Les chercheurs du Musée canadien de la nature travaillent à une gamme d’échelles différentes; allant des chaines de montages et baleines, aux minuscules diatomées et les structures atomiques. À la plus petite de ces échelles, nous avons besoin de microscopes pour nous aider à mieux décrire nos échantillons, mais même les domaines d’étude à plus grande échelle peuvent bénéficier d’un examen attentif sous le microscope.

L’un des outils les plus polyvalents à notre disposition est le microscope électronique à balayage (MEB). En utilisant un faisceau d’électrons très fin qui interagit avec la surface de l’échantillon, il nous est possible d’étudier des choses dont l’ordre de grandeur est inférieur à ce que nous pouvons généralement voir avec un microscope optique. Ce procédé fournit des informations très détaillées sur la topographie et la composition de l’échantillon

Le MEB est donc un puissant instrument qui sert à étudier toutes sortes d’objets issus des règnes végétal, animal et minéral. Les images présentées ici donnent une idée de la variété des échantillons examinés par les chercheurs du Musée à l’aide du MEB. La barre d’échelle dans chaque image donne une idée de la taille réelle des objets.

Diatom
Les diatomées sont de petites algues qui vivent dans l’eau salée et l’eau douce. Elles sont protégées par une coquille à base de dioxyde de silicium qui laisse passer la lumière. Cette diatomée (Neidium rugosum) est une nouvelle espèce qui a été décrite pour la première fois par un phycologue du Musée Paul Hamilton. Elle a été recueillie dans le parc national Wapusk, au Manitoba. Image: Paul Hamilton © Musée canadien de la nature
Image en niveaux de gris d’une mégaspore ronde de 500 microns de diamètre.
Les botanistes Paul Sokoloff et Dan Brunton ont produit cette superbe image d’une mégaspore d’isoète nouvellement décrite (Isoetes laurentiana). Bien que certaines parties semblent floues, un zoom sur l’image montre la délicate structure de la spore. Image: Paul Sokoloff / Dan Brunton © Musée canadien de la nature
Image en niveaux de gris de plusieurs structures tubulaires gris pâle d’un diamètre allant jusqu’à 1 micron et d’une longueur allant jusqu’à 10 microns sur une surface de ciment gris.
Tubes de carbonate de calcium sur une surface de ciment exposés à des fins expérimentales à une culture de bactéries Geobacillus thermodenitrificans. Ces bactéries sont capables de vivre dans des solutions très riches en calcium et de développer une enveloppe de carbonate de calcium pour se protéger. Ce sont ces enveloppes qui donnent les structures tubulaires. Image: Justin Whittaker © Université d’Ottawa, Sciences de la Terre
Nisnite
Cristaux tabulaires de nisnite (Ni3Sn), un nouveau minéral venant d’Asbestos, au Québec, décrit par les minéralogistes du Musée Ralph Rowe, Joel Grice et Glenn Poirier en 2011. La largeur horizontale de l’image est de 150 microns. Image: Glenn Poirier © Musée canadien de la nature

Le MEB est excellent pour représenter de petits sujets, mais étonnamment, il est aussi très bon pour représenter des objets d’assez grande dimension.

 Image en niveaux de gris d’un scarabée.
Scarabée Besourenga horacioi recueilli par un entomologiste du Musée François Génier. Il mesure presque 2,5 mm de long et 1,5 mm d’épaisseur. L’image est nette du haut de la carapace au bas des pieds; une telle profondeur de champ serait difficile à obtenir avec un microscope optique. Image: François Génier © Musée canadien de la nature

Le MEB peut également révéler des facettes inédites d’objets familiers.

Image en niveaux de gris de deux cristaux de vin gris pâle de 200 et 400 microns sur du liège gris foncé.
Tartrate de potassium (cristaux de vin) à la surface d’un bouchon de liège. La partie foncée est le liège obtenu à partir de l’écorce d’un chêne-liège. Les éléments brillants sont des cristaux de vin, qu’on appelle aussi crème de tartre en cuisine. Image: Lucas Grier-Beauregard © Musée canadien de la nature

Espérons que ces images vous permettront de constater à quel point le MEB est un outil précieux pour les chercheurs du Musée canadien de la nature. Voyez comment le monde est intéressant et beau quand on l’examine avec des électrons.