Saviez-vous que le scarabée sculpté était une amulette des plus populaires de l’Égypte ancienne, parce qu’il était un symbole de Râ, le dieu du Soleil? Aujourd’hui, la plupart des gens connaissent les hannetons qui sont attirés par l’éclairage extérieur de nos maisons, mais avec un peu de chance, vous pourriez voir des coprophages rouler et enterrer des boules de fumier. Beaucoup de gens ont également pu observer d’énormes lucanes aux grandes mandibules ou des hannetons aux couleurs vives et luisantes qui se nourrissent de fleurs.  

Bijou représentant un coléoptère surmonté d’un disque rouge.
Dans l’Égypte ancienne, le symbole du scarabée sacré était d’usage courant, et les gens associaient les coprophages qui roulent des boules de fumier à Râ, le dieu du Soleil, qui faisait rouler le soleil dans le ciel du matin au soir. Ici, Râ, représenté par un scarabée, pousse un disque solaire rouge. Image: Wikimédia Commons

Les scarabées englobent un éventail diversifié de familles, dont l’alimentation variée va des plantes et du bois en décomposition au fumier, aux carcasses séchées, aux champignons et aux détritus du sol. Environ 32 000 espèces ont déjà été décrites de par le monde, et les spécialistes estiment le nombre total d’espèces à près de 50 000 en comptant toutes les espèces non décrites. Ce nombre dépasse de loin le nombre total d’espèces de mammifères, d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens. La diversité des scarabées atteint un sommet dans les régions tropicales (l’Amérique centrale en compte des milliers d’espèces à elle seule), mais on en trouve dans la plupart des habitats terrestres du monde. Au Canada, on en a identifié 290 espèces, dont quelques-unes se trouvent jusque dans les régions subarctiques, au-delà de la limite des arbres. 

Un coléoptère aux mandibules deux fois plus longues que le reste du corps.
Spécimen mâle de chiasognathe de Grant (Chiasognathus grantii), arborant d’énormes mandibules. Cette espèce vit dans le sud du Chili et les régions voisines de l’Argentine. Image: Andrew Smith © Musée canadien de la nature

Les scarabées jouent plusieurs rôles essentiels dans l’écologie. Certains recyclent les nutriments contenus dans les bouses du bétail. Beaucoup de scarabées se nourrissent aussi de nectar et pollinisent ainsi un large éventail d’espèces végétales, tandis que d’autres contribuent à l’inhumation et à la germination des graines en creusant des tunnels dans le sol, en plus de rendre des services écosystémiques tels que de faciliter la décomposition du bois et des animaux morts. Comme les scarabées se trouvent partout et sont parfois très nombreux, ils constituent une source alimentaire majeure pour de nombreux prédateurs allant des insectes aux oiseaux, aux mammifères et aux reptiles.  

Une faible proportion des espèces de scarabées sont considérées comme des ravageurs à cause des dommages qu’elles infligent aux récoltes et aux écosystèmes indigènes. Par exemple, le scarabée japonais peut squelettiser bon nombre de plantes potagères, tandis que les larves du hanneton européen s’attaquent aux pelouses. On a vu d’autres espèces envahissantes de scarabées supplanter des espèces indigènes, notamment dans le cas de coprophages envahissants d’origine africaine. 

Un scarabée orange et vert sur une plante.
Le scarabée japonais est un ravageur notoire dans plusieurs régions d’Amérique du Nord, où il peut avoir un effet très destructeur sur les plantes de jardin et les plantes indigènes. Cette espèce envahissante est bien établie au Canada, du sud de l’Ontario jusqu’aux provinces de l’Atlantique, et a commencé à se multiplier à Vancouver. Image: Wikimédia Commons
Des scarabées de couleur vert métallisé alignés dans un tiroir peu profond.
Un tiroir de scarabées des feuilles (du genre Chrysina), aux reflets métallisés, dans la collection d’insectes du Musée. Ce genre est répandu du sud-ouest des États-Unis à l’Équateur. Image: Andrew Smith © Musée canadien de la nature

Notre musée possède une collection de scarabées de calibre mondial, qui se classe parmi les cinq premières par le nombre de spécimens et d’espèces représentées. Notre collection comprend des fonds parmi les plus vastes au monde pour plusieurs pays d’Amérique centrale et du Sud et des Antilles, notamment l’Argentine, le Chili, Cuba, le Panama et le Costa Rica. Chaque année, les scientifiques décrivent quelque 200 nouvelles espèces de scarabées. Nous avons estimé que la collection d’insectes du Musée canadien de la nature héberge au moins 1 000 espèces de scarabées qui n’ont pas encore été décrites.