Concurrent no 3 de Dino Académie : Le Cornu ou le secret de la corne perdue

Voici le troisième d’une série de cinq blogues signés Jordan Mallon sur les candidats au concours Dino Académie du Musée. Du 16 février au 17 mars, visitez le Musée et choisissez votre préféré parmi les cinq dinosaures dont les restes sont scellés dans des coques de plâtre.

Illustration d’un Arrhinoceratops.

Le crâne de Cornu appartient peut-être au très rare cératopsidé Arrhinoceratops, représenté ici. Image : Brett Booth © Musée canadien de la nature

Voici le troisième d’une série de cinq blogues décrivant les concurrents au concours Dino Académie.

Le spécimen décrit dans le présent blogue a été affectueusement baptisé Cornu par notre technicienne des collections de fossiles, Margaret Currie. Il s’agit du crâne d’un dinosaure à cornes (cératopsidé) collecté en 1924 par l’équipe de Charlie M. Sternberg près de la ville de Morrin en Alberta.

Le crâne a été trouvé en trois parties, dont deux ont été placées dans deux coques de plâtre distinctes : le fragment principal comportant les orbites et les os de la joue, d’une part, et le museau, de l’autre. Collectée en morceaux, la remarquable collerette a été enveloppée dans du papier journal.

Quelque temps après la mise au jour du crâne, on a partiellement préparé la pièce principale et découvert une caractéristique des plus intéressantes : chez ce cératopsidé, la corne sourcilière droite semble s’être résorbée. Il y a une petite dépression de la taille d’une pièce d’un dollar à l’endroit où se trouvait jadis la corne. La corne gauche s’est complètement développée, même si elle est coupée à la base.

Une partie du crâne de Cornu partiellement dégagée de sa coque en plâtre.

Le crâne partiel de Cornu vu du côté droit. La flèche rouge indique la dépression de la taille d’une pièce d’un dollar à l’endroit où se trouvait jadis la corne. Le trou plus grand au-dessous est l’orbite. À droite, on voit l’avant de la face (où s’attache le museau), à gauche, l’arrière de la tête (où s’attache la collerette). Image : Robert Holmes © Musée canadien de la nature

Le phénomène de résorption est relativement courant chez les cératopsidés à cornes courtes (appelés centrosaurinés) comme Styracosaurus exposé à la Galerie des fossiles Talisman Energy. C’est cependant un phénomène assez rare chez les formes à cornes longues (appelées chasmosaurinés) comme notre Cornu. En préparant plus à fond ce spécimen, on pourra tenter de découvrir comment le cornillon s’est résorbé grâce à la tomographie par ordinateur.

Un homme accroupi devant une falaise rocheuse trempe un linge dans un seau contenant du plâtre, près d’une coque en plâtre.

Sans leur protection de plâtre, les spécimens comme Cornu ne seraient jamais arrivés au Musée indemnes. Sur la photo, le benjamin de la famille Sternberg, Levi, met la dernière main à une coque de plâtre. Image : Charles H. Sternberg © Musée canadien de la nature

Quand ce spécimen a été collecté, on pensait qu’il appartenait à une espèce jusque là inconnue. Mais en se fondant sur certains traits du crâne, qu’il a omis de préciser, Charlie M. Sternberg a ensuite noté qu’il s’agissait probablement d’un céraptosidé rare mais déjà connu appelé Arrhinoceratops.

Cet animal peuplait les plaines alluviales de l’Alberta il y a environ 72 millions d’années, aux côtés d’autres dinosaures comme Albertosaurus (un tyrannosauridé) et Hypacrosaurus (un dinosaure à bec de canard que l’on peut admirer dans la Galerie des fossiles).

La coque en plâtre de Cornu exposée au Musée.

Cornu sollicite votre vote dans le cadre du concours Dino Académie. Image : Dan Smythe © Musée canadien de la nature

J’achève une étude sur Arrhinoceratops, et j’ai la conviction que si l’on pouvait préparer Cornu, on serait en mesure de confirmer son identité. À quelque espèce qu’il appartienne, Cornu constituerait un précieux ajout à la collection du Musée canadien de la nature, mais pour cela il doit obtenir votre vote!

Revenez-nous la semaine prochaine pour faire la connaissance de notre quatrième concurrent, Coup de massue…

Lire les blogues précédents sur les candidats de Dino Académie :
Têtosaure, notre premier concurrent de Dino Académie 
Dents mystères, le carnivore en quête d’une identité

Texte traduit de l’anglais.

Cet article, publié dans Éducation, Événements, Fossiles, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Concurrent no 3 de Dino Académie : Le Cornu ou le secret de la corne perdue

  1. Ping : 4e concurrent à Dino Académie : Coup de massue – Une queue redoutable | Le blogue du Musée canadien de la nature

  2. Ping : Le 5e concurrent de Dino Académie : Le Roi Ed — Le précieux holotype | Le blogue du Musée canadien de la nature

  3. Ping : Et le gagnant de Dino Académie est… | Le blogue du Musée canadien de la nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s