Découvrir la biodiversité près de chez soi : Une nouvelle espèce de lichen découverte à Guelph, au Canada

On pourrait penser que, pour découvrir de nouvelles espèces, il faut aller très loin dans les régions les moins explorées de la planète. En réalité, on peut encore en découvrir tout près de chez soi.

Au cours d’un récent relevé de lichens à l’arborétum de l’Université de Guelph, mes collègues et moi avons découvert une nouvelle espèce de lichen : Chaenotheca selvae (McMullin et al., 2018) (site en anglais).

Il s’agit d’une petite espèce, de moins de 1,2 mm de hauteur, qui pousse dans les deux forêts marécageuses anciennes de l’arborétum, lequel est relié au campus principal, non loin du centre de la ville de Guelph dans le sud de l’Ontario.

Un gros plan d’un lichen du genre Chaenotheca.

Chaenotheca selvae, une nouvelle espèce de lichen découverte à Guelph, au Canada. Image : Troy McMullin © Musée canadien de la nature.

Nous avons nommé cette espèce en hommage au professeur émérite de l’Université du Maine, Steven Selva, Ph. D., qui a consacré plus de trois décennies à l’étude d’un groupe de champignons et de lichens appelés calicioïdes, auquel appartient C. selvae.

Les lichens et champignons calicioïdes sont petits (de 0,1 mm à 2 mm de hauteur) et présentent des structures qui se dressent, tels des poils de barbe, sur les troncs et les branches des arbres sur lesquels ils vivent. Ils sont si minuscules qu’on peine à les voir et c’est probablement ce qui explique la découverte tardive de cette nouvelle espèce.

Nous avons recensé 111 espèces de lichens et de champignons associés dans l’arborétum, dont Caloplaca soralifera, qui est une nouvelle espèce au Canada, et plus d’une dizaine d’espèces rares comme Bacidina egenula, pour laquelle il s’agit du troisième signalement en Ontario (McMullin et al., 2014) (site en anglais)

Un gros plan d’une espèce de lichen crustacé.

Bacidina egenula, connues seulement dans trois sites en Ontario. Image : Troy McMullin © Musée canadien de la nature.

Notre recherche met en lumière l’importance de protéger les forêts anciennes, surtout dans les zones où il y en a peu, comme dans le sud de l’Ontario, car elles constituent des sources d’espèces rares ou inconnues.

La découverte de ce minuscule C. selvae nous rappelle aussi avec force que, si l’on cherche avec soin, on peut encore découvrir de nouvelles espèces tout près de chez soi.

Sources bibliographiques

McMullin, R. T., Maloles J., Earley C. et S. G. Newmaster. 2014. « The Arboretum at the University of Guelph, Ontario: An urban refuge for lichen biodiversity », dans North American Fungi, 9 : 1-16.

McMullin, R. T., Maloles J., Selva S. et S. G. Newmaster. 2018. « A synopsis of the genus Chaenotheca in North America, including a new species from southern Ontario, C. selvae », dans Botany, 96 : 547–553.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans botanique, Découverte et étude des espèces, Sur le terrain, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s