Champsosaurus : Des orifices auditifs sous le crâne !

À l’hôpital pour animaux Alta Vista d’Ottawa, quand un vétérinaire soumet un animal à un tomodensitomètre, il s’agit plutôt d’un chat ou d’un chien et c’est normalement pour détecter un os cassé ou une tumeur.

Pour ma part, j’y ai emmené un crâne de Champsosaurus et ai demandé un tomodensitogramme pour trouver ses oreilles!

Je vous explique. Champsosaurus est le nom de genre d’un reptile aquatique qui vivait il y a de 90 à 55 millions d’années. Long de deux mètres, il ressemblait à un de nos crocodiles modernes, même si son lien de parenté avec eux est plutôt distant. Il n’existe aujourd’hui aucun descendant de Champsosaurus.

Un squelette mis sur pied de Champsosaurus natator.

Champsosaurus natator, une espèce qui vivait dans l’ouest de l’Amérique du Nord il y a environ 70 à 66 millions d’années. Ce gros spécimen est exposé à la Galerie des fossiles du Musée. Numéro de catalogue : CMNFV 8919. Image : Thomas Dudgeon, © Musée canadien de la nature.

Donc, ce que nous connaissons de Champsosaurus nous vient des restes fossiles, ce qui me conduit à vous parler du problème d’oreille.

Champsosaurus a un crâne relativement fragile, avec un museau long et fin et de grandes arcades osseuses à l’arrière du crâne pour ancrer les muscles des mâchoires. Son crâne est si délicat qu’il se préserve rarement bien et que, par conséquent, on en connaît mal les structures fines internes, comme la cavité cérébrale et l’oreille interne.

Un crâne de Champsosaurus

Vue de dessus d’un crâne de Champsosaurus bien préservé de la collection du Musée canadien de la nature. Fait intéressant : Les scientifiques qualifient de cordiformes les objets en forme de cœur. Penchez la tête vers la droite et vous verrez que le crâne de ce reptile forme un cœur. Numéro de catalogue : CMNFV 8920. Image : Thomas Dudgeon, © Musée canadien de la nature.

Dans les années 1950, le paléontologue du Musée L. S. Russell a interprété les trous à la surface inférieure du crâne du Champsosaurus comme étant les orifices auditifs. Il s’agit d’un drôle d’endroit pour des oreilles, aussi son interprétation n’a-t-elle pas convaincu tous les paléontologues. Bien que certaines espèces, notamment quelques salamandres, aient des oreilles s’ouvrant au bas du crâne, la plupart des animaux ont les oreilles sur les côtés de la tête, comme d’ailleurs les humains.

Dans le cadre de ma thèse de maîtrise au département des sciences de la Terre de l’Université Carleton, j’ai donc décidé d’élucider le mystère des oreilles du Champsosaurus.

Heureusement, la collection paléozoologique du Musée canadien de la nature contient deux spécimens bien préservés de Champsosaurus.

Un crâne de Champsosaurus sur la table d’examen d’un tomodensitomètre

Un crâne de Champsosaurus prêt pour la tomodensitométrie à l’hôpital pour animaux Alta Vista d’Ottawa. Numéro de catalogue : CMNFV 8919. Image : Thomas Dudgeon, © Musée canadien de la nature.

J’ai transporté avec beaucoup de précautions un des crânes à l’hôpital pour animaux Alta Vista pour un examen et ai envoyé le second dans un laboratoire de tomodensitométrie de l’Université du Texas. Le tomodensitomètre est un appareil médical qui fait appel aux rayons X pour créer des centaines d’images en coupes fines et fournir ainsi une vue détaillée des structures internes.

En examinant les tomodensitogrammes des crânes de Champsosaurus, j’ai découvert à ma grande surprise que les ouvertures en bas du crâne conduisaient effectivement à l’oreille interne.

Dessin schématique d'un crâne de Champsosaurus

Dessin d’un crâne de Champsosaurus vu du bas; les oreilles sont en bleu. Numéro de catalogue : CMNFV 8920. Image : Thomas Dudgeon, © Musée canadien de la nature.

Cela soulève la question suivante : Pourquoi les orifices auditifs de Champsosaurus se trouvent-ils sous le crâne ? Ce peut être dû au fait que les grandes arcades à l’arrière du crâne sont si proéminentes que les oreilles ont migré des côtés vers le bas.

Pour examiner les autres explications possibles et la façon dont cette particularité a pu influencer l’ouïe, je m’attache maintenant à comparer l’anatomie de l’oreille de Champsosaurus avec celle des reptiles et des amphibiens modernes.

J’espère que cela m’éclairera sur ce que pouvait entendre cette étrange créature du Crétacé avec ses oreilles situées sous le crâne.

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Découverte et étude des espèces, Fossiles, Recherche, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s