique du bassin versant de la rivière Dumoine. (Consultez ce lien pour vous inscrire au camp artistique de cette année, d’ici au 1er mai).

À ce camp de la rivière Dumoine, je participais, comme plusieurs autres, à la fois au recensement d’histoire naturelle et aux activités artistiques.

Le biologiste Fred Schueler a récité des poésies sur l’écologie des arbres du Canada, la conservatrice de botanique du Musée Jennifer Doubt a pris des macrophotos saisissantes de mousses, tandis que le météorologue Phil Chadwick a délaissé un moment sa peinture pour exposer les phénomènes scientifiques responsables de la formation des nuages.

Une scène dans la forêt : une femme peint pendant qu’une autre, à sa droite, examine les photos sur son appareil.

L’artiste Angela St Jean peint pendant que l’auteure du blogue Cassandra Robillard, adjointe technique en botanique au Musée, regarde ses photos de mousses et de lichens après une journée de relevé biologique dans le cadre du bioblitz 2017 du bassin de la rivière Dumoine de la Société pour la nature et les parcs du Canada. Image : Jennifer Doubt © Musée canadien de la nature.

De fait, certaines des plus belles œuvres d’art portant sur la biologie sont signées par des scientifiques artistes, par exemple : les estampes de John James Audubon dans The Birds of America (1827-1838), les lithographies du zoologue Ernst Haeckel dans Kunstformen der Natur (site en anglais) (1904) et, au Canada, les peintures et les esquisses des botanistes Faith Fyles et Sylvia Edlund (site en anglais).

Edlund_and_drawings

La botaniste Sylvia Edlund a fait des dessins en couleur de plantes arctiques pour sa publication Fleurs sauvages arctiques communes des Territoires du Nord-Ouest. De gauche à droite dans le sens horaire : séneçon des marais (Tehproseris palustris subsp. congesta), astragale alpin (Astragalus alpinus), chicouté (Rubus chamaemorus). Image : © La commission géologique du Canada (photographie) / Sylvia Edlund, © La commission géologique du Canada (dessins).

Au delà de ces aspects pratiques, ce qui lie aussi l’histoire naturelle et l’art est le fait que, dans les deux cas, ces occupations sont vécues comme un mode vie plutôt que comme un emploi dans le sens général du terme.

Une des discussions fréquentes entre les participants du camp de la rivière Dumoine était précisément à quel point il était difficile de gagner sa vie en poursuivant sa passion, mais que, malgré les difficultés, ils ne l’abandonneraient pour rien au monde.

Et c’est une bonne chose, parce que plus les artistes et les naturalistes se découvriront de points communs, plus ils inspireront les autres des merveilles de la nature !

Une illustration botanique de cônes de pin rouge.

Admirez d’autres oeuvres d’art botaniques comme cette illustration de pin rouge (Pinus resinosa) à l’exposition L’art de la flore, à l’affiche du 10 mai au 14 octobre à la Galerie aux murs de pierre du Musée. Image : Kathryn Chorney © 2017 Kathryn Chorney.

 

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Art, botanique, Expositions, Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s